Rubriques




Se connecter à

Comment la startup varoise Ekkopol propose de débarrasser les ports et le littoral des déchets plastiques et hydrocarbures

Comme les services de propreté en ville nettoient régulièrement nos trottoirs, Ekkopol débarrasse les ports et le littoral des déchets plastiques et hydrocarbures à l'aide de son bateau aménagé et de ses outils innovants et complémentaires (drones, épuisettes...).

Ambre Mingaz Publié le 21/09/2021 à 18:30, mis à jour le 17/09/2021 à 17:49
À l’aide de son bateau dépollueur de chez Efinor, de ses drones et autres outils, Eric Dupont fait la chasse aux déchets dans les ports et sur le littoral. Il propose aux communes un service régulier à un coût abordable, identique aux balayeuses qui nettoient les rues en ville. Luc Boutria

L’idée

Eric Dupont, ingénieur, et Geoffroy de Kersauson (neveu du célèbre navigateur), ancien capitaine de vaisseau de la Marine, sont passionnés de la mer. Ils fondent Ekkopol à Draguignan en juin 2020. Leur société de prestation de services propose aux collectivités et entreprises de dépolluer régulièrement les ports, le littoral et les rivières des déchets plastiques et hydrocarbures à l'aide de leur bateau spécialement aménagé, doté de moyens nautiques technologiques industriels et complémentaires. Du service sur mesure.

Le défi

"On chasse les contrats." Hormis convaincre les collectivités de faire appel à eux, ces quinquas sont déjà intervenus plusieurs fois sur des pollutions aux hydrocarbures à La Ciotat et en Corse, et pour récupérer les déchets plastiques à la demande d'une vingtaine de clients entre Marseille et Menton et dans les ports d'Antibes, Monaco, Cogolin, Golfe-Juan. À la demande des ports de Calvi et Saint-Florent, Ekkopol est intervenu tout l'été sur le littoral corse, financé par la fondation du Prince Albert II de Monaco et la princesse Charlene de Monaco.

La plus-value

Les deux navigateurs ont aménagé leur bateau, Le Faial, conçu par le groupe Efinor. Grâce à un système d'aspiration, le Wastecleaner permet de récupérer les hydrocarbures et les déchets plastiques à la surface pour les déposer dans différentes cuves. En coque aluminium, avec un moteur de 250 CV, le navire n'est certes pas encore hybride ou électrique "mais c'est prévu lorsque la techno sera suffisamment fiable et autonome".

Complété par l'utilisation de drones marins issus de différents fournisseurs de la région, utiles dans les zones plus difficiles d'accès dans les ports ou près des côtes, Le Faial est "un peu notre multipass de lutte antipollution, notre plateforme technologique avec ses outils complémentaires". Coût de la prestation: environ 1.000 euros la journée si la pollution est dense ou par pack de 20 à 40 heures pour des interventions régulières.

 

Le concept

En plus d'être prestataire de services, Ekkopol est aussi distributeur de matériel. Grâce à ses drones, la société peut intervenir dans les endroits les plus inaccessibles. Le DPOL, doté d'une pompe aspirante et d'un filet, peut aspirer 26.000 litres de déchets en 1 heure. Son prix: 3.000 euros. Ekkopol en a vendu au Marineland d'Antibes pour le nettoyage de ses bassins et propose aussi de la location.

Quant au IADYS, un autre drone piloté à distance, il permet de récupérer 10 litres en 5 minutes. La société utilise aussi des filets adaptés à la récupération des microplastiques, des boudins d'absorption des hydrocarbures... "Nous ne distribuons que le matériel que nous utilisons et que nous savons fiable."

L’investissement

Les cofondateurs ont déjà investi 120.000 euros de fonds propres, 200.000 euros pour l'achat du bateau et encore 30.000 euros pour le matériel complémentaire. Lauréats du Réseau Entreprendre Var depuis février 2021, ils ont bénéficié d'un prêt avantageux de 40.000 euros. Chiffre d’affaires d’Ekkopol : autour de 150.000 euros depuis sa création.

L’objectif

Eric Dupont, président d'Ekkopol, et Geoffroy de Kersauson, directeur des opérations pour l'instant en Bretagne, ont parallèlement fondé l'association Echos d'Océans. Leur volonté: débarrasser le littoral méditerranéen des déchets plastiques un peu comme les sociétés de nettoyage dans nos rues, avec un service régulier. "Notre idée est aussi d'être présents dans les ports, prêts à agir rapidement en cas de pollution aux hydrocarbures." Et d'expliquer que ce travail pratiqué par des marins expérimentés nécessite une formation qu'ils sont prêts aussi à proposer.

 

Par ailleurs, ils ont déjà récupéré 1 Giga de données sur la qualité des eaux (pH, oxygène dissous, turbidité, matières en suspension, salinité...) partagées avec le CNRS et l'Ifremer afin d'affiner les recherches sur l'impact des pollutions sur le littoral.

> ekkocean.com/#ekkopol

Offre numérique MM+

...

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.