Rubriques




Se connecter à

Le covid-19 et la tempête Alex plombent la fréquentation du refuge des Merveilles

Les touristes ont, malgré la crise sanitaire et la tempête Alex, été présents sur le territoire durant cette période estivale. Peu d’étrangers, mais avec des Français venus en nombre. Du côté du refuge des Merveilles, la fréquentation est en chute libre depuis le début de la pandémie de covid-19.

Célia Malleck Publié le 09/09/2021 à 09:53, mis à jour le 09/09/2021 à 22:05
Selon le nouveau gardien d’été, cette saison estivale aura été en demi-teinte par rapport aux autres années à cause de la tempête Alex et du Covid. Photo DR

En temps normal, c’est le sixième refuge le plus visité de France. Mais la tempête Alex a fortement impacté son affluence. "On a eu beaucoup moins de réservations par rapport aux années précédentes", note Yann Bonneville, le nouveau gardien d’été du refuge des Merveilles.

En cause? Les difficultés d’accès. La catastrophe naturelle du 2 octobre a emporté des kilomètres de routes dans la vallée de la Roya. Et ouvert plus d’une trentaine de brèches sur la RD 91 qui relie Saint-Dalmas-de-Tende au lac des Mesches, la porte d’entrée de la vallée des merveilles.

Jusqu’à il y a dix jours, les convois régulaient toujours la circulation entre Fontan et Saint-Dalmas. "Les gens qui nous appelaient étaient bloqués par les travaux sur la route", confie le guide de montagne.

Et les randonneurs qui voulaient monter devaient doubler leur temps de trajet. 6 heures de marche d’affilée, il faut être motivé.

 

"Un mois de juin très calme"

"On a eu un mois de juin très calme, détaille le gardien d’été. Juillet, c’était moyen. On a travaillé très fort du 5 au 20 août et là, c’est retombé pour septembre. On a 30 personnes par jour, c’est moitié moins que l’an dernier."

Les familles et novices ne viennent plus. "On a beaucoup de randonneurs de montagne qui viennent d’Allemagne ou d’Autriche pour faire la traversée des Alpes."

Et d’ajouter: "Il y a l’effet Covid aussi. Les fréquentations ont baissé depuis l’épidémie, ça se ressent dans tous les refuges. Mais le nôtre reste en dessous. On est à 30% de fréquentation."

Mais il s’y était préparé en reprenant le refuge, en juin, avec sa compagne Aude Pasquier. "On a à peu près anticipé, confie Yann Bonneville. On a pris moins de salariés, on a fait moins d’héliportages. Finalement, on s’y retrouve. Et on est quand même contents parce que les gens qui passent sont sympathiques."

 

"Montrer qu’on est là"

Quant à l’avenir, le natif de La Brigue, préfère "ne pas faire trop de projections": "Le refuge sera ouvert jusqu’à la mi-octobre. Ensuite, on montera ouvrir le refuge d’hiver sur réservations. Et pour l’été prochain, j’imagine que ça ira mieux. Mais l’impact négatif de la tempête Alex va durer des années. L’important, pour nous, maintenant, c’est de montrer qu’on est là, que le refuge est ouvert et que la randonnée est possible."

Offre numérique MM+

...

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.