“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

"L'année 2017 aura été une excellente année": le directeur du Centre Hospitalier Princesse-Grace dresse le bilan

Mis à jour le 18/01/2018 à 12:11 Publié le 18/01/2018 à 12:17
Le centre hospitalier Princesse-Grace.

Le centre hospitalier Princesse-Grace. Photo Jean-François Ottonello

Monaco-Matin, source d'infos de qualité

"L'année 2017 aura été une excellente année": le directeur du Centre Hospitalier Princesse-Grace dresse le bilan

Devant le souverain, Mgr Bernard Barsi et de nombreux représentants politiques, le directeur de l'hôpital, Patrick Bini, qui prend sa retraite fin juin, a présenté ses vœux aux personnels L'occasion de faire le bilan d'une année record.

"Tous les records ont été battus en 2017, malgré le chantier du nouvel hôpital et les fermetures de lits dues aux travaux de rénovation de services". Hier, Patrick Bini s'est réjoui de l'activité de l'hôpital qu'il compte quitter le 1er juillet prochain pour partir à la retraite.

Mais avant d'évoquer la situation économique, sociale et financière du Centre Hospitalier Princesse-Grace, le directeur de l'hôpital a commencé son discours par une petite phrase qui a dû résonner dans la tête du personnel réuni hier midi, dans la salle Hera de Lou Clapas.

"En dépit de quelques Cassandre, dont certains sont dans la salle, le CHPG va bien et l'année 2017 aura été une excellente année".

Le ton est d'emblée donné. Mais on n'entend pas les mouches voler ; il n'y en a pas !

Un déficit de 5 millions d'euros en 2017

Alors devant le prince Albert II présent hier, Patrick Bini a donné les chiffres de l'activité de l'hôpital: "le nombre d'admissions a progressé de 5,5 %, le nombre d'interventions chirurgicales a augmenté de 6 %, le nombre de consultations a évolué de 3,3 %, le nombre d'endoscopies est en croissance de 6 %.

Les activités de tous les plateaux techniques sont en progression. Tous les services de médecine ainsi que le Centre Rainier-III ont connu des taux d'occupation frôlant les 100 %.

L'Unité de check-up a connu une progression remarquable avec 190 check-up réalisés en 2017 pour des patients de 34 nationalités différentes, dont 25 % de russophones.

Il est à noter que 70 % de ces check-up concernaient des nouveaux patients du CHPG, ce qui atteste que cette Unité de check-up remplit sa mission d'attractivité médicale."

Malgré cette activité croissante, "la situation budgétaire de 2017 a été une année tendue. Le déficit de l'année qui vient de s'écouler n'est pas encore finalisé mais devrait s'établir, certes en dessous des prévisions, mais aux alentours de 5 millions d'euros, soit 2,8 % de notre budget".

Trois raisons à cela: "Le surcoût du nouveau référentiel d'échelles indiciaires (1 M€ pour le budget principal), l'impact de la retraite et la mise en œuvre de la retraite complémentaire (1,1 M€), le surcoût des médicaments onéreux liés aux cancers (un seul médicament a généré un surcoût de 1,4 M€)".

Entre 2008 et 2016, c'est-à-dire les années qui furent sous sa responsabilité, Patrick Bini est satisfait: "le cumul budgétaire fait ressortir un excédent de 3 M€, alors que les neuf années antérieures à 2008 le déficit était de 53 M€".

Le directeur a présenté ensuite les projets mis en œuvre notamment grâce aux dons.

"De nombreuses nouvelles techniques médicales ont été mises en place grâce à l'aide du gouvernement princier, mais aussi de généreux donateurs dont le GEMLUC et la Fondation des Amis du CHPG avec le dynamique Roger Shine qui a déjà levé des fonds à hauteur de 2 millions d'euros".

Ainsi a été posée "la première prothèse de genou sur mesure élaborée aux États-Unis et posée par le Docteur Tristan Lascar, ce qui n'avait jamais été réalisé, même pas dans les hôpitaux de l'État voisin. Et nous avons installé un deuxième accélérateur de particules en radiothérapie, parfaitement jumelé avec la première machine, fait très rare même dans l'État voisin".

"Un second Service de chirurgie ambulatoire a ouvert en janvier 2017 ce qui nous a permis de faire progresser de 16,5 % l'activité de chirurgie ambulatoire au CHPG (...) La rénovation du Service d'orthopédie est bien avancée afin de donner une nouvelle dynamique à celui-ci et je suis en mesure de vous annoncer que nous avons reçu vendredi les premiers patients dans la nouvelle unité d'hospitalisation rénovée", a poursuivi Patrick Bini.

Des recrues de choix

Mais le plus grand projet, c'est bien sûr le nouvel hôpital. "Il est envisageable que la première tranche soit livrée en 2023".

Quant aux Cap Fleuri I et II (78 lits d'EPHAD), aux termes des constructions, en 2024, "le CHPG disposera de 266 lits de maison de retraite, auxquels se rajoutent les 210 lits du Centre Rainier-III".

Patrick Bini a listé également les initiatives les plus remarquables.

"En 2017, le partenariat avec UPENN s'est renforcé. Le Professeur Nadir Saoudi et une dizaine de ses collègues chefs de service sont allés à Philadelphie pour échanger avec leurs homologues américains".

Ont été citées aussi les dernières recrues qui furent "d'excellents choix".

"En 2016, nous avions nommé le Docteur Maurice Chazal, chirurgien digestif et le Docteur Tristan Lascar, chirurgien orthopédiste. En 2017, le Docteur Hervé Quintens, chef de Service d'urologie".

Et Patrick Bini de conclure sur l'année qui vient de s'écouler: "Comme vous le constatez, 2017, dans son ensemble, a été un excellent millésime. Je voudrais y associer les deux conseillers de gouvernement-ministres des Affaires Sociales et de la Santé, qui partagent le même attachement au service public, Stéphane Valeri qui a cessé ses fonctions le 31 mai 2017 et Didier Gamerdinger qui lui a succédé au 1er juin 2017".

Après que le directeur du CHPG a dressé un bilan de l'année écoulée et présenté 2018, le prince a salué le travail accompli par Patrick Bini.
Après que le directeur du CHPG a dressé un bilan de l'année écoulée et présenté 2018, le prince a salué le travail accompli par Patrick Bini. Photo Gaétan Luci - Palais princier

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.