Comment, avec Linkeus, la Région Sud veut booster le tourisme d'affaires

Changement de nom, d’identité et ambitions revues à la hausse pour Provence Côte d’Azur Events, acteur incontournable du tourisme d’affaires dans la région, qui devient Linkeus.

K.Wenger Publié le 26/09/2022 à 07:51, mis à jour le 26/09/2022 à 07:51
"Une fréquentation régulière et une exploitation à l’année sont des objectifs de développement durable cohérents", estime Pierre-Louis Roucariès, ici avec François de Canson, président du CRT Provence-Alpes-Côte d’Azur, lors du changement officiel d’identité. (Photo D.R.)

Ne l’appelez plus Provence Côte d’Azur Events mais Linkeus. Depuis sa création en 2008, Provence Côte d’Azur Events fédère les professionnels de la filière événementielle d’Avignon à Menton, en passant par Monaco et Ajaccio.

Changement de nom mais pas de mission qui, elle, reste identique: promouvoir le territoire en tant que destination attractive et innovante de tourisme d’affaires.

Comment? En offrant notamment des services de prospection et de promotion à ses adhérents. Et surtout, en préparant l’écosystème avec de la formation initiale et continue, de l’aide à la transformation numérique, de la création de contenus digitaux.

"Linkeus veut être le portail principal pour l’organisation d’événements professionnels et un réseau unique pour l’innovation et l’accompagnement des entreprises", détaille Pierre-Louis Roucariès, son président depuis 2011 et par ailleurs directeur général de l’office de tourisme et des congrès de Mandelieu-La Napoule. En clair, simplifier la vie de ses adhérents et de leurs clients.

"Cette nouvelle identité vise à améliorer le rayonnement de l’organisation au niveau régional mais aussi national et international." En Paca, le tourisme d’affaires pèse moins lourd que celui de loisirs, ne représentant que 6% de la clientèle touristique et 1,3 Md€ de chiffre d’affaires en 2019 (contre 20Mds€) mais Linkeus ne rassemble pas moins de 225 adhérents, soit 9.800 salariés.

 

Outils

Un territoire plein d’atouts avec quinze centres de congrès, trois marques (Provence, Alpes, Côte d’Azur), trois aéroports, une desserte TGV, une hôtellerie haut de gamme, des paysages d’exception, une large offre culturelle, sportive et de loisirs pour faire vivre le secteur de septembre à juin.

"Ce qui permettrait de faire passer de 35 à 45% le taux d’occupation à l’année et embaucher du personnel en CDI. Il n’existe nulle part ailleurs une telle densité d’équipements MICE [Meetings, Incentives, Conventions and Exhibitions, ndlr] sur 200 km: nous sommes la deuxième région la plus importante après l’Ile-de-France, souligne Pierre-Louis Roucariès qui a dessiné une feuille de route ambitieuse. Même si les exposants et visiteurs asiatiques sont encore absents, nous sommes revenus à 85 % de l’activité avant-pandémie."
En s’appuyant sur son Convention Bureau qui propose des services de prospection et de promotion, Linkeus entend atteindre les 300 adhérents en 2025 et détecter 30% de projets d’événements nationaux et internationaux supplémentaires sur le territoire. "Nous allons nous développer aux Etats-Unis", promet-il. 

Défis

Les attentes sont grandes et les défis le sont tout autant. "Le secteur est en pleine transformation qu’il s’agisse du recrutement de personnel qualifié, d’accompagnement des entreprises, leur montée en compétences dans leur transition écologique ou digitale."

Et c’est là qu’entre en jeu le second étage de la fusée Linkeus avec son offre Formation-Incubation-Accélération. A son programme, des formations initiales et continues répondant aux nouveaux besoins des étudiants et des professionnels comme la création de contenus digitaux et le marketing de la data. Mais aussi de l’incubation pour les entreprises innovantes à l’instar de la startup cannoise French Acoustics qui développe des enceintes nomades ultrapuissantes pour les professionnels de l’audiovisuel ou la Vençoise SeeonSea qui a mis en place un réseau mondial de partage d’observation en mer et sur terre.
Sobriété énergétique oblige, Linkeus propose aussi un accompagnement à la certification ISO 20121 [qui vise à inscrire un événement dans une logique de développement durable, ndlr].

 

"Cela passe par la réduction des déchets qu’il s’agisse du bois, du métal, de la signalétique, de l’alimentaire ou de la moquette." Et son président de conclure: "La compétitivité de notre région sur le marché des événements d’affaires repose sur l’expertise et le savoir-faire de nos professionnels."


Pour en savoir plus: Linkeus

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.