“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Les compagnies aériennes en meeting à Monaco

Mis à jour le 03/11/2016 à 05:19 Publié le 03/11/2016 à 05:19
La compagnie finlandaise Finnair (ici à Nice) fait partie des soixante-dix transporteurs aériens qui se retrouvent au huitième APG World Connect, organisé à Monaco.

La compagnie finlandaise Finnair (ici à Nice) fait partie des soixante-dix transporteurs aériens qui se retrouvent au huitième APG World Connect, organisé à Monaco. Franz Chavaroche

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Les compagnies aériennes en meeting à Monaco

Soixante-dix transporteurs aériens se retrouvent à Monaco, depuis hier et jusqu'à demain. Ce n'est pas un hasard : pour l'organisateur, la Principauté permet de mêler neutralité et glamour

Ils sont venus de Chine, d'Éthiopie, de Namibie, de Géorgie, d'Arabie Saoudite, d'Afrique du Sud ou du Kenya… Des professionnels du transport aérien d'un peu partout dans le monde sont réunis au Fairmont Monte-Carlo, depuis hier et jusqu'à demain. Ils participent à la huitième APG World Connect. APG est un réseau mondial de fourniture de services aux compagnies aériennes, dans le domaine commercial ou de la distribution, qui compte 200 compagnies aériennes comme clients. Sur 900 recensées dans le monde.

Pour la quatrième fois, APG organise son grand rendez-vous à Monaco. Et ce n'est pas un hasard. En 45 ans de métier, Jean-Louis Baroux, le fondateur d'APG, a appris que "l'une des clés de réussite du business, c'était de respecter la culture des autres". Et pour lui, Monaco, "c'est très spécial". Il a trouvé en Principauté "la neutralité". Choisir Monaco, pour lui, a "un sens géopolitique important de neutralité", et "un sens du glamour".

Des questions de positionnement

Soixante-dix compagnies aériennes se retrouvent donc ici, face à la mer, pendant trois jours.

Principal sujet abordé pendant cette rencontre: le positionnement des compagnies aériennes, qui, selon lui, devront choisir « entre marchés de masse et de luxe ». Avec, d'un côté, les compagnies low-cost et, de l'autre, un marché très haut de gamme dopé par les standards établis par les compagnies aériennes du Golfe.

Au programme : des conférences sur l'aspect géopolitique du transport aérien, les attentes des clients… mais surtout du business. Car réunir autant de transporteurs au même endroit, c'est rare. Très rare.

"Vous avez l'assemblée générale de IATA(1), qui traite à peu près 150 à 180 compagnies, situe Jean-Louis Baroux. Et puis après, il y a nous. Alors, on n'a pas les mêmes. On a les plus petites. Mais une petite compagnie aérienne et une grande, ça fait exactement le même métier." Il faut donc profiter de l'occasion. "On est là pour faire des sous", dit-il sans ambages.

Les compagnies vont, notamment, réfléchir à des problèmes d'ordre financier. En ce moment, le cours du brut permet aux compagnies aériennes de gagner "un peu de sous". Le problème, c'est que si le prix du baril remonte, "tout le monde va se remettre à replonger".

Le PDG d'Air France ne viendra pas

Plusieurs intervenants de haut niveau doivent prendre la parole, économistes ou directeurs de compagnies aériennes. Frédéric Gagey, le PDG d'Air France, est annoncé sur les brochures. Sauf qu'il ne viendra pas. Et cela agace Jean-Louis Baroux.

"Je déjeune avec lui deux fois, lâche-t-il, le verbe haut mais sans lever la voix. J'ai des écrits, des échanges d'e-mails. Il prépare son topo. Dimanche dernier, je reçois un e-mail de sa secrétaire qui disait : "Il ne viendra pas". Je trouve que c'est inqualifiable, si vous voulez mon avis. Il ne sera pas présent, et je trouve que c'est très moyen. Non seulement il ne nous respecte pas mais il ne respecte pas les autres, les soixante-dix compagnies qui se tapent vingt heures de vol pour venir."

Une absence dont la justification n'est tombée qu'hier soir, par le biais d'un communiqué du groupe Air France confirmant le remplacement - pressenti - de Frédéric Gagey au poste de PDG d'Air France. Le PDG d'Air France KLM, Jean-Marc Janaillac, a ainsi été nommé président de sa filiale Air France, assisté de Franck Terner au poste de directeur général. Frédéric Gagey hérite de la fonction de directeur financier de la compagnie aérienne française.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.