Rubriques




Se connecter à

Le spécialiste azuréen du séjour à la montagne, revient en force avec de nouveaux hôtels et résidences clubs

Après une saison 2020 blanche, MMV, le spécialiste basé à Saint-Laurent-du-Var du séjour à la montagne, revient en force avec quatre nouveaux hôtels et résidences clubs.

K.Wenger Publié le 22/11/2021 à 18:30, mis à jour le 23/11/2021 à 15:04
MMV qui a récemment rénové la résidence-club 3* Les Terrasses d’Isola propose en exclusivité dans la station le Pass Open Isola 2000 qui permet pour chaque séjour chez MMV en week-end ou court séjour de bénéficier d’un forfait 2 jours à 1 euro. (Photo B. Devillechaise)

"En 2020, tous nos établissements sont restés fermés à cause de la Covid et nous avons fait une saison blanche", affirme Bryce Arnaud-Battandier, directeur général opérationnel de MMV basé à Saint-Laurent-du-Var. Pour le pure player des vacances clubs à la montagne qui réalise 90% de son chiffre d’affaires l’hiver, cette non-ouverture équivalait presque à dévaler tout schuss et les yeux bandés une piste noire.

Pourtant, avec l’arrivée des premiers flocons sur les cimes, le deuxième opérateur touristique français a affûté ses carres et est prêt à slalomer entre une cinquième vague et les contraintes sanitaires.

11.000 lits dans 16 stations
de ski

Pour preuve, il affiche de belles ambitions pour la saison 2021/22: "On ouvrira quatre nouveaux clubs: deux à La Plagne, une autre aux Sybelles et la dernière aux Deux-Alpes, précise le dirigeant. Ce qui porte à vingt le nombre de nos établissements présents dans seize stations de ski françaises et à 11.000 lits [soit 2.800 supplémentaires, ndlr]. Même si l’été ne représente que 10% de notre résultat, on a enregistré en juillet-août un taux d’occupation de 90% et les contraintes liées au pass sanitaire n’ont pas dégradé l’expérience vacances des clients qui, à 85%, s’estiment très satisfaits. Pour l’instant, les tendances sont positives: par rapport à 2019, nous enregistrons à date un taux de croissance de 25%."

 

MMV, acronyme de Mer, Montagne, Vacances, ne compte pas s’arrêter en pleine piste puisque "Deux autres chantiers sont lancés à Risoul et Samoëns pour des ouvertures en 2022/23. Notre objectif est d’ouvrir deux à trois résidences-clubs par an. Nous travaillons actuellement sur une dizaine de dossiers, soit 300M€ d’investissement, confirme Bryce Arnaud-Battandier, des créations comme des rénovations. 70% de notre parc sont soit sortis de terre soit ont été rénovés ces cinq dernières années comme nous l’avons fait à Isola 2000 et Montgenèvre."

Un fort investissement pour le groupe laurentin fondé en 1989 qui a fait entrer un nouvel actionnaire – le fonds NovTourisme – à son capital en juin dernier. "Il a rejoint les investisseurs historiques que sont Bpifrance, Arkea et Jean-Marc Philippini, le fondateur de MMV, explique son directeur général opérationnel. Cette augmentation de capital avait pour objectif de consolider nos fonds propres et d’accélérer notre développement pour sortir de cette crise qui n’est pas encore terminée."

RSE et forte politique environnementale

En termes de confort, MMV mise sur du 4 étoiles en hôtels et du 3/4 étoiles en résidences-clubs pour répondre aux attentes de ses clients. Voire les anticiper avec une forte stratégie RSE doublée d’une ambitieuse action environnementale. Et le DG de reprendre: "Dans nos nouvelles constructions comme celle des Sybelles, on tend vers le bâtiment passif pour avoir un meilleur bilan environnemental. A Tignes, nous sommes en géothermie."

Côté exploitation, l’accent est mis sur la RSE avec la mise en place de mesures pour limiter la consommation énergétique avec des ampoules LED, des économiseurs d’eau, des produits d’entretien écolabellisés, des équipes de restauration formées au tri des déchets...

La force de MMV qui emploie 1.200 saisonniers, soit 450 équivalent temps plein? Les séjours exclusivement à la montagne contrairement à ce que laisse entendre son nom [MMV a cessé son activité mer en 2016, ndlr] que le groupe vend sous la forme d’hébergements en hôtels-clubs ou en résidences-clubs mariant la tranquillité d’un appartement et les services d’un club de vacances).

 

"Notre fil rouge est de nous occuper de tout le monde, parents et enfants. Nos clubs vont du bébé à l’ado et nous proposons aussi des animations (cours de sport, espaces bien-être, aquatiques, spectacles, restauration...) pour les adultes. Nous vendons également des forfaits de remontées mécaniques ainsi que des activités outdoor, souligne Bryce Arnaud-Battandier. 80% des résidences et clubs sont situés uniquement dans les Alpes au-dessus de 1.600 mètres, "ce qui nous permet d’offrir une garantie neige à nos clients", assure-t-il.

Et ça plaît puisque tous les ans, ce ne sont pas moins de 150.000 vacanciers – français aux deux tiers – qui réservent leurs vacances chez MMV "pour 65% sur notre site web, notre centrale de réservation ou via les CSE des entreprises. Nous passons aussi par les tour-opérateurs et les opérateurs comme Booking. Nous développons tous les canaux de distribution pour répondre à la demande". Ce qui permet au Laurentin de maîtriser son planter de bâton et de viser les 70M€ de chiffre d’affaires l’an prochain.

> www.mmv.fr/

Repères

>1989 Création à St-Laurent-du-Var de MMV avec la reprise de trois hôtels à la montagne par Jean-Marc Filippini et Patrick Boero. Le groupe est positionné à ses débuts sur les vacances à la mer et à la montagne
>De 1997 à 2009 Le catalogue MMV s’agrandit avec 7 nouveaux hôtels-clubs à la montagne, une résidence à la montagne et une en bord de mer. En 2005, MMV ouvre son capital à Avenir Tourisme, filiale de la Caisse des Dépôts, pour poursuivre son développement.
> 2016 MMV devient un pure player montagne.
> Cette saison MMV compte 20 résidences et hôtels clubs, soit plus de 11 000 lits dans seize stations. Le groupe emploie plus de 1.200 saisonniers, soit 450 équivalents temps plein. Le groupe vise les 80M€ de chiffre d'affaires d’ici cinq ans.

commentaires

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.