“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

L'association Femmes chefs d’entreprise de Monaco fête ses 15 ans

Mis à jour le 17/07/2019 à 09:27 Publié le 17/07/2019 à 10:30
Autour du souverain, les membres de l’association ont célébré cette date anniversaire.

Autour du souverain, les membres de l’association ont célébré cette date anniversaire. Photo Philippe Fitte

L'association Femmes chefs d’entreprise de Monaco fête ses 15 ans

Les Femmes chefs d’entreprise de Monaco ont choisi le cadre du Monte-Carlo Beach pour fêter leur quinzième anniversaire, en présence du souverain.

L’association a été créée le 15 juillet 2004 sous l’impulsion de Michel Pastor, président de la Chambre de développement économique à l’époque.

Placée sous le thème du développement durable, cette soirée a donné l’occasion à la présidente, Hilde Haneuse-Heye, de confirmer l’engagement de l’association dans la démarche de la transition énergétique mise en route par le gouvernement monégasque.

Lors de son allocution, la présidente a également annoncé la collaboration avec l’Imsee pour mettre en exergue la place de la femme chef d’entreprise à Monaco. Les données actuelles démontrent, en effet, que les femmes sont de plus en plus nombreuses à créer leur entreprise.

Sur le plan mondial, l’association fait aussi preuve de dynamisme. Joëlle Baccialon, présidente d’honneur de l’association, et Cinzia Cicolella, vice-présidente, font toutes deux partie du bureau mondial aux côtés de Marie-Christine Oghly, présidente mondiale des Femmes chefs d’entreprise.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct