“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Comment cette entreprise cuersoise donne des ailes à la surveillance maritime dans le monde

Mis à jour le 19/01/2021 à 18:33 Publié le 18/01/2021 à 11:44
Le Groupe Total a remis le trophée Total Développement régional à Alexis Giordana. Les beaux avions à ailes hautes et vitres bulles d’Action Air Environnement ne sont ainsi pas prêts d’arrêter de survoler les mers à la recherche de pollutions hydrocarbures.

Le Groupe Total a remis le trophée Total Développement régional à Alexis Giordana. Les beaux avions à ailes hautes et vitres bulles d’Action Air Environnement ne sont ainsi pas prêts d’arrêter de survoler les mers à la recherche de pollutions hydrocarbures. (Photo A.M.)

Je découvre la nouvelle offre abonnés

Comment cette entreprise cuersoise donne des ailes à la surveillance maritime dans le monde

Spécialisée dans l’acquisition et le traitement de données aériennes environnementales, Action Air Environnement à Cuers met ses avions au service de l’écologie partout dans le monde.

Ici, pas de surveillance militaire secret défense à des fins géopolitiques. Action Air Environnement, basée à l'aérodrome de Cuers, préfère plutôt mettre ses petits avions au service de la protection de l'environnement, même si les zones concernées comme le golfe de Guinée ou les côtes syriennes sont réputés pour leurs tensions et difficultés d'approche.

Déjà leader de la thermographie aérienne

Pour autant, son dirigeant Alexis Giordana n'est pas de ceux que les obstacles font reculer. Bien au contraire. Ce passionné d'aviation d'origine grassoise, ex-dirigeant d'un grand groupe de l'agroalimentaire, a fondé sa société il y a douze ans. Au départ, c’était pour proposer du remorquage de banderoles publicitaires par avion. Puis ses missions se sont tournées vers l'acquisition de données environnementales. D'une part par la thermographie aérienne aux fins de relever et d'analyser les déperditions d'énergie des bâtiments, éclairages publics ou réseaux de chaleur et de fraîcheur de nos grandes villes (surtout en France, Belgique et au Luxembourg). D'autre part pour survoler la mer et y surveiller l'évolution des ressources halieutiques (bancs de poissons...) ou détecter les pollutions d'hydrocarbures.

C'est d'ailleurs cette dernière activité qui a retenu l'attention du Groupe Total puisque son antenne régionale a remis récemment à Action Air Environnement le trophée Total Développement régional, lui promettant ainsi son soutien financier et logistique (hébergement et bureaux pour le personnel à l'étranger).

"Notre activité de banderoles publicitaires nous a permis de développer notre R&D vers la protection de l'environnement et la spectrométrie aéroportée, explique Alexis Giordana. Nos clients sont des agences internationales des Nations-unies pour les ressources halieutiques ; les gouvernements et organisations internationales pour la pollution ; organisations qui dépendent des principaux pétroliers dans le monde qui ont compris qu'ils devaient avoir un vrai rôle environnemental."

Des appareils basés en permanence en Afrique

L'une de ces organisations anglaises a ainsi signé un contrat de prestation de services pluriannuel avec la société varoise pour assurer la prévention des pollutions maritimes sur tout le littoral du golfe de Guinée. Sur un périmètre allant de la Côte-d'Ivoire à l'Angola, en Afrique de l'Ouest, Action Air Environnement met à disposition ses avions équipés de capteurs infrarouges et caméras pour repérer et identifier la nature des pollutions par hydrocarbure en mer, les photographier et les cartographier afin d’en modéliser la dérive, et de guider les secours et avions d'intervention.

Depuis septembre 2019, deux de ses avions sont stationnés en permanence à Lomé au Togo et Libreville au Gabon. Leurs équipages, constitués de pilotes et de scientifiques, peuvent intervenir 7 jours sur 7, 365 jours par an, en cas d'alerte pollution. Chaque appareil est doté de capteurs qui récupèrent des images et données qui seront ensuite analysées et couplées avec celles renvoyées par les satellites, antennes et balises diverses.

Surtout, l'avion possède à son bord "la couche intelligente par-dessus l'algorithme" comme l'explique Peter Gaucher, l'ingénieur géomaticien de l'équipe. A savoir le biologiste scientifique car, à la grosse différence avec les données relevées par satellites et par drones, l'expert présent dans l'avion possède le regard averti "dans le ressenti de la donnée".

Le Groupe Total a donc vu dans cette entreprise varoise porteuse d'innovations un beau potentiel de croissance, notamment à l'export. Et ce, face à une cinquantaine de concurrents dans le monde sur ce marché. "Nous réalisons 85% de notre chiffre d'affaires, qui est de 2 millions d'euros, à l'export, confie Alexis Giordana. La France commence seulement à s'intéresser à nous."

Du développement dans l’air

Objectifs pour ce dirigeant aujourd'hui: conforter la position de la société en Afrique de l'Ouest, ouvrir une nouvelle base au Sénégal, viser ensuite l'Afrique de l'Est, le Golfe persique, la Malaisie, "chercher des zones à fortes tensions maritimes pour de la surveillance multiparamètres". Et aussi ouvrir, après Mimizan dans les Landes, une succursale à Brest.

Que ce soit pour le développement durable de nos villes ou de nos océans, la demande de données aériennes semble abyssale: afin d’évaluer les ressources halieutiques et les quotas de pêche ; s'appuyer sur des données factuelles pour implanter des éoliennes ; diminuer la consommation énergétique de nos bâtiments. Bientôt, on pourra aussi détecter la présence d'amiante sur les toits des maisons par spectrométrie, identifier les différentes essences d'arbres des forêts ou encore repérer les ressources souterraines (eau, cuivre et richesses naturelles). Les nouvelles technologies aéroportées, couplées à l'expertise humaine, n'auront de cesse de se développer dans les années à venir et Action Air Environnement espère bien y apporter ses ailes. Son dirigeant recherche d’ailleurs des partenaires industriels et financiers.

Les missions assurées par les bimoteurs de l'entreprise en faveur du développement durable de nos villes et de nos océans sont nombreuses.
Les missions assurées par les bimoteurs de l'entreprise en faveur du développement durable de nos villes et de nos océans sont nombreuses. Ambre Mingaz

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.