Direction le CES de Las Vegas pour les seize startups de la Région Sud

Le CES de Las Vegas qui aura lieu en janvier est un rendez-vous incontournable pour qui veut exposer au monde entier son innovation, avoir accès de potentiels clients, investisseurs, fournisseurs... Comme à l'accoutumée, la Région Sud accompagne une délégation de startups du territoire prêtes à conquérir les Etats-Unis. Découvrez-les!

Karine Wenger et Agnès Farrugia Publié le 02/12/2022 à 18:30, mis à jour le 02/12/2022 à 16:26
Bernard Kleynhoff, pour la Région Sud et RisingSUD, est entouré des dirigeant.e.s des jeunes pousses innovantes qui représenteront le territoire au CES de La Vegas en janvier prochain. (Photo D.R.)

Chaque année, la Région Sud embarque dans ses valises qui la mènent à la grand-messe de la Tech à La Vegas, une tribu de startups prometteuses. Pour cette édition 2023 du CES de Vegas (Consumer Electronics Show), 45 candidatures ont été reçues et 16 jeunes pousses ont été retenues autour de six thématiques: énergie, fintech, green tech, health tech, sécurité, tourisme-industries créatives et sport. Le tout sur quatre territoires de la région: 13, 06, 83, 84.

Vitrine mondiale

Le CES de Vegas, ce sont plus de 40.000 visiteurs après Covid, 170.000 avant. C’est donc une vitrine à ne pas négliger pour les entreprises qui veulent se faire connaître à l’international.

Troisième territoire le plus attractif de France en 2022, la Région Sud a sa carte à jouer au CES, forte de la délégation qui l’accompagne mais aussi des autres entreprises qui iront exposer leur produit ou service au monde entier.

Renaud Muselier, président de Région, sera de la partie: "Grâce à la capacité d’innovation développée par les startups régionales, des solutions existent à tous les niveaux pour faire bouger les lignes." La Région Sud a déjà accompagné 207 startups à Vegas et remporté 38 Awards. En marge du CES, les produits les plus innovants sont récompensés dans le cadre d’un concours très prestigieux. À quoi sert un Award? À accélérer votre business. Rendez-vous en janvier mais en attendant, découvrez les startups azuréennes et varoises qui sont de la partie.

Akidaia (06)

Sésame, ouvre-toi! La Niçoise Akidaia fondée par Gaël Lededantec a inventé un protocole d’identification hors ligne breveté pour gérer les accès par numéro de téléphone et ouvrir tout système d’ouverture électrifié, même sur des zones isolées.

Un matériel s’installant en 5 minutes sur tous les systèmes d’ouverture électrifiés les rend intelligents, sûrs et sécurisés. Les droits d’accès des utilisateurs sont gérés avec des numéros de téléphone. Commercialisé depuis juin, le système a déjà séduit Veolia Eau, Vinci Construction, Airbus Développement, la CCI de Nice Côte d’Azur, l’équipe Henri Fabre et la ville de Vence.

Akt.io (06)

Avec leur application mobile qui se veut une alternative au système bancaire vieillissant, les fondateurs d’Akt-io installés à Sophia Antipolis se voient un peu comme les Robin des Bois de la finance. L’appli permet à chacun, quel que soit son niveau de connaissances financières ou technologiques, de gérer son propre argent, de de le faire fructifier et d’effectuer des paiements avec ses actifs, qu’ils soient bancaires, numériques ou traditionnels.

Bref, apporter de la transparence dans un monde de monopole et redonner confiance aux clients.

Black-Line (83)

La Varoise Black-Line est une habituée du CES où elle a déjà présenté son invention, le QuickSett. Ce disque rotatif plein d’électronique s’insère dans la fixation du snowboard et, via une montre connectée, met le genou au repos sur les plats ou les télésièges.

Les frères Rémi et Sylvain Garnerone qui ont fondé la startup en 2017 à La Cadière et qui sont passés dans l’émission de M6 Qui veut être mon associé? ont lancé des skis et snowboards connectés: le Black-Line Tag incrusté dans la matière permet de les retrouver en cas de perte ou vol.

Highwind (06)

L’objectif d’HighWind est simple: sauver des vies grâce à sa solution d’appels d’urgence prédiagnostiquée par l’intelligence artificielle. "Les appels d’urgence sont apparus en France en 1932 pour les pompiers et depuis la mise en place du 112 en 1997, ils n’ont pas évolué", constate Adrien Ricci, CEO de la startup niçoise qui a aussi des bureaux à Marseille et Paris. Sa double solution d’appel sur les smartphones des particuliers et au sein des centres d’urgence permet d’améliorer la réponse aux crises majeures. Les quatre associés de HighWind ont donc développé et breveté une technologie s’appuyant sur l’IA qui envoie au service d’urgence des photos et selfies, la position GPS et les informations préenregistrées de la personne. En fournissant une analyse de la traumatologie, du contexte et des émotions du patient, HighWind priorise les appels, facilite la prise de décision des secours.

O-Kidia (06)

La chercheuse clinicienne en neurosciences Vanessa Douet Vannucci a fondé cette année à Nice O-kidia qui se penche sur la santé mentale des enfants. Il s’agit d’une clinique numérique des troubles mentaux neuro-développementaux et apparentés adressée aux enfants et aux adolescents.

La startup a développé des algorithmes qui utilisent des phénotypes digitaux – données issues des dispositifs médicaux connectés, réseaux sociaux, biomarqueurs digitaux... – pour établir une biométrie des états mentaux et faciliter le diagnostic, le suivi et les soins.

Qiti (06)

Fondée en 2021 par Christophe Brémard, l’insurtech niçoise Qiti veut créer l’assurance de demain, optimisée par la data et l’IA qui s’adapte en temps réel aux besoins du travailleur nomade.
Ses promesses? Permettre à ses adhérents de contacter un médecin 24 h sur 24, 7 jours sur 7 en moins de 3 minutes et dans leur langue maternelle, de se faire soigner, bénéficier d’une couverture sociale, d’être assuré continuellement quels que soient les changements dans leur vie.

Startmining (83)

La Seynoise Startmining s’adresse aux mineurs – pas ceux qui ont moins de 18 ans ni les fans de la pelle et pioche. Créée en 2017 et dirigée par Saimi Barragan, la startup est dans la cryptomonnaie.

Plutôt que d’opter pour une ferme de minage – lieu regroupant des ordinateurs et des serveurs qui valident à échelle industrielle des transactions grâce à des algorithmes –, elle gère en Islande une colocation minière qui permet d’en diminuer les coûts et d’en optimiser le rendement. Cette installation est alimentée par des énergies renouvelables.
La société propose le SMT, un jeton qui permet à ses détenteurs de commencer à gagner des récompenses Bitcoin soutenues par de véritables opérations minières, ouvrant la porte à un monde qui était auparavant inaccessible. Chacun peut désormais devenir son propre fabricant de Bitcoin.

Wilout (06)

La Cagnoise Wilout propose à ses clients – bars, boîtes de nuit, restaurants, organisateurs de festivals et salons, clubs sportifs... – un ensemble d’outils technologiques qui leur permet d’organiser facilement et de façon sécurisée des événements ponctuels ou quotidiens. La startup dirigée par Antoine Agnetti gère la billetterie en ligne ou sur place, le contrôle d’accès, le paiement cashless grâce à un système NFC. Les clients peuvent aussi obtenir toutes les données de paiement de leurs événements.

Et aussi

Huit autres startups des Bouches-du-Rhône et du Vaucluse partent aussi avec la délégation: les green tech Brad Technology, SP3H ; la health tech Indienov; Chargepoly (mobilité); Acwa Robotics (IA); Sorga Technology (retail); Quantia (smart city) et Meteoptim (smart home).
Enfin, dix autres startups régionales présenteront leurs innovations hors délégation. TPF Ingénierie (opère dans les secteurs du bâtiment, infrastructures, eau, environnement, énergie, maintenance), Visus Technology (développe la plateforme Lycaon, première solution au monde permettant d’estimer gratuitement le potentiel d’un bien immobilier sur dix ans), ProTube VR (création d’accessoires immersifs dédiés à la réalité virtuelle), Cloud Connecte (solutions SaaS de connectivité médias et produit des campagnes de marketing interactif), Horus Pharma (acteur incontournable de l’ophtalmologie), Objective 7 (bureau d’études spécialisé dans l’expertise énergétique des bâtiments), Hydroecotech (protection de l’écosystème des dépollutions des moteurs thermiques et industriels), Maca (véhicule à décollage vertical électrique, alimenté par hydrogène), Qista (spécialiste de la démoustication), Unistellar (accès au ciel pour tous avec un télescope cent fois plus puissant qu’un standard).

 

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.