“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

  • Et si vous vous abonniez ?

    Au quotidien, où que vous soyez, consultez le journal complet en ligne, dès 6h du matin.

    Abonnez-vous

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Comment l'entreprise Tadé Pays du Levant à Signes est devenue le premier importateur de savons d'Alep certifiés

Mis à jour le 16/04/2021 à 16:20 Publié le 13/04/2021 à 11:01
Adeline et son époux Thaddée de Slizewicz ont su redonner toutes ses lettres de noblesse à ce savon dont la fabrication remonte à l’Antiquité.

Adeline et son époux Thaddée de Slizewicz ont su redonner toutes ses lettres de noblesse à ce savon dont la fabrication remonte à l’Antiquité. Sophie Louvet

Monaco-matin, source d'infos de qualité

Comment l'entreprise Tadé Pays du Levant à Signes est devenue le premier importateur de savons d'Alep certifiés

Le premier importateur de savons d’Alep certifiés est à Signes dans le Var depuis 1995. Récit d’une marque qui s’est fédérée autour d’un produit au patrimoine fragile.

Ils sont attachés à la Syrie et c'est peu de le dire. Adeline et son époux Thaddée de Slizewicz, fondateur de Tadé, la marque du célèbre savon d'Alep, devenue la référence du hammam, et dont l'entreprise est implantée à Signes dans le Var, sont liés presque charnellement à ce pays à travers son savoir-faire ancestral.

Depuis 1995, et en dépit de la guerre qui a débuté il y a dix ans, le couple a relancé la production de ce savon alors en sommeil et permis à cette activité de perdurer entre les murs de la ville syrienne. Vu le contexte, face aux bombes et aux nombreux obstacles qui se sont dressés devant eux, ils auraient pu, à raison, baisser les bras. Pourtant, ils ont choisi de résister et de se battre pour défendre ce pays et ses habitants à travers leur produit phare: le savon d'Alep.

Le cousin oriental du savon de Marseille

L'histoire commence il y a 26 ans lorsque Thaddée, étudiant géographe, se retrouve chassé de Syrie. Il emporte avec lui des savons d'Alep et les vend d'abord sur les marchés de Sanary, Bandol et du Lavandou pour une clientèle plutôt masculine. Très vite, le succès est au rendez-vous. "Les premiers clients retrouvaient l'authentique savon de Marseille d'autrefois." La société Tadé Pays du Levant est fondée en 1995.

"Depuis, notre monde, c'est ça", explique alors Adeline, des étoiles dans les yeux en montrant une vidéo sur YouTube qui fait découvrir les coulisses de la marque. Des champs d'oliviers à perte de vue, une récolte à la main et la démonstration d'un savoir-faire unique au monde dans l'une des plus anciennes savonneries de la ville, "un joyau architectural", situé au cœur d'Alep, dont il ne restait que les murs avant que les deux entrepreneurs varois décident de la restaurer. "La fabrication du savon d'Alep remonte à l'Antiquité. Nous sommes les premiers importateurs dans le monde depuis 26 ans. C'est une matière exceptionnelle."

De l'huile d'olive, de l'eau, de la soude et du laurier. La fabrication du savon d’Alep s'étale de novembre à mars, de la récolte à sa confection. La pâte est lavée à grande eau durant trois jours, puis neuf mois de séchage sont nécessaires avant la découpe manuelle. "Il faut deux ans de process entre la récolte et la consommation finale. Plus le savon est sec, plus il est bon. C’est comme le bon vin."

Bio et artisanal, économique car il dure six fois plus longtemps et doux pour la peau car 100% naturel, le savon d'Alep est vendu avec un minimum d'emballage, entouré sinon de produits recyclables.

Des cubes écoulés sous les bombes

Ce savon, qui symbolise toute la culture et la sensualité de l'Orient, a survécu presque comme par miracle à la violence du conflit. En 2012, lorsque la guerre éclate en Syrie, Adeline se souvient. "Nous avions tout perdu." Alors que l’entreprise avait ouvert un bureau d'achats en 2003 près d'Alep et que des investissements conséquents avaient été réalisés, "ce qui nous a sauvés, c'est que nous avions trois ans de stock". 26 tonnes de savons débarqués par conteneurs à Signes.

Il faudra ensuite attendre 2015 pour que les affaires reprennent. De toutes petites quantités de savons s'écoulent jusqu'en 2018 car Alep est sous domination djihadiste. Comme il n'y a pas d'IGP, le label d'origine contrôlée, les savonneries sont parties produire du savon d'Alep... en Turquie. "Nous avons fait le choix de rester en Syrie et de continuer à travailler avec les producteurs alépins. Nous ne pouvions pas les laisser au bord du chemin", explique Adeline. Et Tadé d’être la seule entreprise aujourd’hui dans le monde à produire un véritable savon d’Alep d’origine certifiée.

Depuis, l'entreprise s’est redressée autour notamment de la diversification et la fabrication de produits Made in France, dans le même esprit bio et écoresponsable. Elle réalise aujourd’hui plus de 3 millions d'euros de chiffre d’affaires dont un tiers à l’export vers l’Italie, la Belgique, les Pays-Bas, l’Allemagne et l’Australie. Parmi les salariés de Tadé (15 aujourd'hui en France et en Syrie contre 24 et 45 en 2012), certains sont des réfugiés.

Depuis 2016, Adeline et son époux ont repris leurs allers et retours entre la France et la Syrie. "J'y vais tous les mois. C'est mon pays d'adoption. Nous avons vécu tellement de choses là-bas. En juillet 2019, nous avons remonté un bureau d’achats", confie Adeline.

Actions humanitaires

Observateurs impuissants des dégâts de la guerre sur la population civile, Adeline et son époux continuent de soutenir les habitants à travers des actions humanitaires et le lancement d’un savon solidaire dont un euro est reversé au profit des victimes du conflit. L'ONG Les Baroudeurs de l'Espoir organise des cordées solidaires pour lever des fonds. Cette année, Thaddée et quatre de ses collaborateurs seront de la cordée prévue au sommet des Ecrins du 17 au 20 juin. Son but: collecter 20.000 euros pour financer la scolarité d’enfants syriens.
"Ce pays nous a construits et tellement apporté. C'est le berceau de la civilisation et ce petit cube de savon, son patrimoine, que nous devons faire perdurer."

Le caravansérail qui abritait la savonnerie située dans la vieille ville d’Alep a été entièrement restauré par Tadé.
Le caravansérail qui abritait la savonnerie située dans la vieille ville d’Alep a été entièrement restauré par Tadé. D.R.

Repères

1995: Thaddée de Slizewicz fonde l’entreprise Tadé, implantée à Signes pour vendre lespains d’Alep Made in Syria.
2003: Création d’un bureau d’achats en Syrie, fermé en 2012 à cause de la guerre et rouvert depuis juillet 2019.
2012: Diversification des fabrications avec l’introduction de produits Made in France. Aux savons s’ajoutent les cosmétiques, les produits d’entretien et objets de décoration dédiés au hammam et l’art de vivre en Méditerranée.
3,5 millions d'euros de chiffre d'affaires: Tadé a retrouvé son CA d’avant la guerre en Syrie. La société compte plus d’un millier de clients BtoB dans 40 pays: grands magasins, boutiques bio, pharmacies, jardineries, spas, hammams, instituts de beauté, savonneries de Marseille, drogueries.

Son site: tade.fr

Après un lavage à grande eau du savon pendant trois jours, la découpe est faite manuellement avant 9 mois de séchage.
Après un lavage à grande eau du savon pendant trois jours, la découpe est faite manuellement avant 9 mois de séchage. D.R.
100% naturel, à base d’huile d’olive et de laurier, ce savon a de nombreux bienfaits. Il est signé Tadé.
100% naturel, à base d’huile d’olive et de laurier, ce savon a de nombreux bienfaits. Il est signé Tadé. Sophie Louvet

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.