Le casino de Sanary mise déjà sur sa réouverture

Fermé depuis plus de trois semaines, le casino Vikings maintient une certaine activité pour des besoins de maintenance et se prépare à relancer les machines quand le moment sera venu.

loris biondi Publié le 07/04/2020 à 19:34, mis à jour le 07/04/2020 à 19:36
Le confinement permet de vérifier de nettoyer et de désinfecter toutes les machines qui ornent l’antre de jeux sanaryenne. Photo doc Laurent Martinat

Rien ne va plus dans l’économie française et les casinos de jeux ne sont pas non plus épargnés par cette crise inédite. À Sanary, l’établissement Vikings, ouvert en août 2018, a dû comme les autres baisser rideau, relate le directeur Gérald Russo : « Le vendredi qui précédait le confinement, on avait reçu une mesure sur la fréquentation, dans laquelle on ne pouvait pas accueillir plus de cent personnes. On s’était organisé pour mettre en place cette directive. Et le lendemain, on a appris qu’on devait fermer à partir de minuit. »

Un personnel au chômage partiel

Ainsi, depuis le dimanche 15 mars, les machines sont à l’arrêt… et le personnel au chômage partiel : « Comme pour les autres activités concernées par une fermeture ou une baisse d’activité, on a dû gérer notre personnel. On n’est pas épargnés par les mesures prises dans des dizaines de milliers d’entreprises en France. On fait exactement la même chose », explique Luc Le Borgne, directeur général de Vikings casino.

Alors qu’il était dans sa seconde année d’exploitation, l’établissement sanaryen connaîtra, sans doute, une cuvée moins fructueuse que la précédente : « Je ne parlerai pas de chiffres car ce n’est pas d’actualité, mais effectivement, on ne sait pas encore où on va, donc, forcément ça va être très compliqué » poursuit Gérald Russo.

Une maintenance pour rester actif

Si le casino a été forcé de fermer temporairement, l’activité n’a pas totalement cessé.
Ils sont en effet quatre à maintenir une permanence « tout en respectant les gestes barrières et les distances de sécurité », assure le directeur.

La période d’inactivité est en effet propice à la maintenance et au bon fonctionnement des outils qui composent l’antre de jeux : « Ça nous permet de faire des choses qu’on ne fait pas durant le fonctionnement. On est surtout sur du nettoyage, de la désinfection que ce soit au niveau des machines ou des salles. On fait tout ça pour pouvoir être prêt et d’attaque à l’ouverture ! »

 

Car c’est bien sur la reprise à la sortie du confinement que misent et se préparent d’ores et déjà les dirigeants. Luc Le Borgne précise : « On est en relation avec les dirigeants des différents établissements et on imagine de nombreuses hypothèses. Est-ce que ça sera le 1er mai, le 15 mai, à une autre date, on n’en sait rien. Comme le reste du pays, on avance à l’aveugle. »

Une période difficile mais obligatoire... avant le retour du jackpot.

Garder le contact malgré tout...

Comme tous les autres établissements français, durant cette période de confinement, les casinos ne reçoivent plus de public. Une situation assez bizarre pour Gérald Russo : « Nous sommes des commerçants et dans le commerce, ce qu’on recherche c’est le contact et le relationnel. C’est vrai qu’actuellement nous sommes un petit peu déstabilisés parce qu’on ne les voit plus. »

Le directeur de l’établissement de Sanary poursuit en expliquant que les dirigeants gardent tout de même contact avec leur clientèle : « On les appelle pour savoir si tout va bien. Ça nous permet d’avoir un lien avec eux en passant un petit moment au téléphone. Et s’ils ont besoin de quelque chose et qu’on peut essayer de les aider, on le fait avec plaisir. »

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.