“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Soutenez l’info locale et Monaco-Matin > Abonnez-vous

Comment cette entreprise varoise a su développer son concept de supermarché de la fête et de la réception

Mis à jour le 05/12/2019 à 22:49 Publié le 06/12/2019 à 18:30
Camille et Philippe Legrand sont aujourd’hui à la tête de six magasins et emploient 65 salariés. Ils ont créé un rayon entièrement dédié aux décorations de Noël qui cartonne et un autre dédié au biodégradable et à la vaisselle jetable.

Camille et Philippe Legrand sont aujourd’hui à la tête de six magasins et emploient 65 salariés. Ils ont créé un rayon entièrement dédié aux décorations de Noël qui cartonne et un autre dédié au biodégradable et à la vaisselle jetable. Photo Valérie Le Parc

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Comment cette entreprise varoise a su développer son concept de supermarché de la fête et de la réception

Camille et Philippe Legrand ont ouvert leur premier magasin Fêter et Recevoir en 2009 à La Valette-du-Var et, depuis, ils ont fait des "petits" dans les Alpes-Maritimes et les Bouches-du-Rhône. Une belle réussite.

Ils viennent de fêter leurs dix ans sans presque s’en apercevoir. Camille et Philippe Legrand peuvent pourtant sortir eux aussi les cotillons pour célébrer leur réussite. Leur entreprise Fêter et Recevoir a connu un bel essor depuis ses débuts avec l’ouverture de cinq autres magasins. "Nous ne pensions pas au début avoir de telles retombées au niveau de la clientèle", avouent-ils pourtant.

Anciens franchisés de La Foire Fouille en Bretagne: "Nous avons vu qu’il y avait un marché dans la fête et la réception", racontent-ils. Le marché du déguisement et de la fête à petits prix est à cette époque en pleine explosion aux États-Unis. "Nous avons mis un an pour mettre sur pied le concept en France", se souvient Philippe Legrand. Camille étant née à Toulon et le couple cherchant 1.000 m² de surface pour s’installer, les Legrand quitte Saint-Brieuc pour La Valette-du-Var. "Nous avons vendu nos sociétés là-bas. C’était un jeune concept. Il nous a fallu convaincre les bailleurs. ça n’a pas été facile au début."

Le supermarché de la fête et de la réception

Heureusement le besoin et la demande des clients sont là. Mariages, anniversaires, baptêmes, événements festifs, Halloween, carnavals, décoration de Noël… La nouvelle enseigne gardéenne se présente un peu comme le supermarché de la fête et de la réception où le visiteur peut absolument tout y trouver en un même lieu, sans courir d’une adresse à l’autre. Pratique pour organiser ses préparatifs. "Nous étions le premier magasin en France à proposer une telle surface", raconte Philippe Legrand.

La réussite est telle que, deux ans plus tard, le couple ouvre un nouveau magasin à Cannes La Bocca. "À La Valette, nous attirions une grande zone de chalandise. Les gens venaient des Bouches-du-Rhône et des Alpes-Maritimes." Si bien qu’en 2012, c’est à Aix-en-Provence que Fêter et Recevoir ouvre un nouveau magasin. 2015: une opportunité s’offre au couple de s’installer cette fois à Marseille, après bien des difficultés administratives. Et en 2016, c’est au tour de Nice d’accueillir la marque dans la galerie marchande Nice Valley où les commerçants attendent toujours l’arrivée du nouvel Ikea tant attendu. Enfin, tout récemment, c’est à Avignon, dans la zone commerciale des Angles, que Fêter et Recevoir s’est invité. "Un développement en escargot, décrit Philippe Legrand, pour des questions de logistique et de prise de marchés."

Plus de 10 millions d'euros de chiffre d'affaires

La demande des clients est croissante. Résultat: l’entreprise, qui comptait huit salariés à l’ouverture du premier magasin, réalisait un million d’euros de chiffre d’affaires en 2010. Aujourd’hui, elle emploie globalement 65 salariés et pèse plus de 10 millions d'euros de CA sur l’ensemble de ses enseignes (excepté Avignon qui démarre).

Et si les magasins connaissent des pics de fréquentation, notamment entre Noël et Jour de l’An avec jusqu’à 50.000 passages en caisse par jour et par magasin, tous les produits sont présentés sur le web. Le site Internet, lancé en 2013, auquel se sont ajoutés les comptes Facebook, Instagram et Twitter mobilisent six salariés. "Ca représente un coût, c’est très chronophage pour un retour sur investissement difficile à estimer, mais c’est notre vitrine", reconnaît le dirigeant.

Bientôt des bornes de vente digitales

La prochaine étape sera dans la même veine numérique puisqu’au début de l’année 2020: "Ce sera une grosse étape avec la digitalisation de tous nos magasins à l’aide de bornes de vente." Le client sera ainsi sûr de trouver le déguisement qu’il désire. S’il n’est pas en magasin, il suffira d’interroger la borne pour le commander à la façon du click and collect. "Comme nous ne pouvons pas tout stocker, grâce à notre fournisseur partenaire, il suffira de commander pour qu’il livre directement le produit au client ou en point relais. Mais toutes les références de catalogues seront dans nos bornes."

Enfin, toujours pour vivre avec son temps et répondre aux besoins de sa clientèle, même si parmi sa cinquantaine de fournisseurs européens, les produits viennent essentiellement d’Asie car à moindre coût, l’enseigne a consacré spécialement un rayon au biodégradable et à la vaisselle jetable notamment. Là encore "pour s’adapter aux tendances et au marché". "Au bout de dix ans maintenant, nous avons nos repères et nous commençons à prendre de la graine", reconnaît Philippe Legrand en souriant.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.