“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

La stratégie de Monaco au port de Vintimille

Mis à jour le 08/11/2020 à 20:02 Publié le 08/11/2020 à 20:02
Le nouveau port de Monaco, le "Cala del Forte" à Vintimille, qui accueille ses premiers bateaux.

Le nouveau port de Monaco, le "Cala del Forte" à Vintimille, qui accueille ses premiers bateaux. Photo Dylan Meiffret

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

La stratégie de Monaco au port de Vintimille

Une vingtaine de bateaux ont déjà jeté l’ancre au port de Cala del Forte. L’équipement sera terminé au printemps. Visite de chantier et enjeux du troisième port de Monaco.

En milieu de semaine dernière, la question était sur toutes les lèvres : la Ligurie va-t-elle suivre le mouvement de la Lombardie, du Piémont et du Val d’Aoste ? En clair, la ville de Vintimille risque-t-elle d’être confinée ?

« S’ils ordonnent un confinement, ça ne va pas nous faciliter la vie. » Aleco Keusseoglou est le président délégué de la SEPM, la Société d’exploitation des ports de Monaco. S’il s’intéresse d’aussi près à la situation sanitaire en Italie, c’est que l’un de ses trois ports est situé à Vintimille.

Après Hercule et Fontvieille, le port de Cala del Forte est la troisième structure monégasque accueillant des navires de grande plaisance. Il a ouvert ses quais aux premiers navires le 15 octobre (notre édition du 17 octobre).

À ce jour, le port est ouvert aux bateaux. Mais il reste encore à terminer l’aménagement de toute la marina. Et ce n’est pas une mince affaire. Alors, forcément, si la crise sanitaire devait se traduire par un confinement de la Ligurie, et donc entraîner un retard dans la livraison de l’équipement, cela n’arrangerait pas du tout les affaires de la SEPM, et singulièrement de sa filière italienne, la Société monégasque internationale portuaire (SMIP).

178 places de bateau

Illustration.
Illustration. Photo Dylan Meiffret

En milieu de semaine dernière, nous sommes allés visiter ce nouveau port situé à 7,6 miles nautiques de la Principauté. Dans la marina, 17 navires y sont déjà amarrés. Des bateaux de 20 à 40 mètres. Deux de plus sont arrivés ce week-end, dont un yacht de 25 mètres. Ils y passeront tout l’hiver. D’autres ne vont pas tarder à arriver (lire page suivante).
À terme, 178 navires pourront s’y amarrer. À l’origine, ce port était conçu pour 350 places. « Nous avons décidé de le remodeler afin qu’il puisse accueillir moins de bateaux mais de plus grande taille », explique Aleco Keusseoglou. Le format monégasque, en somme. Un surcoût de 10 Me a même été prévu afin d’aménager, à l’entrée du port, une place plus grande que les autres, destinée à un superyacht de 70 mètres.
Tous ces bateaux qui viennent d’entrer dans le port y passeront l’hiver. Il n’y aura quasiment pas de mouvement sur la période, avant le printemps prochain.

Comme à Monaco

Aujourd’hui, donc, les quais sont flambant neufs, les bittes d’amarrage rutilantes, le chrome des armoires électriques brillant de mille feux. Tiens donc, ce sont exactement les mêmes que celles du port Hercule. Ce n’est pas un hasard. « Nous faisons tout pour que les plaisanciers se sentent ici comme à Monaco, poursuit Aleco Keusseoglou. Les aménagements et la qualité du service sont identiques. » Les onze personnes qui travaillent à Vintimille – des Italiens pour la plupart – ont d’ailleurs toutes été formées en Principauté, des employés administratifs aux agents portuaires.
La première impression que laisse cette marina est celle d’un cocon circulaire bien protégé de la mer par une digue de 7 mètres de haut. Preuve de son efficacité, le port de Cala del Forte est sorti indemne du gros coup de mer de 2018, qui a causé tant de dégâts sur le littoral de la Riviera française et italienne.

Livraison: printemps 2021

Illustration.
Illustration. Photo Dylan Meiffret

Si Aleco Keusseoglou et ses équipes scrutent de près l’évolution de la pandémie de Covid en Italie, c’est que le chantier est encore loin d’être achevé. Et que le temps presse, l’objectif – et l’enjeu économique surtout – est que l’équipement soit terminé avec l’arrivée du printemps et de la haute saison de la plaisance.

D’ici là, il reste à livrer les 35 cellules commerciales. Au-dessus de cet arc commercial, quelque 14.000m2 de jardins sont en cours d’aménagement. Une touche de verdure qui se chiffre tout de même à 1,75 million d'euros.

Deux autres gros morceaux restent à terminer : le chantier naval, qui se divise en deux parties, réparties aux entrées du port, le distributeur de carburant et, surtout, l’imposant bâtiment qui abritera la capitainerie, mais aussi un bar lounge ou encore une salle de sport.

L’objectif, si le coronavirus ne vient pas perturber encore le calendrier, est de livrer l’ensemble du port de Cala del Forte fin avril.

Coût total de l’opération : 110 millions d'euros.

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.