“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

La Niçoise Phenix Sport recycle les maillots de foot usagés en matériel sportif

Mis à jour le 16/04/2021 à 15:52 Publié le 16/04/2021 à 18:30
Les fondateurs, tous deux issus du monde sportif, fabriquent des vêtements de sport en polyester made in Europe: "C’est dans l’ADN de la marque d’être écoresponsable et circulaire."

Les fondateurs, tous deux issus du monde sportif, fabriquent des vêtements de sport en polyester made in Europe: "C’est dans l’ADN de la marque d’être écoresponsable et circulaire." (Photo Franz Chavaroche)

Je découvre la nouvelle offre abonnés

La Niçoise Phenix Sport recycle les maillots de foot usagés en matériel sportif

Transformer des maillots de sport usagés en matériel sportif. Telle est l’ambition de Re-Shape, le projet de la startup niçoise Phenix Sport, lauréate du challenge Innovation 2020.

La Niçoise Phenix Sport porte bien son nom. À l’instar de l’oiseau légendaire qui renaît de ses cendres, la startup est très engagée dans une démarche écoresponsable. Elle fabrique et distribue aux clubs de sport des textiles et accessoires réalisés à partir de polyester recyclé.

Désireux d’aller plus loin, les deux fondateurs, Paul-Emmanuel Guinard et Olivier Guigonis, ont conçu Re-Shape, un projet visant à collecter auprès des clubs, fédérations et collectivités les vêtements de sport usagés en polyester et de les transformer en matériel pédagogique sportif comme des coupelles. Re-Shape est l’un des quatre lauréats du Challenge Innovation 2020 organisé par Re-Fashion, l’éco-organisme de la filière textile d’habillement.

Le produit

Une fois les vieux vêtements de sport collectés auprès des clubs de sport, fédérations, collectivités, ils sont triés: "Ceux encore en bon état sont réutilisés et envoyés à diverses associations dans le monde. Les autres sont transformés chez notre partenaire Mapea (Loire) en composite plastique souple qui servira à la fabrication de matériel de sport pédagogique."

Les deux dirigeants ont opté pour les coupelles qui sont très utilisées dans différents sports. Decathlon, par exemple, en vend près de 6 millions par an. Un maillot de sport pèse 150g et en le broyant, on peut concevoir 10 coupelles composées à 30% de textile et 70% de plastiques recyclés.

Phenix Sport prévoit de récolter 19 tonnes de textiles en 2022; 36 l’année suivante.

Le défi


"Maintenant qu’on a prouvé la faisabilité de Re-Shape, il faut réaliser le prototype de la coupelle et ce sera pour mars 2022", estime Paul-Emmanuel Guinard.

Pour y parvenir, les deux jeunes entrepreneurs doivent surmonter deux obstacles majeurs: le tri des maillots usagés selon la couleur et leur état et "qui se fait à la main chez notre partenaire l’Esat Provence TLC à Vitrolles".

En même temps, ils testent avec un plasturgiste la "recette" du plastique qui donnera naissance à une coupelle souple et colorée.

L’investissement

Les deux entrepreneurs s’autofinancent depuis leurs débuts en juin 2020: "Nous avons eu des clients pour leurs textiles dès le lancement de notre site marchand", confirment-ils.

Les 96K€ du challenge Innovation les aideront à mettre en place le projet, notamment le recrutement et le prototypage de la coupelle. "Fabriquer un moule coûte plusieurs dizaines de milliers d’euros et on envisage de créer un concours pour que des étudiants en design industriel inventent la coupelle de demain."

Cette année, Phenix Sport prévoit 500K€ de chiffre d'affaires.

L’objectif

De nombreux distributeurs se montrent intéressés par les coupelles écoconçues mais "Il leur faut du volume. Nous devrions produire 600.000 coupelles en 2022 puis 1,3million l’année suivante", explique Olivier Guigonis.

"Avant de créer une gamme complète d’équipements sportifs comme des jalons, des cerceaux…", complète Pierre-Emmanuel Guinard. En parallèle, Phenix Sport continue à fabriquer des vêtements en polyester recyclé. "Notre but est d’avoir des collections complètes pour tous les sports. Nous sommes déjà bien avancés. La bagagerie, elle, est plus complexe. Nous sourçons actuellement les producteurs européens de fibre d’ananas recyclés."

La plus-value

Phenix Sport répond à deux problématiques: la première étant de fabriquer des textiles à partir de déchets plastiques récoltés en France. Ces vêtements écoresponsables et de qualité sont fabriqués en Europe et aux mêmes prix que les grands acteurs du marché.

S’ils sont, pour l’instant, faits au Portugal, l’objectif de la startup est d’intégrer à moyen terme un maximum d’étapes de fabrication en France et de créer ainsi des emplois indirects. Enfin, avec le projet Re-Shape, elle apporte une solution à l’utilisation du polyester difficilement valorisable.
phenix-sport.com 


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.