Rubriques




Se connecter à

La France est-elle aussi menacée par la suspension des livraisons de gaz russe?

La rédaction Publié le 27/04/2022 à 11:40, mis à jour le 27/04/2022 à 11:06
Illustration. Photo AFP

Question de Lola

La France est-elle aussi menacée par la suspension des livraisons de gaz russe?

Bonjour Lola,

Ce mercredi 27 avril, le géant russe Gazprom a annoncé suspendre ses livraisons de gaz vers la Pologne et la Bulgarie. Cette décision fait suite au refus des deux pays européens de payer la société en roubles, comme l'exigeait le Kremlin. L'arrêté commence dès ce mercredi, et ce, "jusqu'à ce que le paiement soit effectué", comme le précise l'entreprise. Le paiement en roubles a été rendu obligatoire en réponse aux sanctions économiques. Il veut aussi redonner de la valeur à la monnaie, qui est en chute libre depuis le début de la guerre en Ukraine.

Cependant, ce ne sont pas les seuls États à avoir refusé la demande. Tous les pays membres de l'Union européenne, ainsi que quelques pays anglo-saxons et asiatiques, n'ont pas voulu suivre les directives de Vladimir Poutine. Ils ont alors été qualifiés "d'inamicaux" par le président russe. La France est concernée.

"Les contrats sont les contrats"

Malgré les nombreuses menaces, l'État français a toujours refusé de payer en roubles, réglant habituellement en euros ou dollars, comme écrit dans les documents officiels. "Les contrats sont les contrats", a répondu Bruno Le Maire. "[Ils] prévoient une monnaie dans laquelle ils sont exécutés et donc les contrats doivent être exécutés dans la monnaie prévue." La Russie avait quand même précisé que ce changement de devise n'impacterait pas les prix.

 

Bien qu'aucune autre mesure n'ait été prise, la France s'attend à un arrêt de l'approvisionnement. "C'est à nous de préparer ces scénarios-là, et nous les préparons", avait déclaré le ministre de l'Économie lors des premières menaces. Pour faire face à cela, ils comptent notamment réduire la consommation de certaines entreprises.

Le plus risqué serait alors cet hiver, avec une hausse de la demande en énergie, pour le chauffage par exemple. Mais pour le moment, pas de pénurie en vue, car seul 17% du gaz provient de Russie. 

Cordialement.

Offre numérique MM+

Posez votre question à la rédaction
Grands projets, enjeux locaux, coronavirus, travaux, politique, économie…
Posez toutes vos questions à nos journalistes. Et retrouvez leurs réponses dans la rubrique dédiée

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.