“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Soutenez l’info locale et Monaco-Matin > Abonnez-vous

Comment le secteur bancaire monégasque se professionnalise

Mis à jour le 09/11/2016 à 05:03 Publié le 09/11/2016 à 05:03
Le 19 novembre, le CFM Indosuez Wealth management annonçait la signature d'un accord pour reprendre la clientèle d'HSBC. Une opportunité de développement pour le réputé CFM.

Le 19 novembre, le CFM Indosuez Wealth management annonçait la signature d'un accord pour reprendre la clientèle d'HSBC. Une opportunité de développement pour le réputé CFM. Photo Jean-François Ottonello

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Comment le secteur bancaire monégasque se professionnalise

Le monde de la banque vit une profonde métamorphose. L'exigence de transparence est omniprésente, la réputation étant dorénavant essentielle. Résultat : la place se professionnalise

Si la transparence est devenue maître mot, en matière de communication, la place bancaire a gardé toute sa discrétion. Fermetures d'établissements, fusion, restructuration… Dans le petit monde feutré de la banque, le silence est d'or. Alors pour parler d'argent avec un banquier, il faut se contenter de réponses écrites. C'est déjà mieux que rien… Pourtant, il s'en passe des choses dans un secteur d'une trentaine d'établissements, représentant 4,1 milliards d'euros de fonds communs de placements.

Ces dernières années sont marquées par les rideaux qui se baissent définitivement. Et si on nous parle toujours de "développement stratégique" et de "performances accrues" pour justifier des rachats d'une banque par une autre, les établissements qui ferment sont parfois dans la tourmente de troubles affaires…

Quelques exemples. EFG International a repris BSI - empêtré dans le scandale Petrobras -, et a annoncé, le 1er novembre, son acquisition pour un prix d'achat préliminaire de près d'un milliard d'euros. En mars dernier, c'était J. Safra Sarasin qui signait un accord de rachat de Crédit Suisse. Or l'image du Crédit suisse Monaco souffre ces dernières semaines avec la mise en détention, à la fin de l'été, pour abus de confiance, d'une de ses chargées de clientèle… Dernière information en date : le 19 octobre, le CFM Indosuez Wealth Management faisait savoir qu'il avait signé "un accord de référencement" avec HSBC Private Bank, HSBC impliqué dans l'affaire des tableaux de son plus gros client, Dmitri Rybolovlev et dans le scandale des "Panama papers".

La banque Audi, restée vingt mois (entre juin 2011 et mars 2013) au 24 boulevard des Moulins s'est transformée en société de gestion - vingt et un salariés ayant, dans le transfert, perdu leur emploi. En 2013, c'est UBP qui reprend la Lloyds. À chaque rachat ou accord, il est question de licenciements…

La place bancaire monégasque doit donc à la fois répondre aux exigences de transparence toujours plus fortes, suivre les stratégies des grands groupes internationaux qui s'orientent vers la concentration en grands groupes financiers et faire face aux petites et grosses affaires judiciaires qui entachent encore son image.

En bout de chaîne, ce sont également les salariés qui se trouvent contraints, dans ce grand chamboulement, à aller chercher du travail ailleurs…

Globalement donc, le secteur est en pleine métamorphose. Dans un paysage international où il s'agit d'être « compliant », ce sont les établissements les plus anciens, solides et sans scandales, qui parviennent à tirer leur épingle du jeu.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.