“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Comment les Franjynes ont décoiffé le jury des Trophées Femmes de l’économie

Mis à jour le 21/10/2020 à 10:54 Publié le 21/10/2020 à 10:13
Julie Meunier a créé les Franjynes en 2017 et depuis, ne cesse de remporter des prix pour son turban à "franges" destiné aux femmes atteintes d'alopécie.

Julie Meunier a créé les Franjynes en 2017 et depuis, ne cesse de remporter des prix pour son turban à "franges" destiné aux femmes atteintes d'alopécie. Photo DR

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Comment les Franjynes ont décoiffé le jury des Trophées Femmes de l’économie

C'est l'histoire de la féminité retrouvée pour celles qui sont atteintes d'alopécie, celles dont les cheveux disparaissent pour différentes raisons, et qui se sentent moins femmes. Julie Meunier a créé Les Franjynes en 2017, un concept de turban à "franges" qui rencontre un franc succès.

Emmenée par Julie Meunier, la marque azuréenne les Franjynes créée en 2017, a récemment été distinguée lors des Trophées Femmes de l’économie, en catégorie Innovation sociale. Un événement qui se déroule chaque année depuis 2010 et qui récompense les talents féminins aux quatre coins de l'Hexagone.

Son produit a séduit. Il faut dire que Les Franjynes comptent déjà 7.000 utilisatrices de leur turban à frange intégrée, en fibres synthétiques haut de gamme, dédié aux femmes atteintes d’alopécie.

200 produits disponibles

L’événement s’est tenu en digital mais la récompense est aussi belle pour celle qui vient de développer un nouveau concept: la "Frange reverse", un turban "pour les femmes qui n’ont pas l’habitude de porter une frange et qui préfèrent avoir la nuque habillée". Ce nouveau modèle se décline en 7 couleurs et convient à toutes les femmes (y compris les jeunes filles, l’alopécie touchant tous les âges).

Comptez 70 euros TTC pièce (là où une perruque de bonne qualité s’achète entre 350 et 1.500 euros), avec des cheveux synthétiques qui supportent le lavage et l’utilisation du fer à lisser!

Alternative originale à la perruque, le "turban à frange" ou la "frange reverse" des Franjynes permet de renouer avec sa féminité en toute discrétion. 200 produits au compteur et un treizième concours remporté, les Franjynes n’ont pas fini de nous (dé)coiffer.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.