“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Crepi tour : trouver un job en bronzant, oui c'était possible !

Mis à jour le 01/07/2018 à 05:01 Publié le 01/07/2018 à 05:01
L'équipe du Crepi tour.

L'équipe du Crepi tour. L.B.

Crepi tour : trouver un job en bronzant, oui c'était possible !

roquebrune-cap-martin

Arriver en tong et en short pour espérer décrocher un emploi, cela ne se fait pas, pensez-vous. Pourtant, c'est bel et bien l'état d'esprit du Crepi tour, une caravane de 22 entreprises et 4 partenaires présente vendredi au niveau de l'espace public Jean-Gioan. Le concept ? « Venir à la rencontre des gens là où ils se trouvent, c'est-à-dire à la plage », expliquait Christine Dagonet, la responsable du Crepi Côte d'Azur.

Avec 350 offres d'emploi à la clé (150 en alternance, 90 missions de service civique, CDD et CDI), à partir de 18 ans, il était donc possible de se présenter sur l'un des différents stands qui trônaient sur l'esplanade ensoleillée. Et espérer, bien sûr, décrocher un job. « On commence à avoir beaucoup d'entreprises avec nous. L'idée est de faire aussi évoluer les codes du recrutement », poursuivait l'organisatrice. Une opération qui s'est déroulée en présence de José Alva, président du Crepi, et du maire, Patrick Césari, venu prendre le pouls de cette action.

Le club régional Entreprises Partenaires Insertion a, cette année, proposé quatre étapes : deux journées à Marseille, une à Villeneuve-Loubet et, donc, une à Roquebrune-Cap-Martin. Quelque 60 personnes en demande d'emploi ont été comptabilisées au terme de cette journée. « Des entretiens d'embauche sont déjà prévus », se réjouissait Christine Dagonet.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct