“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Le salon Top Marques change de patron, de lieu et de date pour "revenir au fondamental, les supercars"

Mis à jour le 10/10/2018 à 08:11 Publié le 10/10/2018 à 07:43

Le salon Top Marques change de patron, de lieu et de date pour "revenir au fondamental, les supercars"

Pointé du doigt pour ses nuisances et débordements ces dernières années, le salon dédié aux supercars et au luxe vient d’être racheté par Monaco Check-In. Au printemps prochain, l’agence de Salim Zeghdar donnera un nouveau souffle à l’événement en le délocalisant à Fontvieille, en amont du Rolex Monte-Carlo Masters.

Salim Zeghdar est "emballé". À la tête de l’agence Monaco Check-In, spécialisée dans le conseil et l’organisation d’événements d’envergure (Hébergement durant le Yacht Show, Assises de la Sécurité, Luxe Pack…) depuis 2006, il est désormais l’"heureux propriétaire" de Top Marques. Un salon incontournable de Monaco racheté, pour un prix couvert par le secret des affaires, aux deux actionnaires précédents (Steven Saltzman et Mederic Del Monaco).

"En étroite collaboration avec le gouvernement", Salim Zegdhar promet, dès 2019, "de nouvelles idées" portées par une équipe confirmée dans ses fonctions, à commencer par Manoj Bairstow, directeur du salon.

Actuellement au Mondial de l’Auto, pour parfaire son carnet d’adresses, l’homme d’affaires se félicite d’avoir trouvé "la meilleure fenêtre", en avançant l’événement avant le Rolex Monte-Carlo Masters, et un lieu idéal avec l’espace Fontvieille. Deux nouveautés qui pourraient bien gommer les critiques nourries par les nuisances et débordements à répétition des dernières années.

Les améliorations prévues pour Top Marques

"On va essayer de continuer ce qui a été fait, en mieux. L’idée, c’est de revenir au fondamental de ce salon, qui est le supercar. On va aussi aller un peu plus loin dans la présentation des hypercars, ce qui tourne autour des voitures et les nouvelles technologies."

L'ambiance dans l'équipe

"Je pense que l’équipe est contente puisqu’elle est restée. Il y a une ambiance qui me plaît et une dynamique, les gens ont des idées, sont créatifs. Je suis un heureux propriétaire."

l'opération de rachat

"J’ai failli rentrer dans le projet quand le salon avait été racheté à Lawrie Lewis, mais ça n’a pas fonctionné pour différentes raisons. Je suis resté l’un des fournisseurs de Top Marques et ami d’un des actionnaires. Quand celui-ci m’a parlé de l’opportunité de racheter – parce qu’ils avaient envie de faire autre chose –, j’ai saisi l’opportunité car je cherchais à diversifier mes activités avec Monaco Check-In. Je fais beaucoup d’événements mais je n’avais pas encore le mien."

Les raisons du déménagement à Fontvieille

"La concomitance du salon avec le tennis était un souci, ça créait pas mal de confusions dans un lieu où il était quasiment impossible de se garer. Beaucoup d’exposants et de visiteurs se plaignaient. J’ai voulu changer les dates car le faire un peu plus tôt permet aussi d’avoir plus de disponibilités hôtelières que vers la fin du tournoi de tennis. Quant au lieu, on n’a pas l’habitude d’aller à l’espace Fontvieille pour ce type d’événement et c’est dommage, parce que c’est un endroit qui a beaucoup de capacités."

"L’avantage c’est qu’il n’y a rien et qu’on peut créer des décors, s’amuser. Récréer une ambiance et un univers. Ce qui est plus difficile au Grimaldi Forum. Même s’il est très bien et que je fais beaucoup d’événements là-bas, je voulais quelque chose de différent. On reviendra peut-être un jour au Grimaldi mais la date ne le permettait pas et je suis content d’être à l’espace Fontvieille. Ça va être un bel événement."

des exposants d'accessoires de luxe

"L’espace Fontvieille sera dédié aux voitures et à leur univers et nous allons rajouter un espace de 600m2 pour accueillir les montres de luxe et de collection et la haute joaillerie.On va aussi garder les partenaires bateaux/voitures."

comment éviter les débordements

"Le salon a été injustement critiqué car ce n’est pas Top Marques mais des gens, des blogueurs – qui ne venaient même pas au salon d’ailleurs – qui ont créé ces nuisances. Cette année, on a réfléchi avec le gouvernement à plusieurs actions. On va communiquer ensemble, on va essayer d’encadrer tout ça pour éviter ces débordements que le salon Top Marques a condamné l’année dernière et que je condamne aujourd’hui."

"Dans ce cas, il faut qu’on réfléchisse à les intégrer au salon. J’y travaille actuellement et je pense qu’on a trouvé une piste qui va satisfaire tout le monde."

"Au Grimaldi, les voitures étaient exposées à l’intérieur, à part les tests drive – en conduite normale – qui étaient en ville. Le problème ne venait pas de là mais de ces blogueurs qui faisaient des runs. Nous n’avons pas changé de lieu pour le bruit mais pour avoir un espace un peu plus intimiste dédié aux voitures et aux nouvelles technologies (hybride, électrique ou autres énergies)."

en prélude aux "Rolex Monte-Carlo Masters"

"C’est même mieux que ce soit avant le tournoi de tennis "Rolex Monte-Carlo Masters". On ne va gêner personne en étant dans un espace à l’opposé de Monaco. Les gens pourront prendre le bus ou la voiture puisqu’il y a suffisamment d’espace. Et puis on teste. On modifie le format pour le rendre plus qualificatif… Manoj (Bairstow) va faire venir des modèles de voitures qui ne sont jamais venus, donc ça va être une belle et riche édition. On travaille différemment avec les blogueurs aussi, ça va apporter un plus au salon et régler tous les soucis."


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct