“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Comment le Niçois Vulog, leader des technologies de mobilité partagée, lutte contre la congestion dans les villes

Mis à jour le 13/02/2020 à 17:03 Publié le 13/02/2020 à 16:44
Un véhicule partagé représente entre 8 et 15 véhicules personnels en moins dans les rues. Et ça tombe bien puisqu'un véhicule équipé de la technologie Vulog est partagé toutes les deux secondes dans le monde.

Un véhicule partagé représente entre 8 et 15 véhicules personnels en moins dans les rues. Et ça tombe bien puisqu'un véhicule équipé de la technologie Vulog est partagé toutes les deux secondes dans le monde. (Photo D.R.)

Comment le Niçois Vulog, leader des technologies de mobilité partagée, lutte contre la congestion dans les villes

L'entreprise niçoise, leader mondial des technologies de mobilité partagée, s'associe avec la plateforme de recommandation de trajets Citymapper. L'objectif: proposer davantage d'options de mobilité partagée et ce faisant, améliorer la circulation urbaine.

Le Niçois Vulog, leader mondial des technologies de mobilité partagée, a signé un partenariat technologique avec Citymapper, la première application de déplacements urbains et de calcul d’itinéraires qui agrège les options de transports privés et publics dans plus de quarante villes à travers le monde.

Une façon pour l'Azuréen qui a intégré en 2019 le classement Global Cleantech 100 - un guide annuel qui recense les 100 entreprises qui ont le plus de potentiel pour relever les défis de demain en matière de technologies propres - de s'engager plus encore contre la congestion dans les villes et le réchauffement climatique.

Un véhicule partagé représente entre 8 et 15 véhicules personnels en moins dans les rues. 

Mobility as a service

L'intégration des plateformes des deux entreprises permettra aux opérateurs de mobilité utilisant de la technologie de Vulog de faire figurer leurs flottes de véhicules en autopartage dans l’agrégateur de Citymapper et donc, d'élargir ainsi leur clientèle.

Les utilisateurs de l'appli, quant à eux, auront davantage d'options de mobilité disponibles à leur disposition pour les trajets porte-à-porte. Plusieurs centaines - voire milliers, selon les villes - de voitures, vélos, scooters et trottinettes électriques seront ainsi accessibles.

L’offre répertoriera dans un premier temps les services équipés de la technologie Vulog dans quinze grandes métropoles mondiales dont Monaco, Paris, Stockholm, Bruxelles, Los Angeles, Monaco, Lisbonne...

"Nous sommes très fiers de cette collaboration avec Citymapper, l'application phare de la “Révolution MaaS”, a déclaré Grégory Ducongé, CEO de Vulog. Nous avons à cœur de faire ensemble de la Mobility as a service  une réalité dans les villes et de faciliter la vie des citadins avec des options de mobilité durables, agréables et accessibles pour leurs trajets quotidiens."

Même son de cloche pour Omid Ashtari, président de Citymapper: "Nous sommes ravis de ce partenariat avec Vulog avec qui nous partageons la même vision de la mobilité dans les villes. Les citadins utilisent un nombre sans cesse croissant de services pour aller d’un point A à un point B. Ces offres sont à nos yeux complémentaires et non concurrentes, et nous mettons tout en œuvre pour en faciliter l’accès."

AiMA, la plateforme de mobilité de Vulog, permet aux grands acteurs de l’automobile (Volkswagen, Kia Motors, Groupe PSA, Hyundai...) comme aux nouveaux opérateurs de mobilité de lancer et exploiter des services de partage de véhicules (voitures, scooters, vélos électriques ou trottinettes) en moins de trois mois. 

Elle comptabilise chaque année quelque 20 millions de trajets en mobilité partagée dans une trentaine de villes dans le monde. 

à partir de 1 €


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.