“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

L’ancien hôtel Terminus va prendre un nouveau départ

Mis à jour le 22/05/2019 à 10:05 Publié le 22/05/2019 à 10:05
L’ancien hôtel Terminus pourrait accueillir, notamment, un centre de télétravail et de coworking. Un projet qui viendra s’intégrer dans celui du pôle d’échange multimodal.

L’ancien hôtel Terminus va prendre un nouveau départ

Aujourd’hui propriété de la Communauté d’agglo (Carf), l’ancien établissement va être réhabilité pour accueillir un centre de télétravail et de coworking. Des études techniques sont en cours

Le projet de réhabilitation de l’ancien hôtel-restaurant Terminus arrive bientôt en gare de Menton. Un nouveau départ dans le train du... numérique !

Dans le cadre de sa politique de développement économique, la Communauté d’agglomération de la Riviera française (Carf) - propriétaire du lieu depuis 2007 - a lancé un projet de construction d’un centre de télétravail, c’est-à-dire un mode d’organisation dans lequel un salarié d’une entreprise accomplit son travail hors des locaux de son employeur.

Des espaces de « coworking » sont également prévus. « C’est un espace de travail partagé souvent dédié à des gens qui démarrent. Des professionnels de secteur très divers partagent alors un même environnement de travail », précise Alain Riquet, directeur général des services de Menton.

Détruire ou rénover

Ce centre novateur - le tout premier de la cité - pourrait être situé sur l’emplacement du Terminus, un établissement très connu des Mentonnais et fermé depuis des années (lire ci-dessous).

Dans les jours à venir, un relevé topographique doit être réalisé par un géomètre. « Ce travail devait être effectué en mars, mais il n’a pas pu le faire en raison du squat et de l’état sanitaire de l’intérieur du bâtiment », rappelle le maire de Menton et président de la Carf, Jean-Claude Guibal.

Une opération policière suivie d’un murage du bâtiment a donc été nécessaire le mois dernier. « Une fois que le géomètre aura rendu son travail, il faudra déterminer le potentiel de construction sur l’emplacement de l’ancien hôtel », ajoute Jean-Claude Guibal. À l’issue de ces études, deux possibilités : détruire le Terminus pour reconstruire un bâtiment de plus grande dimension ou simplement le rénover.

L’ancien hôtel Terminus d’une superficie de 710 m2 est réparti sur trois niveaux. « Il y a huit copropriétaires et le bâtiment intègre un laboratoire d’analyses médicales. Il faudra donc décider de l’avenir du lieu en négociations avec les copropriétaires. » Ainsi, l’ancien hôtel pourrait accueillir un centre de télétravail et de coworking mais pas seulement ! Des bureaux, une brasserie, une maison de santé, une annexe de l’Office de tourisme communautaire ou un centre de formation numérique sont envisagés.

Ce projet au Terminus viendra compléter la création d’un pôle d’échange multimodal (PMM) (1) dont le permis de construire sera déposé en fin d’année. Les travaux devraient alors commencer au premier trimestre 2020.

À l’horizon 2022

« Évidemment, un grand trou sera réalisé pour la création du pôle d’échange multimodal et l’implantation du centre de télétravail viendra pendant les travaux », précise le maire et président de la Carf.

Ainsi, le nouveau centre 2.0 ne verra pas le jour avant 2022. Une fois implanté près de la gare, le Terminus deviendra la locomotive numérique d’une nouvelle façon de travailler.

Âgé de 81 ans, Jacques Volpi est connu pour être le président de l’association patriotique AOROHM (1). Mais surtout, le Mentonnais a été le propriétaire de l’hôtel-restaurant Terminus - avec sa femme Michèle - durant... 47 ans !

Au début du XXe siècle, le Terminus se prénommait le Comptoir du terminus. En 1952, le beau-père de Jacques Volpi a racheté le bâtiment pour y créer un restaurant. Il est alors devenu un lieu privilégié juste en face de la gare. Joséphine Baker est même venue manger un bout et le Général de Gaulle a pris un bain de foule devant l’enseigne en sortant du train.

Puis, Jacques et sa femme Michèle ont repris l’enseigne entre 1982 et 2007 et créé un hôtel de treize chambres. « Nous y avons mis tout notre cœur et notre temps. C’était une très belle aventure ponctuée de belles rencontres », relate le Mentonnais. Le couple a accueilli l’actrice Mimie Mathy et même l’acteur Michel Bouquet.

« Je me souviens que l’un de nos employés l’avait confondu avec un autre acteur et Michel Bouquet est parti dans un fou rire. »

Mais surtout le Terminus, c’était le lieu de rencontre des voyageurs, des Mentonnais et des associations patriotiques (et autres), qui organisaient leurs réunions et assemblées.

Le couple accueillait également les nombreux touristes, qui faisaient escale à Menton pour la Fête du citron. « Les clients étaient devenus nos amis. C’est une chance incroyable d’avoir pu travailler dans cette ambiance. »

Jacques Volpi, propriétaire du Terminus durant 47 ans. 
Le Mentonnais tient une photo de l’emplacement de l’hôtel, lequel n’existait pas encore... en 1891 !
L’hôtel-restaurant Terminus accueillait régulièrement les Mentonnais et les associations patriotiques locales.

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct