“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Comment la Seynoise Infracab'In anticipe la reprise

Mis à jour le 05/03/2021 à 18:15 Publié le 09/03/2021 à 18:30
Plus rapide qu’un sauna et plus facile à désinfecter entre chaque passage, l’Infracab’In présente moins de contraintes. Selon Estelle Scherrer, son utilisation renforcerait, entre autres, les défenses immunitaires.

Plus rapide qu’un sauna et plus facile à désinfecter entre chaque passage, l’Infracab’In présente moins de contraintes. Selon Estelle Scherrer, son utilisation renforcerait, entre autres, les défenses immunitaires. (Photo Laurent Martinat)

Toute l'info locale + Des reportages exclusifs

Comment la Seynoise Infracab'In anticipe la reprise

Face à la fermeture des hôtels et salles de sport, la Seynoise Estelle Scherrer met ses cabines à infrarouges à la disposition des professionnels pour les tester gratuitement à l’heure de la reprise.

Plus économiques et écologiques qu’un sauna, ces cabines infrarouges développées exclusivement en France par la société seynoise Infracab’In ne nécessitent qu’une prise électrique et peu d’espace à l’intérieur ou l’extérieur de chez soi ou de son établissement.

Les vertus sont nombreuses selon sa dirigeante: pour la santé, le bien-être (douleurs articulaires, récupération sportive, problèmes de peau, respiratoires...). Après avoir ciblé une clientèle de particuliers à qui elle vend ses cabines, elle s’adresse désormais aussi aux professionnels (instituts, pôles de santé, Spa, salles de sport, thermes, thalasso). Outre l’achat, elle leur propose un nouveau concept de mise à disposition de ces cabines.

Le défi

Si la technique a été conçue et est utilisée depuis de nombreuses années en Allemagne, personne n’avait jamais eu l’idée de la développer auparavant en France. Pour cela, Estelle Scherrer, qui y travaille depuis sept ans, a décroché des fabricants allemands (pour la technologie infrarouge) et hollandais (pour la cabine) l’exclusivité d’exploiter ce concept breveté dans l’Hexagone.

La plus-value

Anticipant la reprise, Estelle Scherrer propose à des investisseurs d’acheter ces cabines qu’ils mettront à disposition gratuitement chez des partenaires (salles de sport, instituts, spa, pôles de santé...).

Ces derniers ont ainsi zéro investissement à faire mais peuvent tester le produit sans frais auprès de leurs clients. L’investisseur récupère, lui, 50% du tarif des séances (20€ si la séance est à 40€), ce qui lui permet d’amortir son achat.

Le pôle de santé Gamma à Ollioules a déjà acquis une de ces cabines qu’il propose aux clients des professionnels de santé, ainsi que le spa La Coupole à Hyères, un autre pôle santé à Aix et Les Thermes de Monaco.

L’objectif

Associée avec un partenaire pour la logistique et l’installation des cabines, Estelle Scherrer est pour l’instant la seule salariée de l’entreprise créée en 2017 mais elle recherche un directeur commercial et des commerciaux pour se développer en France, ainsi que des investisseurs.

L’investissement

Pour développer son projet, la dirigeante a revendu son précédent centre d’esthétique pour en ouvrir un nouveau exclusivement dédié à cette technologie. Elle a ainsi récupéré du capital qui, ajouté au prêt bancaire, lui a permis de se lancer avec 50.000€.

Lauréate du Réseau Entreprendre en 2019, Infracab’In bénéficie des certifications françaises et européennes (norme CE, ECOCERT).

Entre 2018 et 2019, son chiffre d'affaires a connu +146% d’augmentation. Elle vise désormais les 600K€ en 2021 en mettant en place des distributeurs prescripteurs auprès des piscinistes, vendeurs de saunas, Spa, Jacuzzi, hammams souhaitant se diversifier et ainsi qu’auprès d’architectes.

Le produit

L’Infracab’In existe en plusieurs tailles (1,30  x 1,20m pour deux personnes pour la plus petite) et peut également être fabriquée sur mesure. Elle est composée d’une cabine et d’une lampe avec quatre longueurs d’ondes infrarouges dotée d’une vitre de protection aux propriétés optiques et thermiques.

Un panneau de commande permet de réguler la puissance de chauffe en fonction de ses besoins jusqu’à la sudation. Ici, pas d’eau comme pour le sauna. Le soin dure 30 minutes, soit une consommation de 0,30€ d’électricité par séance. En comparaison un sauna revient à 5 à 10€ la séance, électricité et consommation d’eau comprises.

Le prix d’une cabine: 7.000 à 40.000€ selon le modèle standard ou sur mesure.
 infracabin.fr


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.