Rubriques




Se connecter à

La marque maximoise Deminue poursuit son ascension

Lancée il y a deux ans, la ligne de maillots de bain imaginée par la Maximoise Cynthia Credidio a pris son envol. On les trouve aujourd’hui sur les marchés et dans plusieurs points de vente

Christiane Georges Publié le 03/08/2018 à 19:44, mis à jour le 03/08/2018 à 19:46
Cynthia (au premier plan) s’est associée à Léa pour proposer des articles autour de la mer. Photos Sophie Louvet

Réaliser des maillots de bain adaptés à toutes les physionomies. Dynamique et créative, c’est en partant de cette idée que Cynthia Credidio, jeune trentenaire maximoise s’est lancée il y a deux ans. Sa première gamme proposait des une-pièce et deux pièces imprimés, réversibles, sans couture qui mettent en valeur les fesses.

Le produit bien ciblé connaît un succès immédiat même si les ventes progressent en pente douce.

Boutiques et marchés

Deux ans après, la marque Deminue a connu une belle ascension et se retrouve dans plusieurs points de vente. A Ramatuelle, dans l’établissement de plage 1051, à Sainte-Maxime dans la boutique Bridget et Gigi, à Hyères dans le concept store Pour vous et « un peu partout en France, grâce au ‘‘ fashion truck ’’ de Charlotte posé actuellement à Calvi ».

Cynthia propose également sa gamme dans les marchés de Sainte-Maxime (le vendredi) et Saint-Tropez (les mardis et vendredis).

 

« Les marchés ont changé ma vision des choses. Ils m’ont permis de rencontrer les clients et d’échanger sur mes produits. J’ai pu me faire une idée sur leur perception de mes produits plutôt positive et sur les ajustements éventuels ». Mais avant tout, ces démarches ont permis à Cynthia de sortir de sa bulle.

« C’était difficile d’avancer seule, ça peut entretenir le doute ». Au fil de ses pérégrinations, notamment dans les marchés de créateur, Cynthia se rapproche de son amie Léa Balestracci spécialisée dans la couture et la conception de costumes provençaux, élue meilleure appprentie de France il y a neuf ans.

Piquée comme Cynthia par la bosse de la création, la Tropézienne Léa rejoint l’aventure : « Pour le plaisir, je m’amusait à créer des objets, miroirs, tableaux en bois flotté et en coquillages. Mes amis m’ont conseillé de les vendre.

C’est en discutant avec Cynthia qu’on s’est dit qu’on pourrait avoir un projet commun ».

 

Une offre diversifiée

Ensemble, elles crééent une collection autour de la mer : des paniers en feuilles de palmiers décorés qui s’ajoutent aux maillots de Cynthia et aux objets décoratifs de Léa. Une façon de diversifier l’offre. L’association est positive à plus d’un titre : « ça a débloqué des choses » souligne Cynthia « Il y a un partage d’expérience, un recul et du conseil sur nos produits et l’apport de nos réseaux respectifs ».

Aujourd’hui, les maillots de bain Deminue sont proposés dans une douzaine de coupes différentes. Cette année, la tendance est aux culottes hautes et aux couleurs unies. Pas un souci pour Cynthia puisque tous ses maillots sont réversibles avec un côté imprimé et l’autre uni.

Pour les femmes aux poitrines plus généreuses, un haut a été créé spécifiquement : il a une forme de triangle emboitant avec bandeau de soutien et des brides croisées dans le dos.

« Tout est ajustable pour plus de confort et un joli rendu » poursuit la jeune cheffe d’entreprise qui revendique aussi le caractère « local » de sa gamme : « Nos modèles sont conçus ici, fabriqués à la frontière (en Italie, NDLR) et vendus principalement dans le département. Si l’on devait emprunter un mythe pour symboliser notre esprit, ce serait celui du Golfe des origines et de ses plages sauvages ».

 

Rens: www.deminue.com/

Des maillots féminins et réversibles. Des maillots féminins et réversibles..

Offre numérique MM+

...

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.