Rubriques




Se connecter à

Je veux que l'on

Les investissements, qui représentent un tiers du budget de l'État, se heurtent à de multiples difficultés techniques. Autant d'aléas qui amènent le ministre des Finances, Jean Castellini, à provisionner

Joëlle dEVIRAS Publié le 17/09/2018 à 05:06, mis à jour le 17/09/2018 à 05:06
Jean Castellini.
Jean Castellini. Alberto Colman

Alors que l'automne s'apprête à étudier, en séances publiques du Conseil national, le budget rectificatif les 8, 10 et 12 octobre, puis le primitif 2 018 de l'État, le conseiller de gouvernement-ministre des Finances et de l'Économie vient de répondre aux questions du Monaco Press club à l'Hôtel Métropole. Dans ce pays qui investit traditionnellement un tiers de ses recettes pour mener de grands travaux, se sont enchaînées de multiples difficultés autour des chantiers du CHPG, de l'îlot Pasteur, des Jardins d'Apolline, de L'Hélios, du Port Hercule… Et forcément des surcoûts pour en sortir… Pas pour autant de malédictions selon Jean Castellini.

Offre numérique MM+

...

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.