“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Didier Gamerdinger réagit à la mobilisation du 7 février : «Tout ne va pas si mal à Monaco»

Mis à jour le 12/02/2019 à 09:17 Publié le 12/02/2019 à 09:30
Pour Didier Gamerdinger, les manifestations sont dans la façon de fonctionner de l’USM.

Pour Didier Gamerdinger, les manifestations sont dans la façon de fonctionner de l’USM. Photo Cyril Dodergny

Didier Gamerdinger réagit à la mobilisation du 7 février : «Tout ne va pas si mal à Monaco»

Le Conseiller de gouvernement ministre des Affaires sociales et de la Santé a réagi ce lundi, lors d'un point presse, à la manifestation emmenée par l'Union des syndicats de Monaco la semaine dernière, et il a choisi de relativiser.

Quelques jours à peine après la grève du 7 février dernier, le Conseiller de gouvernement ministre des Affaires sociales et de la Santé, Didier Gamerdinger ne pouvait pas rester muet.

LIRE. Intérim, syndicats, transition numérique : on fait le point sur les projets de réformes du monde du travail à Monaco

Pour autant, pas de grande annonce non plus. Le Conseiller reste philosophe et tempère la situation: "L’USM a régulièrement des mouvements de revendication. C’est leur façon de fonctionner. Je considère et je ne suis pas le seul, qu’à Monaco, la situation est déjà bien. On assure le plein-emploi, nous accompagnons les salariés vers le retour à l’emploi, savoir que ses enfants pourront travailler à Monaco, ça donne de la sérénité. Le cadre de travail est bon, et le salaire moyen est intéressant. On est dans un environnement qui est plutôt favorable."

Ce salaire moyen, de 4 130,05 € en 2018, enthousiasme Christophe Glasser, le secrétaire général de l’USM: "Cela signifie qu’accéder à notre revendication d’un salaire minimum à 2 250 euros brut ne devrait pas déranger les employeurs de Monaco!"


La suite du direct