“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Soutenez l’info locale et Monaco-Matin > Abonnez-vous

Le gouvernement princier lance de nouvelles aides pour les entreprises en difficulté à Monaco

Mis à jour le 22/06/2020 à 20:43 Publié le 22/06/2020 à 20:00
Les entreprises des secteurs les plus touchés, comme la restauration, pourront solliciter une aide auprès de la Commission d’accompagnement pour la relance économique.

Les entreprises des secteurs les plus touchés, comme la restauration, pourront solliciter une aide auprès de la Commission d’accompagnement pour la relance économique. Photo Dylan Meiffret

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Le gouvernement princier lance de nouvelles aides pour les entreprises en difficulté à Monaco

L’Aide aux sociétés (AS) et le Revenu minimum extraordinaire (RME), c’est fini. Le gouvernement propose un nouveau dispositif dont le but est d’accompagner la relance économique

Dans les prochains jours, le gouvernement princier devrait annoncer les conditions de l’arrêt progressif du Chômage total temporaire renforcé. Le dispositif a pleinement joué son rôle en évitant tout licenciement pendant la crise du Covid. La disparition du CTTR ne sera pas pour autant brutale (lire ci-dessous).

En revanche, d’autres aides de l’État, mises en place au plus fort de la crise sanitaire, vont disparaître à la fin du mois de juin. Vendredi, le gouvernement a présenté le nouveau dispositif d’aides aux entreprises, qui vise à relancer l’économie du pays.

Voici ce qu’il faut en retenir.

La fin des aides d’urgence au 30 juin

L’Aide aux sociétés (AS) et le Revenu minimum extraordinaire (RME), c’est (presque) fini. "Elles ont rempli leur objectif qui était le soutien large, dans l’urgence, ciblé sur les plus petites entreprises", rappelle Jean Castellini, conseiller-ministre des Finances et de l’Économie.

Ces dispositifs, qui ont été prolongés en juin, vont disparaître en juillet. Le RME et l’AS, au titre de juin, seront toutefois versés en juillet, sans en faire la demande. Le montant de ces aides est maintenu à 5.000 euros pour les bénéficiaires, dont l’activité a été maintenue fermée jusqu’au 2 juin, et réduit de moitié pour les autres. Question d’équité.

Le nouveau dispositif

Les entreprises en difficulté ne seront pas pour autant abandonnées par le gouvernement. Elles pourront se tourner vers la Commission d’accompagnement pour la relance économique*, dont l’acronyme est de circonstance (Care, "soin" en anglais).

"Les entreprises rencontrant des difficultés pourront soumettre leur dossier à l’examen de cette commission", expose Jean Castellini. Ce dispositif, qui s’adresse toujours aux petites structures, s’ouvre désormais à toutes les entreprises.

Une bonne nouvelle pour celles qui évoluent dans les secteurs les plus touchés par la crise: le tourisme, l’événementiel, le voyage, l’hôtellerie et la restauration. La commission examinera les dossiers qui lui sont soumis dès la fin du mois de juin. Elle pourra apporter des aides financières mais aussi des conseils à long terme.

Fonds de garantie

Grâce au fonds de garantie, 46 millions d’euros de prêts bancaires ont pu être accordés aux entreprises durant la crise.

"Ce dispositif, qui a fait ses preuves, doit évoluer pour continuer à aider tout en responsabilisant", prévient Jean Castellini. La garantie de l’État est désormais réduite à son taux initial de 65%, la différence étant à la charge de l’emprunteur. De plus, le taux d’intérêt à 0% passe à 1,5%, dont 0,75% est pris en charge par l’État.

En somme, après avoir financé le chômage et le soutien aux petites entreprises, l’État monégasque oriente maintenant sa dépense publique vers la relance économique.

*Présidée par Jean Castellini, la "Care" est composée de représentants de l’Amaf, de l’Ordre des experts-comptables, de la Direction du Budget et du Trésor, de Laurence Garino en charge du Welcome Office, et du président de la commission des Finances et de l’Économie du Conseil national, Balthazar Seydoux.

Vers la fin progressive du CTTR

Le Chômage total temporaire renforcé, mis en place au début de la crise sanitaire pour éviter une vague de licenciements en raison de l’arrêt de l’activité pendant le confinement, vit ses derniers jours, ses dernières semaines.

"Le CTTR ne peut pas rester indéfiniment en application, estime Didier Gamerdinger. En lien avec le Conseil national et en concertation avec [le patronat]*, nous réfléchissons à une sortie en douceur du dispositif."

La fin du CTTR ne sera donc pas brutale. Elle dépendra des secteurs d’activité, des quartiers de la Principauté. "Monaco-ville souffre particulièrement, reconnaît Didier Gamerdinger. Ses commerçants et restaurateurs mériteront plus d’attention."

Par exemple. Mais le gouvernement et le patronat jugent qu’il est temps de remettre tout le monde au travail.

Le CTTR – c’était le but – a permis d’éviter tout licenciement durant la période de la crise du Covid-19. Il a coûté 13 M€ en mars, 32 M€ en avril et l’on attend ceux de mai.

*Fédération des entreprises monégasques (Fedem) et Association des industries hôtelières monégasques (AIHM).


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.