“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Ils ont fait le choix d'investir en Tunisie

Mis à jour le 10/07/2017 à 05:03 Publié le 10/07/2017 à 05:03
L'entreprise monégasque fabrique depuis 2009 à Utique, des produits d'emballage en plastique pour cosmétiques haut de gamme.

L'entreprise monégasque fabrique depuis 2009 à Utique, des produits d'emballage en plastique pour cosmétiques haut de gamme. CV

Ils ont fait le choix d'investir en Tunisie

Une vingtaine de sociétés monégasques ont établi leur production ou leur activité principale en Tunisie. À l'image de l'industriel Formaplast-Plascopar, qui a délocalisé son usine en 2009

Bienvenue à Utique. À 45 minutes d'autoroute de Tunis (nids-de-poule sur la route y compris), une zone industrielle au milieu de la Pampa tunisienne. Derrière un mur d'enceinte couleur ocre, au bord d'une route en terre battue, bienvenue chez Formaplast-Plascopar.

L'entreprise monégasque, fondée en 1972, a fait les beaux jours du quartier industriel de Fontvieille pendant quelques décennies. Avant de délocaliser de l'autre coté de la Méditerranée, son usine de fabrication d'emballages pour cosmétiques haut de gamme. Les boîtiers en plastiques des parfums Lanvin ou des produits Thalgo par exemple, sortent des dix-huit machines à injection du plateau industriel moderne, qui tourne 6 jours sur 7, 24 heures sur 24, avec une petite centaine d'employés.

« C'est l'avenir pour notre société »

« Au début j'ai freiné des deux pieds pour m'installer en Tunisie » se souvient Bruno Gilli, qui a pris la suite des affaires de son père, Claude. « Mais nous avons suivi des sociétés qui étaient dans notre actionnariat, dont un partenaire de construction automobile, qui a choisi de s'installer dans ce pays low cost, et nous avons tenté le pari ».

Entre 2005 et 2009, la production de Formaplast-Plascopar quitte Monaco pour Utique. Un choix difficile qu'aujourd'hui la famille Gilli assume pleinement. « Ce mode de fonctionnement, c'est l'avenir pour des sociétés comme la nôtre. Nous n'aurions jamais pu avoir cet espace de développement en Principauté. Et nous avons trouvé des employés qualifiés, grâce à une école de formation en injection plastique à Tunis ».

Parmi les opérateurs, 75 % sont des femmes. Salaire moyen : 220 euros. Les cadres gagnent eux, plus du double. Le siège social, le bureau d'étude et l'administratif demeurent à Monaco. La production, elle, est aujourd'hui 100 % tunisienne. Avec la capacité de sortir 25 000 à 30 000 pièces d'un produit sérigraphié par semaine.

« Sur place, nous avons trouvé des marchés qui ont permis de diversifier » continue Bruno Gilli, qui vit à plein-temps à Tunis avec son épouse depuis deux ans. Aujourd'hui, environ 60 % de la production de Formaplast-Plascopar est pour des fournisseurs européens. Deux camions complets sont envoyés à l'export hebdomadairement. Le reste pour des fournisseurs locaux. C'est dans cette veine que Formaplast-Plascopar veut continuer son développement. En restant une entreprise familiale. « C'est la chose principale et j'y veille » sourit le patriarche, Claude Gilli, qui a confié cette mission à son petit-fils, Arnaud, qui vient de rejoindre la compagnie.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct