“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Inria Sophia et ExactCure partenaires dans un projet européen de simulation de dispositifs cardiaques

Mis à jour le 22/01/2021 à 11:15 Publié le 22/01/2021 à 10:26
Inria Sophia Antipolis Méditerranée pilote ce consortium de dix partenaires internationaux dont fait partie la startup niçoise ExactCure.

Inria Sophia Antipolis Méditerranée pilote ce consortium de dix partenaires internationaux dont fait partie la startup niçoise ExactCure. Photo DR

Monaco-matin, source d'infos de qualité

Inria Sophia et ExactCure partenaires dans un projet européen de simulation de dispositifs cardiaques

Inria Sophia Antipolis Méditerranée pilote SimCardioTest, un consortium international financé par l'Union européenne visant à concevoir de nouveaux outils pour la prévision des pathologies cardiaques. Parmi les dix partenaires du projet, la statup niçoise ExactCure.

SimCardioTest sera lancé officiellement lundi 25 janvier. Ce projet de quatre ans financé à hauteur de 8M€ par l’Union européenne dans le cadre du programme de recherche et d’innovation Horizon 2020 vise à concevoir de nouveaux outils prédictifs, plus précisément des dispositifs cardiaques et des médicaments pour les essais et la certification in silico [recherche ou un essai effectué au moyen de de modèles informatiques, ndlr].

Cocorico: ce consortium international de dix partenaires est coordonné par Inria Sophia Antipolis Méditerranée qui a également piloté le dépôt de la candidature et la mise en place du consortium.

Autre motif de satisfaction, la présence de la startup niçoise ExactCure.
"L'objectif de SimCardioTest, expliquent Maxime Sermesant et Michèle Barbier, respectivement coordinateur et manager du projet, est de réduire les coûts de développement et les délais de mise sur le marché des nouveaux médicaments et dispositifs médicaux et de participer à la certification et au marquage CE. Mais aussi de réduire le nombre de patients dans les essais cliniques et les tests sur les animaux." 

Comment? En utilisant la simulation. Trois scénarios de modélisation sont prévus: un concernant le vieillissement des pacemakers; un autre modélisera un dispositif implanté dans le cœur pour éviter la formation de caillots et les AVC.


ExactCure, elle, interviendra dans le troisième cas d’usage: "On va simuler le médicament dans le sang, détaille Fabien Astic, son cofondateur. On déterminera de quel médicament il s’agira puis selon les caractéristiques du patient (âge, poids, taille, fonction rénale, mutations génétiques), sa concentration dans le sang au cours du temps. Notre résultat sera ensuite utilisé par un autre partenaire, l’Université polytechnique de Valence, qui en déduira la concentration du médicment à la surface de la cellule avant d’en déterminer l’action dans cette cellule."

Sûr que les 47 scientifiques de SimCardioTest vont avoir du cœur à l’ouvrage.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.