“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Le réalisateur Luc Jacquet installe sa société à Monaco

Mis à jour le 02/05/2019 à 08:23 Publié le 02/05/2019 à 09:00
Lauréat d’un Oscar en 2006 pour son film-documentaire La marche de l’empereur, Luc Jacquet installe à Monaco sa société Icebreaker, qui fonctionne grace à une bourse virtuelle pour financer des projets.

Lauréat d’un Oscar en 2006 pour son film-documentaire La marche de l’empereur, Luc Jacquet installe à Monaco sa société Icebreaker, qui fonctionne grace à une bourse virtuelle pour financer des projets. Photo DR

Le réalisateur Luc Jacquet installe sa société à Monaco

Il est un des visages de la transition numérique. Peut-être le moins attendu? Le réalisateur et documentariste Luc Jacquet s’engage aux côtés de la Principauté dans ce virage technologique.

Mondialement connu pour son film-documentaire qui racontait l’odyssée des manchots sur l’Antarctique, La marche de l’empereur, auréolé d’un Oscar en 2006, Luc Jacquet, présenté comme un passeur de sciences, a tissé un lien avec Monaco depuis 2017, quand il a été récompensé par la Fondation Prince Albert II.

Dans les prochaines semaines, il installera en Principauté ses équipes et sa société, qui fonctionne grâce à des ICO, littéralement Initial Coin Offering.

Pour simplifier, il s’agit de financer des projets via cette bourse virtuelle fondée sur le développement des technologies de blockchain. Un financement innovant qui permet, pour un projet, de lever des fonds avec des actifs numériques échangeables contre des cryptomonnaies.

L’objectif étant d’attirer des participants intéressés par le projet (un film, un documentaire, une exposition) à investir pour qu’a terme ils puissent utiliser ces investissements ou en tirer une valeur supérieure à la valeur d’achat.

Dans cette forme économique, Luc Jacquet explique retrouver « une liberté de création » face à une industrie cinématographique qui peine parfois à miser sur des concepts différents. « Nous trouvons de nouvelles méthodes pour faire du cinéma, facilitées par le numérique », poursuit le réalisateur. Non pas au plan technique, où les outils numériques sont déjà légion dans l’univers de l’image, mais au plan pratique et financier.

Icebreaker, la société qu’il vient de créer en Principauté, sera la première à éprouver le concept sur le territoire national. « Nous sommes sur un terreau numérique novateur et j’ai trouvé à Monaco, un terrain audacieux », plaide le réalisateur qui fait figure de pionnier. « Je mets mon nom et ma réputation en avant, le gouvernement nous fait confiance et donne ainsi une garantie sans faille à nos futurs investisseurs ».

En effet, ce modèle économique, le gouvernement y croit. Et si l’équipe de Luc Jacquet est la première à laquelle la Principauté accorde son soutien, Frédéric Genta a fait montre de ses ambitions d’avoir une dizaine d’ICO par an, principalement dans le domaine environnemental, qui potentiellement formeront quelques 150 emplois


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct