Rubriques




Se connecter à

La success story de Carlo, l'application monégasque qui s'exporte en Espagne

Comme en 2020, des milliers d’employés du secteur public pourront dépenser 6,5 millions d'euros de bons cadeaux via l’application Carlo dans les commerces locaux, à Monaco. La start-up s’exporte aussi en Espagne.

Thibaut Parat Publié le 04/11/2021 à 20:53, mis à jour le 04/11/2021 à 20:53
Depuis sa création en 2019, l’application Carlo a généré près de 13 millions d’euros de transactions dans les commerces locaux de la Principauté. Photo Jean-François Ottonello

Un accélérateur de croissance. Voila, résumés en une phrase, les effets de la crise sanitaire sur la start-up monégasque Carlo. L’effectif, limité au créateur et à un étudiant en alternance avant que la Covid-19 ne chamboule nos vies, s’est étoffé à 8 salariés.

Et le concept innovant de porte-monnaie virtuel, permettant d’être recrédité de 5% du montant de ses achats dans des commerces de proximité, ne cesse de drainer de nouveaux utilisateurs et boutiques partenaires.

10.000 salariés concernés

Le gouvernement princier, qui a vu dans ce système une bonne occasion de redynamiser le commerce local, avait offert à 10.000 salariés du secteur public (fonctionnaires, agents de l’État, retraités de la fonction publique, et le personnel et les retraités non médicaux du CHPG) des bons cadeaux à dépenser au travers de l’application Carlo.

L’État monégasque, à l’approche des festivités de Noël, a reconduit l’opération et l’enveloppe flirte désormais avec les 6,5 millions d’euros.

 

"Lors du précédent Noël, de nombreux commerces ont dynamisé leurs ventes. Tous les bons cadeaux ont été dépensés à Monaco. Ce qui, forcément, a généré de la TVA", explique Antoine Bahri le fondateur.

En bref, tout le monde s’y retrouve. Plus d’une dizaine de sociétés privées ont embrayé le pas de l’exécutif en émettant ces chèques numériques via l’application Carlo, notamment les Ballets de Monte-Carlo, la Société des Bains de Mer et KPMG.

L’application s’exporte… en Espagne

Fort d’une mécanique bien huilée à l’échelle locale, la start-up Carlo s’est exportée à Valladolid en Espagne. Depuis cette semaine, 40 commerçants de cette ville de 300.000 âmes utilisent l’application monégasque. Restauration, horlogerie, prêt-à-porter, coiffeurs…

"On a utilisé Monaco comme ville pilote car le territoire, petit et concentré, se prête bien aux retours d’expérience rapides. On a ainsi pu améliorer le service et développer un produit solide et automatisé", explique Antoine Bahri.

"Le concept marche ici et peut être répliqué dans d’autres villes européennes de taille moyenne où il y a un réel besoin de redynamiser le commerce local, lequel a souvent du mal à s’adapter aux nouvelles habitudes de consommation. Il faut leur donner des solutions qui leur permettent de se différencier des grandes enseignes de centres commerciaux et d’Internet.."

Nouvelles fonctionnalités

La jeune entreprise, incubée à Monaco Tech, a aussi développé de nouvelles fonctionnalités, comme le partage de l’addition au restaurant, et va améliorer l’interface de son application dès la semaine prochaine.

 

"En 2022, nous lançons de nouvelles fonctionnalités: la recharge du portefeuille virtuel directement à partir de la carte bancaire, le paiement entre amis et les bons cadeaux grand public."

Le 16 novembre au Novotel, la société Carlo propose une keynote à tous les commerçants de Monaco pour présenter l’application. Rens.: hello@carloapp.com

"Une monnaie locale"

Cette application de paiement récompense l’utilisateur quand il effectue un achat dans un commerce de proximité à Monaco et contribue à l’économie locale.

Il reçoit 5% de cash-back dans un portefeuille virtuel qu’il peut cumuler et redépenser dans n’importe quel commerce monégasque partenaire.

"Carlo crée une monnaie locale, intelligente et avantageuse", décrit son fondateur, Antoine Bahri.

Partenaires

Plus de 320 commerces de Monaco ont intégré le réseau Carlo depuis sa création.

Utilisateurs

L’application possède une base de 21.000 utilisateurs.

Transactions

Depuis son lancement, Carlo a traité près de 13 millions d’euros de transactions. Ces achats ont généré 900.000 euros pour les consommateurs.

TVA

Le fait que cet argent gagné (cash-back en anglais) soit réinjecté dans l’économie, cela profite à l’État qui a récupéré plus de 2 millions d’euros de TVA.

Offre numérique MM+

...

commentaires

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.