Rubriques




Se connecter à

La machine à licornes de Truffle Capital s’installe à Nice

C’est l’histoire d’un fonds d’investissement qui crée des startups, toujours basées sur une innovation de rupture en santé. Une réussite impressionnante qui s’installe à Nice.

Agnès Farrugia Publié le 11/01/2022 à 18:30, mis à jour le 07/01/2022 à 18:12
"Quand 95% des gens me disent que ça ne va pas marcher, c’est que c’est une innovation radicale. Je fonce", assure le docteur Philippe Pouletty, cofondateur et DG de Truffle Capital. (Photo D.R.)

Truffle Capital est un fonds d’investissement européen qui crée des startups d’innovation dans les domaines de la science de la vie et des technologies de l’information. Il a été fondé en 2001 à Paris où il a son siège. Aujourd’hui, il s’installe à Nice, sur la Promenade des Anglais, inaugurés par le maire de Nice, Christian Estrosi, avec le ministre de l’Économie, Bruno Le Maire, en visio. Une arrivée en grande pompe porteuse d’une attractivité supplémentaire pour le territoire. En effet, le docteur Philippe Pouletty et Bernard-Louis Roques, cofondateurs de Truffle Capital, installent leur premier bureau en région sur la Côte d’Azur, à Nice, au plus près d’une nouvelle startup fraîchement créée: Caranx Medical.

Actionnaire majoritaire

Caranx, ce sont douze chercheurs et ingénieurs de nationalités différentes recrutés en huit mois, qui travailleront à Nice sur un robot chirurgien, permettant par exemple de remplacer une valve cardiaque de manière totalement automatisée. Investissement en propre de Truffle Capital: 2,8M€.
Parce que la particularité de ce fonds est de créer ses propres startups et d’en être actionnaire majoritaire pendant cinq, sept ou dix ans, "le temps de les mener jusqu’à la commercialisation, jusqu’au succès. Pour en faire des leaders mondiaux", explique simplement Philippe Pouletty, ancien interne des Hôpitaux de Paris, chercheur en biologie moléculaire à Stanford et détenteur de nombreux brevets.

Il pourrait facilement passer pour un savant fou, sauf que les résultats sont là. Depuis la création de Truffle Capital, 1,1 Md€ a été investi dans 75 entreprises dans les secteurs des technologies digitales et des sciences de la vie.

ujourd’hui, le fonds gère pas moins de 700M€ d’actifs provenant d’investisseurs comme les caisses d’assurances, banques, family office, corporate... "Avec une innovation radicale, on peut avoir des brevets très puissants et empêcher la concurrence des grands groupes. Si vous avez un produit révolutionnaire qui agit pour l’humain, cela crée un effet Waouh ! et l’agrément de mise sur le marché est facilité, les partenaires industriels se pressent et les payeurs (Sécurité sociale, mutuelle...) acceptent de payer plus cher parce que le bénéfice au patient est élevé. Si on nous considérait comme des cow-boys quand on est rentrés des États-Unis, on a gagné en notoriété grâce aux différents succès que nous avons bâtis"

 

Une autre startup, Skinet, dans le domaine dermo-cosmétique et la neurostimulation, devrait également s’installer au 400, promenade des Anglais. D’autres devraient les rejoindre.

Autre fonds, mêmes ambitions

Truffle Capital envisage la création d’un fonds d’investissement late stage [après que la startup a effectué une première levée de fonds, ndlr]: Truffle MEDEOR qui vise à accompagner les biotechs et medtech françaises pour en faire les leaders de demain.

Taille cible totale: de 600 à 800M€ sur une quinzaine d’investissements. "L’idée étant que Truffle Capital dispose de moyens supplémentaires pour permettre à l’écosystème BioMedTech français – et de la région PACA – de rayonner dans le monde."

Ambitieux, Philippe Pouletty? Sur la quinzaine de startups créées, onze sont déjà cotées en Bourse et leurs technos opérationnelles dans nos hôpitaux. Plutôt "à la pointe", le directeur général.

> www.truffle.com/

De startups à licornes

Abivax, Carbios, Carmat, Symetis, Vexim... autant de sociétés dans lesquelles Truffle Capital a investi. Et plusieurs sont devenues licornes [valorisées à plus d’1 Md€]. Carmat, créée en 2008 entre sur Euronext Paris dès 2010, lève 29,3M€ en 2011 et lance en 2020 la commercialisation de son innovation, un cœur artificiel déjà implanté sur plusieurs patients.

En Paca, le fonds est à l’origine (dans les BdR) de Skinosive qui diminue la toxicité des filtres UV en dermato-cosmétique; Diaccurate (médicaments anticancéreux et antiviraux fondés sur de nouveaux mécanismes en immuno-oncologie) et Affluent Medical (implants innovants pour le traitement des maladies cardiaques, vasculaires et l’incontinence urinaire).

commentaires

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.