“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Les 5 propositions du Conseil national pour accélérer la reprise économique

Mis à jour le 07/06/2020 à 23:16 Publié le 07/06/2020 à 23:16
Des normes plus contraignantes qu’en France dans les restaurants.

Des normes plus contraignantes qu’en France dans les restaurants. Photo Dylan Meiffret

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Les 5 propositions du Conseil national pour accélérer la reprise économique

Les élus de la majorité s’inquiètent des conséquences de la crise sanitaire. Ils veulent maintenant que la Principauté retrouve un élan économique nécessaire au modèle social.

Comment la Principauté va-t-elle retrouver l’élan économique qui était le sien avant la crise sanitaire? Si le gouvernement monégasque a fait des choix forts en décidant le déconfinement une semaine plus tôt que la France et en ouvrant les lycées dès le 11 mai, certaines activités peinent à redémarrer et les contraintes sanitaires ici parfois plus lourdes qu’ailleurs (distanciation physique de 1,5 mètre, six personnes à une table de restaurant maximum, masque obligatoire dans les magasins,...).

La saison estivale risque fort d’être en demi-teinte, et la rentrée sociale pourrait être douloureuse dans de nombreux secteurs comme l’import/export, le luxe, l’événementiel, le tourisme,...Aujourd’hui, le Conseil national pousse pour que la reprise soit au rendez-vous au plus vite.

"Devenir un modèle de reprise"

On le sait, les rapports entre le Gouvernement et les élus nationaux n'ont pas toujours été au beau fixe depuis le début de la crise du coronavirus. Mais dès la fin mars, le Conseil national a pu formuler ses propositions dans le cadre d'un comité mixte de suivi Covid-19, instauré par le Prince Albert II.

Selon nos informations, l'ambiance était tendue lors de la dixième réunion de ce comité, vendredi 5 juin, qui a réuni les conseillers-ministres autour du ministre d'État et une délégation du Conseil National, toutes sensibilités confondues, autour du président Valeri. Car s’ils considèrent que la sortie de crise sanitaire a été une "réussite collective dans le cadre de l'unité des institutions, sous l'autorité du Prince Souverain" (dixit Stéphane Valeri), les élus veulent aller plus vite pour "faire de Monaco un modèle de relance économique".

Pour le président du Conseil national, "il faut relancer l'économie et pour cela Monaco doit continuer de soutenir autant que possible les secteurs en difficulté et devenir un modèle de reprise".

Assouplir les règles au plus vite

Pour le Conseil national, le plan gouvernemental de déconfinement et de relance de l'activité a pris du retard sur la France et l'Italie, par exemple pour la réouverture des salles de sport ou pour les conditions d'utilisation des installations sportives. Même chose, pendant plusieurs jours, avec la réouverture des parcs et jardins d'enfants, ou encore pour les salles de cinéma.

Pour Corinne Bertani, conseillère nationale, il faut d'urgence assouplir les protocoles en vigueur pour les restaurateurs: "Nos restaurants se voient imposer des normes plus contraignantes qu'en France, avec obligation de réservation préalable, distances supérieures entre les tables et nombre de convives inférieur par table (6 à Monaco contre 10 en France, N.D.L.R.). C'est une situation inéquitable au moment où l'économie de la filière restauration est en grande souffrance."

Qualité de vie: respecter la tranquillité

Avec la reprise massive des chantiers publics et privés, fini le calme du confinement. Là encore les élus du Conseil national rappellent les conditions du vote du budget 2020 en décembre dernier.

"Plus que jamais, c'est le moment de mettre en place les mesures de limitation des nuisances sonores et de faire respecter les horaires et les interdictions des chantiers les week-ends. Des mesures obtenues en séance publique. La relance oui, mais pas n'importe comment", lance Guillaume Rose, président de la commission Environnement et Qualité de vie.

Pour lui, c'est aussi le moment de repenser les mobilités douces et les transports en commun. Ainsi, le Conseil national maintient sa demande de gratuité des bus, tout en rendant son parc entièrement électrique. Les élus attendent aussi le développement des couloirs de bus et l'augmentation de leur fréquence.

L'occasion aussi pour eux de rappeler leur demande de mise en place des navettes maritimes entre Nice et Menton. Pour Guillaume Rose, il faut aussi développer beaucoup plus l'utilisation du vélo en ville avec Monabike notamment.

"Ne pas profiter de cette période pour accélérer le changement serait une faute".

Bientôt un think tank pour réfléchir au monde d'après

Pour Stéphane Valeri, "Monaco doit être un modèle de relance économique et garder constamment un temps d'avance".

Il s'agit pour le Conseil national de travailler à développer de nouveaux types de recettes pour l'État dans différents secteurs d'activité. "Cette relance passe aussi par le maintien des investissements et d'un haut niveau de commande publique, qui doit bénéficier avant tout aux entreprises et commerces de la Principauté. Dans ce cadre, la priorité aux acteurs économiques monégasques doit plus que jamais être respectée, mieux que par le passé. Le Conseil National y veillera tout particulièrement à sa place."

Autrement dit, le Conseil national, veut participer activement au développement de nouvelles recettes pour le budget de l'État. Un think tank va être prochainement mis en place au Conseil National, comme ce fut déjà le cas en 2009 avec Monaco 2029, "pour élargir la réflexion aux acteurs de terrain et à des experts en prospective économique. Ce sera un groupe de réflexion très pragmatique, avec une organisation simple, surtout pas une usine à gaz. Il faut des idées nouvelles avec des résultats concrets rapidement."

À l’époque, ce think tank avait par exemple proposé la mise en place du télétravail en Principauté; une idée qui s’est depuis concrétisée et qui a démontré toute son utilité à l'occasion du confinement.

Continuer le soutien

Si le Conseil national a salué "la qualité et l'envergure du plan de soutien aux acteurs économiques et aux salariés de la Principauté, dont l'ensemble des mesures a été déterminé en concertation avec les élus, eux-mêmes rassemblés dans l'union nationale, indispensable en cette période", il estime que les aides aux acteurs économiques et aux salariés ne doivent pas être arrêtées brutalement mais doivent "se poursuivre avec discernement, aussi longtemps que nécessaire pour les secteurs les plus impactés", et donc après le 30 juin.

Le 21 avril dernier, le Conseil national avait voté une enveloppe globale de 350 millions dans le cadre d'un premier budget rectificatif 2020. Des aides oui, mais dans la limite de cette enveloppe, uniquement en cas de nécessité et en contrôlant les abus, les fameux effets d'aubaine: "il faut sanctionner ceux qui pourraient profiter injustement des mesures de solidarité économique mises en place par l'État".


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.