Rubriques




Se connecter à

Le parfumeur Iasmos est en quête d'international

De retour d'un salon professionnel au Kazakhstan, Iasmos, le parfumeur installé à Vallauris, veut faire du développement de l'international l'une de ses priorités pour l'année à venir.

K.Wenger Publié le 23/05/2022 à 11:00, mis à jour le 20/05/2022 à 16:08
Outre Franck Bouis et son project manager Fabrizio Carelle, Thierry Sofia de Concept Aromatique dans le Var a également participé au salon kazakh. (Photo D.R.)

Milan, Singapour, Dubai... Les grands salons professionnels de la parfumerie n’ont plus de secrets pour Franck Bouis. Ce dernier – quatrième génération de parfumeurs qui a repris il y a sept ans à Vallauris, Jean-Bouis, la société fondée par son grand-père – les connaît bien pour les avoir écumés à de nombreuses reprises.
En revanche, c’était la première fois qu’il prenait part au Central Asia Beauty Expo à Almaty... au Kazakhstan.

Franck Bouis y est allé présenter Iasmos Parfumeur Manufacteur, son activité dédiée au BtoB lancée l’an dernier. "Nous mettons au service de nos clients et partenaires notre expertise de parfumeur et les aidons à développer leur univers olfactif. Cet accompagnement peut être complet, de la feuille blanche jusqu’à la mise en rayon du produit, ou bien partiel. Cela peut concerner les aspects réglementaires, les formulations de parfum, le sourcing de packagings, le storytelling...", explique le dirigeant qui prévoit de réaliser cette année un chiffre d’affaires de 1,3M€ (à comparer aux 500k€ de l’année précédente).

Opportunités

Ce salon, situé dans un pays frontalier avec la Russie, lui a réservé bien de – bonnes – surprises.

 

"Nous y avons rencontré une clientèle friande de nos services, analyse-t-il. Certes, le niveau de vie du Kazakhstan est inférieur au nôtre mais les infrastructures y sont développées et l’approche est qualitative. Nous sommes en contact avancé avec une marque de cosmétiques moscovite qui veut qu’on lui prépare 70.000 parfums. Une autre société import-export souhaite qu’on revoie le packaging de ses produits au collagène et un groupe hôtelier nous a demandé de lui créer une signature olfactive », énumère-t-il.

Le développement de l’international fait partie de la feuille de route du parfumeur qui veut pousser ses clients à revendiquer le made in France. "Nous serons à Milan en juin, Bangkok en septembre, certainement à Istanbul en octobre puis Dubaï et Singapour.."
Egalement dans ses projets, le redéploiement de la marque familiale Jean-Bouis mais pas avant 2023-24 car à l’étroit dans ses locaux de 800mètres carrés à Vallauris, le dirigeant est à la recherche d’un endroit pour construire une nouvelle usine verte "qui n’existe pas dans le métier. Mais c’est compliqué dans la région; le foncier est cher." Et de résister aux chants de sirène des autres régions: "On m’a proposé de partir à des conditions très avantageuses mais pour l’instant, ce n’est pas mon objectif", insiste-t-il. A bon entendeur... 


> iasmos.fr/

Offre numérique MM+

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.