“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Le FabLab de Telecom Valley et les makers au service des hôpitaux azuréens

Mis à jour le 05/06/2020 à 15:23 Publié le 05/06/2020 à 14:59
Une délégation des quatre hôpitaux azuréens qui ont reçu les visières de protection fabriquées par le collectif des makers Visière Solidaire Ouest 06 et SoFAB de Telecom Valley a pu visiter la plateforme de prototypage.

Une délégation des quatre hôpitaux azuréens qui ont reçu les visières de protection fabriquées par le collectif des makers Visière Solidaire Ouest 06 et SoFAB de Telecom Valley a pu visiter la plateforme de prototypage. (Photo K.W.)

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Le FabLab de Telecom Valley et les makers au service des hôpitaux azuréens

Durant la crise sanitaire, le collectif des makers Visière Solidaire 06 et le SoFAB de Telecom Valley ont conçu et produit des visières de protection pour les soignants hospitaliers azuréens. Maintenant que l'urgence est passée, comment faire perdurer cette collaboration?

Ces dix dernières semaines, le collectif des makers Visière solidaire 06 et SoFAB, le FabLab de Telecom Valley à Sophia Antipolis, ont conçu et produit des protections qu’ils ont fait parvenir à des soignants hospitaliers azuréens très exposés au Covid-19.

"Sur l’ensemble du département, ce sont plus de 15.000 visières de protection qui ont été fabriquées par la communauté des makers, expliquent en chœur Paul Ganelon et Fabien Lambert. Et notre groupe, Visière solidaire Ouest 06, en a fabriqué 4.200 qui ont été distribuées aux personnels soignants."

Tout comme la ferme d’imprimantes 3D des makers et la découpe laser du SoFAB qui ont tourné jour et nuit, le collectif n’a pas non plus chômé: "Nous avons dû nous adapter au confinement, aux pénuries de matières premières, répondre aux attentes des différentes catégories de soignants pour améliorer le confort, l’ergonomie, la solidité ou encore la désinfection des visières."

Radiologues, réanimateurs, chirurgiens, infirmiers... Chaque profession a besoin de son propre modèle spécifique. "Nous avons testé une quinzaine de modèles pour finalement en distribuer quatre", souligne Paul Ganelon.

"Nous avons aussi collaboré pour mettre au point des visières très haute visibilité (qualité verre) spécifiques aux hôpitaux notamment en mettant à la disposition du collectif notre machine à découpe laser, précise pour sa part Julien Holtzer, responsable bénévole du SoFAB. Une cinquantaine de ces visières très haute visibilité ont été remises aux hôpitaux de Grasse, Antibes et Nice qui les ont testées et suggéré des améliorations.

Pérenniser
la collaboration

Si l’entraide et la solidarité se sont spontanément mises en place durant la crise sanitaire, comment les pérenniser maintenant que l’urgence est passée? Comment le SoFAB peut-il répondre aux attentes des professionnels de santé?

Telles étaient les questions qui ont été posées à une délégation de quatre centres hospitaliers azuréens qui ont apprécié l’implication des markers.

"Il faut identifier les besoins restants et engager une réflexion globale", estime Franck Lavagna, coprésident de Telecom Valley qui a remis aux visiteurs une mallette contenant d’autres protections d’urgence réalisées par le FabLab: poignées de portes adaptées, valves de respirateur, écouvillons... La pandémie a mis en évidence la capacité de l’impression 3D à apporter une réponse rapide et locale aux besoins. Il faut aussi voir plus loin et plus grand car aux compétences des makers et aux outils numériques du SoFAB s’ajoute le réseau de Telecom Valley dont certains membres peuvent aider à passer à la phase d’industrialisation.

Le cahier des charges est ouvert: aux professionnels de santé de l’écrire.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.