“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

La future MonacoTech se dévoile… à Tel Aviv

Mis à jour le 21/06/2017 à 11:13 Publié le 21/06/2017 à 05:02
Martin Péronnet, le directeur général de Monaco Telecom, et Fabrice Marquet, le directeur de MonacoTech, viennent chercher du savoir-faire à Tel Aviv.

Martin Péronnet, le directeur général de Monaco Telecom, et Fabrice Marquet, le directeur de MonacoTech, viennent chercher du savoir-faire à Tel Aviv. Photo A.C.

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

La future MonacoTech se dévoile… à Tel Aviv

Israël, c'est la Terre promise pour tout créateur de start-up. Les deux artisans du futur incubateur de start-up monégasque sont du voyage avec le MEB pour emmagasiner de l'expérience

Ils sont comme deux enfants à qui l'on proposerait de passer deux jours complets dans la maison du père Noël. Martin Péronnet et Fabrice Marquet, les chevilles ouvrières de MonacoTech, la pépinière de start-up qui va ouvrir ses portes à Monaco en septembre prochain, viennent de débarquer dans le pays considéré comme le Graal en la matière. C'est bien simple, "Israël est le pays au monde où la concentration de start-up est la plus importante", formule le directeur général de Monaco Telecom, des étoiles plein les yeux.

L'État hébreu est aussi la Terre promise pour les porteurs de projets qui rêvent de créer une "licorne". Comprendre une start-up à la croissance fulgurante, valorisée à plus d'un milliard de dollars en un rien de temps, à l'image d'entreprises comme Airbnb ou Blablacar.

S'inspirer du succès israélien

Hier matin, lors de la première journée de la mission économique orchestrée par le Monaco Economic Board à Tel Aviv, Martin Péronnet et le jeune directeur de la future MonacoTech ont multiplié les rendez-vous avec des dirigeants de start-up et autres investisseurs ayant l'habitude de parier gros sur ces sociétés qui cartonnent en un clin d'œil. Très souvent dans le domaine des nouvelles technologies. L'enjeu, pour ces deux membres un peu à part de la délégation monégasque, est évident : emmagasiner de l'expérience, s'inspirer du succès éclatant de certaines start-up, commencer à tisser leur propre réseau, voire trouver des porteurs de projet qui pourraient être accueillis dans la MonacoTech en cours de gestation.

"Émulation"

De quoi s'agit-il ? D'un incubateur-accélérateur de start-up. En clair, un lieu d'accueil d'entreprises en projet (incubateur) ou déjà existantes et qui recherchent un coup de pouce (accélérateur), qui aura pour mission de les aider à grandir.

Le gouvernement princier a souhaité que cet incubateur se crée en partenariat avec Xavier Niel, l'actionnaire majoritaire de Monaco Telecom, le patron de Free n'ayant pas à prouver son savoir-faire en matière de réussite économique insolente. Fabrice Marquet, le directeur de MonacoTech, et Martin Péronnet opèrent donc ensemble pour faire naître le concept.

"Nous sommes installés à Fontvieille, dans des locaux mitoyens de Monaco Telecom, décrit le directeur de MonacoTech. Dans cet espace, nous allons accueillir des start-up et les aider dans leur création ou leur développement, en matière de marketing, de technique, de recherche de financement, de formation, de communication, bref, de tout ce dont elles auront besoin."

"Ces jeunes entreprises seront réunies dans un même espace, poursuit Martin Péronnet. Ça va créer une émulation, un esprit d'entraide entre elles, également."

Ces candidats à la réussite éclair n'auront à s'acquitter que d'un loyer modeste pour profiter de cette aide inédite en Principauté, de l'ordre de 150 à 300 euros par mois. "L'idée n'est pas de gagner de l'argent mais de planter des graines, de les faire éclore, et que leur succès profite à Monaco", ajoute Fabrice Marquet.

Au campus Google

Alors forcément, n'entrera pas dans MonacoTech qui veut. Une procédure de sélection des candidats est en cours.

Pour guider ces créateurs de start-up vers le succès, Martin Péronnet et Fabrice Marquet attendent donc beaucoup de ces deux jours à Tel Aviv.

Après des premiers rendez-vous très instructifs hier, ils vont, avec les 26 autres dirigeants monégasques de la délégation du MEB, passer la matinée d'aujourd'hui sur le campus Google.

"L'un des centres de développement et de recherche de Google le plus important au monde se trouve ici, applaudit Martin Péronnet. Le patron de Google Israël est aussi le vice-président de Google monde."

Un rêve de gosse pour tous les créateurs de start-up, disions-nous…


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.