“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Comment cette startup varoise propose aux entreprises de réinventer la pause café

Mis à jour le 10/12/2020 à 12:13 Publié le 10/12/2020 à 18:30
En attendant de pouvoir proposer des ateliers de dégustation, Clément Ribeaud et Aymeric Soubrouillard proposent leur café frais sur leur site en click & collect et dans les magasins bio du secteur.

En attendant de pouvoir proposer des ateliers de dégustation, Clément Ribeaud et Aymeric Soubrouillard proposent leur café frais sur leur site en click & collect et dans les magasins bio du secteur. (Photo D.R.)

Monaco-Matin, source d'infos de qualité

Comment cette startup varoise propose aux entreprises de réinventer la pause café

Deux Varois ont ouvert en avril dernier leur atelier de torréfaction Les Cafés du Sud à La Seyne et proposent aux entreprises de réinventer l’instant café de manière plus écoresponsable et en circuit court.

L’idée

Les Cafés du Sud, une entreprise seynoise fondée par deux amis d'enfance varois âgés de 35 ans, Clément Ribeaud et Aymeric Soubrouillard, propose aux entreprises d'offrir à leurs salariés du café responsable, torréfié localement de manière artisanale, sous la marque Ooka. Clément Ribeaud qui possède des usines de café en Inde où il a vécu huit ans, a imaginé ce concept l’année dernière lors de son retour en France. Il a monté l'atelier de torréfaction dans l'ancienne menuiserie familiale de 1.000 m2, transformée en tiers lieu.

Le défi

A cause de la Covid, il a fallu trouver des producteurs de café autres qu'en Inde, notamment en Amérique latine. Le but étant de proposer un café sourcé et torréfié à La Seyne avec l'idée, à l'avenir, de récupérer le marc pour le recycler. Circuit court, démarche écoresponsable, développement durable étant les maîtres mots de ce projet.

L’objectif

Le but est de gérer toute la chaîne de l'achat du café en grain aux producteurs à la mise à disposition du café moulu et des distributeurs aux entreprises clientes. Des machines, entretenues et réparées, qui seront agrémentées par la suite d'électronique pour les rendre connectées à une appli, utilisées par les collaborateurs.

L’investissement

Accompagnés par TVT, les entrepreneurs, qui ont investi 50.000 euros dans ce projet, sont soutenus par le Réseau Entreprendre dont ils sont lauréats depuis peu. Ils ont déjà vendu des machines à des entreprises comme Cogen à La Valette. Dès janvier, la startup projette d'embaucher trois alternants. Clément Ribeaud, aussi conseiller au commerce extérieur et membre de la French Tech à Bangalor, a reçu une formation certifiée en torréfaction à Paris.

Le concept

Plus écoresponsable que les capsules, ce café en grain est torréfié dans le Var et provient directement d'une dizaine de petits producteurs d'Inde et d'Amérique latine. Certains sont certifiés bio. Le concept est destiné principalement aux entreprises de plus dix salariés et/ou recevant du public. La startup propose plusieurs formules d'abonnement selon la consommation faite ou le nombre de salariés de l’entreprise à partir de 15 euros par personne et par mois. L'idée étant de partager un moment convivial autour d'un bon café.

Par ailleurs, l’ancienne menuiserie familiale, Facchini et Coudurier fondée en 1929 et située rue Etienne-d'Orvet, rachetée en 1989, a connu d'importants travaux pour faire du site un tiers lieu accueillant plusieurs commerçants et artistes.

ooka.fr

 

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.