Rubriques




Se connecter à

Le télétravail devrait permettre la création de 10.000 emplois selon la Monaco Economic Board

Le Monaco Economic Board a organisé, mardi matin, un petit-déjeuner avec quelque 130 responsables d'entreprise venus découvrir les perspectives qu'offre la loi le 29 juin

Joëlle deviras Publié le 07/07/2016 à 05:04, mis à jour le 07/07/2016 à 05:04
Patrick Moreau, membre du directoire de la Caisse d'Épargne Côte d'Azur, Michel Dotta, Stéphane Valeri et Sophie Vincent. J.D.

Ils sont visiblement enthousiastes. Michel Dotta, président du Monaco Economic Board, a réuni, mardi matin au salon Bellevue du Café de Paris, 130 acteurs économiques et personnalités de Monaco venus comprendre les modalités de mise en place du télétravail.

Et l'intérêt est proportionnel à la rapidité du processus législatif. Après quatre ans de discussion et d'accord formalisés entre le gouvernement princier d'une part, l'Assemblée nationale et le Sénat français d'autre part, les conseillers nationaux ont voté unanimement en faveur de la loi le 29 juin dernier. La semaine prochaine, texte et décret d'application doivent être publiés au Journal de Monaco. Et après, go !

« Une avancée majeure »

Les premiers contrats de télétravailleurs pourront être signés dès septembre.

 

« C'est une avancée économique et sociale majeure », a souligné Michel Dotta. Il constitue une des réponses à la problématique de l'exiguïté de notre territoire, en permettant aux entreprises monégasques de se développer tout en limitant l'espace requis. C'est donc un levier de croissance réel qui (...) permettra notamment de créer de nouveaux emplois. »

Les quelque 40 000 salariés de Monaco résidant en France pourront également signer un avenant à leur contrat et travailler jusqu'à deux tiers de leur temps depuis leur domicile personnel.

Pour Stéphane Valeri, il s'agit d'une « nouvelle forme d'organisation du travail, évolution incontournable liée au développement des nouvelles technologies ». Selon lui, 10 000 emplois pourraient être concernés à terme.

Depuis l'annonce officielle de la volonté commune de la France et de Monaco, lors de la visite de François Hollande en Principauté en 2013, le conseiller de gouvernement-ministre des Affaires sociales et de la Santé a œuvré sans relâche. De nombreuses personnalités se sont également impliquées dans le dossier, notamment Jean-Claude Guibal, député-maire de Menton et président du Groupe d'amitié France-Monaco, les ambassadeurs Hugues Moret puis Hadelin De la Tour du Pin, le sénateur Christophe-André Frassa et des représentants politiques et économiques monégasques. Tous ont collaboré pour donner un cadre légal aux télétravailleurs. Ces salariés bénéficieront des Caisses sociales de Monaco, nettement plus avantageuses que la couverture de la CPAM en terme de maladie et de retraite. Les patrons, quant à eux, cotiseront aux charges monégasques, moins coûteuses qu'en France…

 

Du gagnant-gagnant, donc, et un accompagnement sur-mesure par l'administration pour encourager le télétravail.

Qui ne veut pas télétravailler ?

Offre numérique MM+

...

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.