Rubriques




Se connecter à

Comment la guerre en Ukraine oblige le Monaco Economic Board à revoir sa feuille de route pour l'année

En assemblée générale et face à une situation internationale toujours incertaine, les équipes du MEB ont tracé leur feuille de route pour l’année, espérant tisser de nouveaux liens dans le monde.

CEDRIC VERANY Publié le 13/04/2022 à 12:30, mis à jour le 13/04/2022 à 12:09
Autour du ministre d’Etat et des personnalités invitées, l’état-major du Monaco Economic Board réuni lundi soir pour l’assemblée générale. Photo MEB/Carte Blanche

"Pour 2022, essayons d’être dans la réalité, en restant très prudents." Les prévisions de Guillaume Rose, se heurtent au contexte international: la guerre en Ukraine, le rebond de la pandémie en Chine, les tensions sur les énergies et les matières premières. Pour le directeur général exécutif du Monaco Economic Board, l’ambition des actions dans les prochains mois doit être "discrète et concrète."

C’est ce que traduit le programme du MEB présenté lundi soir à l’occasion de l’assemblée générale annuelle. Un rendez-vous qui aurait dû être celui d’une reprise en grand. Mais qui se confronte à la réalité.

"Nous commencions enfin à voir la lumière au bout du tunnel et puis, tout a explosé. Une guerre dans la Grande Europe qui nous paraissait improbable voire impossible, le reconfinement de Shanghai… Cette accumulation de cataclysmes remet en cause beaucoup de dogmes dont le principal, celui de la mondialisation. Nous commençons à subir les effets, l’année 2022 ne correspondra malheureusement pas à notre espérance" a souligné le président du MEB, Michel Dotta en ouvrant la séance.

Rappelant que le Monaco Economic Board est le "bras armé économique du gouvernement" et invitant, face à la situation internationale à "développer notre rôle de chambre de commerce auprès des entrepreneurs monégasques et nos liens économiques, comme nous avons commencé à le faire, avec nos voisins méditerranéens".

Montréal, Toronto, Madrid et Londres dans le viseur

Pour ses 558 entreprises adhérentes, qui attendent du MEB une ouverture économique sur le monde, les missions économiques restent complexes à monter. En février 2021, la première de l’ère Covid s’est déroulée en 100% digitale avec l’Inde. Mission à laquelle 13 sociétés monégasques et 45 indiennes ont participé. Le présentiel n’a repris qu’en juillet avec un déplacement à Florence en Italie, puis à Anvers en Belgique en septembre.

 

Le MEB a profité aussi du projecteur braqué sur Dubaï à l’occasion de l’exposition universelle pour y réaliser plusieurs actions de promotion de la Principauté, dont une grande mission économique en janvier dernier.

Et pour la suite? "Nous comptions beaucoup sur une très belle mission à Saint Petersbourg en Russie au printemps. C’est fini. Elle aura peut-être lieu un jour" regrette Guillaume Rose.

Pour l’heure, s’appuyant toujours sur le réseau des représentants diplomatiques de Monaco dans le monde, le MEB envisage de partir avec une délégation d’entrepreneurs en septembre au Canada pour une mission à Montréal puis Toronto. Un deuxième déplacement est envisagé dans la capitale espagnole, à Madrid, du 13 au 15 octobre. Puis à Londres et à Paris en fin d’année.

À ce calendrier, s’adjoignent plusieurs rendez-vous en Principauté où le Monaco Economic Board doit accueillir entre le printemps et l’automne, plusieurs délégations de décideurs économiques. Notamment des États-Unis, du Vietnam, du Japon, d’Australie ou de Djibouti. En prévision de futurs déplacements pour des jours meilleurs…

Offre numérique MM+

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.