“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Les cinq infos qu'il ne fallait pas louper en ce début janvier

Mis à jour le 08/01/2019 à 15:45 Publié le 07/01/2019 à 18:30

Les cinq infos qu'il ne fallait pas louper en ce début janvier

Alors que tous les regards sont tournés vers le CES de Las Vegas, rendez-vous incontournable l'innovation et de l'électronique grand public, voici les cinq infos qu'il ne fallait pas manquer en ce début d'année. Petite séance de rattrapage... mais ne vous inquiétez pas, il y en aura d'autres dans la semaine!

1- Biovotec débute ses essais cliniques

Les premiers essais cliniques ont débuté il y a quelques semaines pour Biovotec qui ambitionne soigner les escarres chroniques avec de la membrane d'oeuf.

La startup norvégienne qui a implanté il y a près d'un an sa R&D à Sophia Antipolis teste sa solution dans six hôpitaux anglais depuis le mois de novembre. "Les essais au CHU de Nice devraient débuter en mars, explique Henri-Pierre Suso, cofondateur de Biovotec et responsable de la R&D. Nous avons dû attendre l’autorisation en Angleterre pour proposer le dossier en France. Ce dernier vient d'être soumis par le CHU de Nice aux autorités compétentes (ANSM). Nous passerons donc en commission à Paris au mois de février et les essais commenceront en mars." 

La startup qui veut devenir le standard des soins des escarres et des plaies chroniques cible le BtoB avec les maisons de retraite, les CHU, les hôpitaux, cliniques… En France, près de deux millions de personnes souffrent de plaies chroniques, un chiffre en constante augmentation en raison du vieillissement de la population.

2- Et les cinq startups du Winter Batch #4 de l'accélérateur Allianz France sont…

Pour sa nouvelle promotion, le Winter Batch #4, l'accélérateur Allianz France basé à Nice a retenu cinq startups dans le domaine de l'impact social et environnemental qui ont immédiatement débuté leur programme d'accélération de cinq mois.

Ainsi, Bodyguard (Nice) propose une solution de lutte contre le cyberharcèlement tandis que CozyAir (Villeneuve-d'Ascq) a développé un dispositif permettant d'optimiser et de piloter la qualité de l'air intérieur.

Les nouvelles mobilités et la e-santé sont également au cœur des préoccupations de cette promotion. Cosmo Connected (Paris) est spécialisée dans les objets connectés relatifs à la sécurité du motard au sens large (moto, vélo, trottinette, gyroroue…).

Ebikelabs (Grenoble) propose aux opérateurs de mobilité une solution complète pour accélérer et sécuriser le déploiement à grande échelle de flottes de vélos électriques. Ces deux startups seront les premières à bénéficier du partenariat noué avec Toyota Tsushu Europe sur les nouvelles mobilités. Cette co-accélération prendra différentes formes: conseil, aide au développement international, notamment au Japon, investissement.

Côté e-santé, le jury a été séduit par l'intelligence artificielle développée par BodyCap (Hérouville-Saint-Clair). Ses capteurs miniaturisés dédiés au monitoring physiologique peuvent être utilisés dans des applications médicales, de recherche et du sport performance.

Enfin, l'accélérateur a choisi de parrainer Stem Fintech et de lui faciliter une collaboration avec Allianz. La jeune pousse propose une solution d'épargne innovante destinée aux Millenials.

L’accélérateur continue de tisser sa toile à l’international. Après Israël, Hong-Kong, la Chine pour les précédentes promotions, les startups accélérées du Summer Batch étaient parties à la découverte du Japon où elles ont rencontré des investisseurs, des grands groupes mais aussi des incubateurs et accélérateurs dont notamment Deepcore, l’accélérateur lancé par Softbank et spécialisé en intelligence artificielle.

3- Whoog séduit la Centrale d'Achat de l'informatique hospitalière

La Centrale d'Achat de l'Informatique Hospitalière (CAIH) vient de retenir la solution numérique de la Sophipolitaine Whoog qui permet de pallier les absences inopinées du personnel dans les établissements de santé.

Le milieu hospitalier fait en effet face à de nombreuses contraintes liées au remplacement des personnels absents pour assurer la qualité et la continuité des soins. Qu'elle soit imprévue, urgente ou planifiée, la recherche d'un remplaçant est chronophage et coûteuse pour les établissements de santé. La solution de la startup dirigée par Guerric Faure permet de mobiliser rapidement une communauté de remplaçants volontaires et connectés sur des missions prévues ou imprévues.

Ce qui permet aux établissements de santé de réduire l'enveloppe dédiée à l'intérim et d'optimiser leur budget RH.

Côté agents hospitaliers (étudiants, actifs, vacataires, retraités), ils effectuent des missions en lien avec leurs compétences et leurs disponibilités.

Whoog équipe déjà plus 40% des CHU et gère actuellement plus de 3.000 missions chaque jour (soignants, techniques, médical). 

En proposant Whoog à ses quelque 800 adhérents, la CAIH complète son catalogue de solutions au service de la transformation numérique du secteur de la santé publique. Le marché durera jusqu'en octobre 2022.

4- Saphelec consolide sa position de leader dans la commercialisation des offres télécoms en France

Après Altiore Technologie et Asi en 2018, Saphelec poursuit sa croissance externe avec l'acquisition de la Calaisienne Infotel Entreprises.

La PME sophipolitaine qui compte plus d'une centaine de salariés conforte son statut de leader dans la commercialisation des offres Télécom BtoB en France, notamment les Espaces SFR Business indépendants. Elle va étendre son réseau national à dix agences: Lille, Ile-de-France, Lyon, Nice, Marseille, Montpellier, Toulouse, Bordeaux, Anglet et Calais.

 "Notre secteur d’activité évolue très vite. Afin de continuer à accompagner nos clients entreprises dans la digitalisation de leur business, nous avons besoin de grandir pour atteindre une taille critique pour recruter, former, négocier avec nos partenaires technologiques, explique Hervé Mangot, pdg de Saphelec. Infotel Entreprises est une très belle entreprise qui depuis plus de trente ans accompagne ses clients des Hauts-de-France avec professionnalisme. Ces derniers pourront bénéficier des offres de services que Saphelec a développées autour de l’infogérance, de la sécurité mobile, de la visioconférence…"

Le dirigeant prévoit aussi de "lancer une campagne de recrutement ambitieuse sur Villeneuve-d'Ascq et Calais pour profiter des investissements importants réalisés par SFR et le groupe Altice dans la fibre dédiée."

5- GSF resigne la charte de la diversité

Lorsque l'on emploie quelque 34.000 salariés répartis dans 27 sociétés autour du monde, s'engager dans la Charte de la diversité n'est pas anodin.

GSF, l'un des leaders français du secteur de la propreté, vient de resigner il y a quelques jours la version actualisée de la Charte Celle-ci incite ses 3.800 signataires à améliorer la cohésion des équipes, source d'un meilleur vivre-ensemble et de performance.

Parmi les engagements, citons pêle-mêle: sensibiliser et former les dirigeants impliqués dans le recrutement, la formation et la gestion des carrières; promouvoir l'application du principe de non-discrimination sous toutes ses formes dans tous les actes de management et de décision, en particulier dans toutes les étapes de la gestion des ressources humaines ; favoriser la représentation de la diversité de la société française au sein des effectifs et à tous les niveaux de responsabilité…

A noter que le groupe GSF fondé en 1963 et qui a réalisé 847 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2017 est signataire de la Charte de la diversité depuis sa création en 2004.


La suite du direct