Rubriques




Se connecter à

Exp Snowboard, la planche conçue à Nice

Créée par un Niçois passionné de glisse, la marque propose des produits performants qui s’adaptent aux différents pratiquants de snowboard, des débutants aux confirmés, et à des prix abordables.

K.Wenger Publié le 26/01/2022 à 10:00, mis à jour le 26/01/2022 à 08:51
Outre ses snowboards au look très sobre, Frédéric Spina a aussi développé une petite ligne de vêtements et accessoires. (Photo K.W.)

Dans la vie, Frédéric Spina est agent immobilier à Nice. Mais il est aussi, depuis son adolescence, passionné de snowboard. Une passion qui l’a hissé dans ses jeunes années parmi les trente meilleurs compétiteurs français.

Surtout, elle l’a incité en 2019 à créer sa propre marque: Exp Snowboard, des planches conçues à Nice.
Exp pour expérience, petit clin d’œil au groupe de Jimi Hendrix, à une situation vécue et à l’acquisition de connaissances. Et c’est justement ses quelque 35 années de pratique de snowboard que Frédéric Spina met à profit pour "Démocratiser la discipline – l’une des plus populaires des jeux Olympiques d’hiver – en proposant au grand public des planches techniques, certes, mais aussi polyvalentes, faciles à utiliser et à un prix abordable."

En clair, pour se faire plaisir et profiter de la neige.
Son aventure commence donc en 2019. En surfant sur le net, le Niçois trouve Nidecker, un fabricant suisse de skis et snowboards, qui réalise selon ses spécifications un prototype qu’il testera sans pitié durant tout l’hiver.

Fin prêt l’année suivante, il joue de malchance avec une première commercialisation perturbée par la Covid et "2021 qui a été une saison blanche", précise-t-il.

Sept modèles

Pour autant, il continue à dévaler les pistes pour tester de nouvelles planches. Désormais, Exp Snowboard comprend sept modèles répondant aux besoins et envies de tous: débutants comme riders confirmés, enfants, adultes, amateurs de sauts comme de poudreuse, de belles courbes comme de virages coupés.

 

Parmi ses innovations récentes, le Wild, "un snowboard split qui se divise en deux pour faire office de skis de randonnée".

Frédéric Spina prévoit de décliner cette saison son Overdrive – pour faire de beaux virages – en plusieurs tailles et de le proposer, lui aussi, en version split.
Afin de concevoir cette gamme qui répond aux besoins de tous les snowboarders, le passionné a dû investir quelque 40 k€ "pour dessiner le modèle, réaliser un moule pour chaque modèle, produire les prototypes, les tester avant de les faire fabriquer en série". Un montant auquel se greffe l’augmentation actuelle des matières premières et des frais de transport.

"Pour l’heure, je fais fabriquer en Tunisie et en Chine dans des usines certifiées FCS [Forest Stewarship Council, norme visant à promouvoir la gestion responsable des forêts mondiales, ndlr] et respectueuses de l’environnement: les matériaux comme les résines sont les plus naturels possible mais je voudrais vraiment les produire en France."
Cette saison, l’entrepreneur se fixe comme objectif de vendre entre 500 et 1.000 planches sur son site e-commerce mais aussi via son réseau de magasins partenaires à l’instar de Quai 34 à Nice ou dans les stations de ski.

Des snowboards accessibles aux débutants
et efficaces pour les riders confirmés.

 

Il propose également un de ses modèles à la location. Frédéric Spina s’est d’ailleurs rapproché des écoles de ski et de clubs de snowboard comme Back to Back à Isola 2000 qui compte parmi ses membres deux médaillés olympiques (Tony Ramoin à Vancouver en 2010 et Julia Perreira à PyeongChang en 2018).

"Ils me fournissent un retour technique sur mes produits et je suis à la recherche d’un agent de distribution pour développer mon réseau en France et en Europe."
En attendant, c’est dans son petit atelier en plein centre-ville niçois que le rider plein d’expérience prépare et expédie lui-même avec minutie chaque commande.

> expsnowboard.com/

Offre numérique MM+

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.