Le savoir-faire de Marpel & Pierlec s’expose dans son show-room

Spécialiste de la peinture et de la décoration, la société Marpel & Pierlec a ouvert un espace de 160 m2 au Lavandou. Cette vitrine de savoir-faire est ouverte aux professionnels et aux particuliers.

K.Wenger Publié le 23/09/2022 à 18:30, mis à jour le 23/09/2022 à 19:20
L’aventure Marpel & Pierlec des noms des deux fondateurs, Marie-Pierre Leclerq et Martial Peltier, débute en 2010 à Bormes-les-Mimosas. (Photo C.H.)

Ils se sont connus lors d’une formation chez les Compagnons, à Lyon. Il est Marpel, Martial Peltier. Elle est Pierlec, Marie-Pierre Leclercq. Il travaille dans le bâtiment. Sa passion à elle, c’est l’art.
"Nous avions chacun une entreprise, moi de peinture en bâtiment, Marpel. Marie avait créé Pierlec et faisait de la décoration, raconte Martial Peltier. Nous travaillions toujours ensemble. C’était une volonté de la plupart de nos clients. Ce qui nous a amenés à fusionner très vite. Après deux années en microsociété chacun de notre côté, nous avons réuni ce que nous avions y compris nos noms."
L’aventure Marpel & Pierlec a ainsi démarré en 2010, à Bormes-les-Mimosas, la commune d’où Marie-Pierre est originaire.

Le pari d’un nouveau développement

"Nous avions notre petite expérience. Nous avons commencé à nous faire connaître par le bouche-à-oreille, grâce aux artisans et aux architectes."

Les 160 mètres carrés de show-room ouverts cette année au Lavandou représentent à la fois la concrétisation d’une réussite en même temps qu’ils doivent être le lieu de développement de l’entreprise.

"On avait un petit espace dans un bureau. On y recevait les architectes sur rendez-vous, mais c’était tout petit, et ce n’était pas une boutique. On s’est rendu compte que les clients avaient aussi une attente sur la déco. On a eu la chance de trouver ce grand local. On ne visait pas forcément si grand. On s’était fixé un budget et des objectifs qu’on a dû revoir un peu à la hausse."

Un risque maîtrisé

La société a ainsi investi 750.000€ (850.000 avec le stock) dans la boutique showroom.

 

"Nous avons pris une agence de communication pour nous aider dans cette phase de développement. C’est une prise de risque, mais mesurée. Marpel & Pierlec a connu une croissance régulière depuis sa création. Le chiffre d’affaires a augmenté de 200% depuis la création. C’est une entreprise solide. On espère que la boutique pourra être autonome un jour, mais sans Marpel et Pierlec, on n’aurait jamais ouvert cet espace."

Nous nous sommes fait connaître par
le bouche-à-oreille grâce aux artisans.

Tous les produits et services proposés par la société, ainsi que son savoir-faire sont réunis dans cette boutique de l’avenue des Commandos-d’Afrique au Lavandou. Des produits de très haute qualité que les deux dirigeants essaient de rendre accessibles en réduisant leurs marges. "On n’est pas à Saint-Tropez. On a créé de belles ambiances, avec de beaux matériaux. On travaille en collaboration avec l’entreprise Intemporelle de Sandrie de Matos. On aime les matières naturelles. On vend de l’art et de beaux objets. On aime le travail méticuleux. Mais en peinture, on fait aussi du blanc basique. On souhaite que ça reste abordable au regard de la qualité proposée."

> www.marpel-pierlec.fr/

Des fournisseurs très haut de gamme


Martial Peltier et Marie-Pierre Leclerq se sont battus pour faire venir de grands noms de la peinture et de la décoration dans leur boutique lavandouraine. "Le choix des fournisseurs, c’est très important pour se faire connaître", remarquent-ils.

Le béton ciré français Marius Aurenti, les peintures françaises Ressource, les canapés Bérangère Leroy, la vaisselle Jars et Ichendorf, les revêtements Casmance sont quelques-unes des marques qui leur tenaient à cœur. Le couple poursuit sa quête des belles matières. Les artistes ont aussi leur place dans la boutique.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.