Rubriques




Se connecter à

Cette entreprise de Menton lance des T-shirts connectés bons pour votre santé

Après dix ans de recherche et de développement, Body Connect installée à Menton, vient de lancer la vente de ses vêtements intégrant un système de surveillance de l’activité cardiaque et physique.

Alice Rousselot Publié le 19/11/2021 à 09:30, mis à jour le 18/11/2021 à 20:41
Laurent et Jean-Pierre Fort. (Photos A.R.)

C’est une histoire de David contre Goliath (s) comme on les aime. Et dont le milieu entrepreneurial regorge. Après 10 ans de recherche et de perfectionnement, la société mentonnaise "Body connect" vient officiellement de commercialiser ses T-shirts connectés – pour le sport et la santé – et entend bien rivaliser avec les grandes marques du secteur.

L’histoire très sérieuse des "clicshirts" tire son origine d’un jeu. Ou plutôt d’une observation. "Je regardais mon fils jouer à Fifa sur la PlayStation et je le voyais changer des joueurs. Je lui ai demandé comment il savait quand les faire sortir et il m’a montré la ‘Power Bar’qui permettait de voir qu’ils étaient cramés", raconte le fondateur, Laurent Fort. Indiquant avoir, d’une certaine manière, reproduit ce système de Power Bar dans la vraie vie. Via la conception de vêtements bardés de capteurs offrant un suivi des performances cardiaques en temps réel.

Malgré une période compliquée pour l’approvisionnement en composants électroniques, il est d’ores et déjà possible d’acquérir un T-shirt pour homme dans les (très récents) locaux de l’entreprise, avenue Boyer. Pour les brassières de femmes, en revanche, seules des préventes sont proposées en attendant de recevoir le produit fini en janvier. Retard dans l’arrivage des bretelles des suites de la crise Covid…

 

Laurent et son fils Jean-Pierre n’en demeurent pas moins ravis de voir enfin le résultat concret de leur travail. "Ne serait-ce qu’identifier les gens avec qui travailler a été long. Rien n’est simple. Au début, nous avons financé le projet sur fonds propres. Jusqu’à ce qu’on trouve un financeur il y a 8-9 mois, une entreprise dans les télécommunications. Et parce que nous avions un investisseur, des banques se sont intéressées à nous…"

Aujourd’hui, Body Connect compte une dizaine d’employés, dispersés. Développeur informatique, commerciaux, directeur financier, investisseur, communicants…

"Nous avons par ailleurs des testeurs à Toulon. Deux préparateurs physiques travaillent pour nous à temps complet et sous-traitent avec des clients", indique Laurent. Jean-Pierre complète: "Il nous faut des profils variés pour aborder toutes les problématiques – du grand sportif à la personne en perte de poids."

Faute d’une assise financière suffisante pour disposer de leurs propres ingénieurs, père et fils s’appuient sur un laboratoire de haute volée. Le Centre suisse d’électronique et de microtechnique (CSEM), maillon indispensable de la chaîne pour avoir une fiabilité irréprochable des données. En dehors du textile provenant d’Allemagne – "nous n’avons pas trouvé les compétences en France" – tout est produit dans l’Hexagone. Usine technique à Montpellier, packaging dans l’Ain, développement de l’application mobile à Nice, impressions à Menton… Un made in Europe coûteux? "Nous avons fixé un prix de lancement à 269 euros. Le coût baissera en fonction de la masse de production; aujourd’hui nous n’avons pas encore un gros volume. Mais il faut savoir que sans la technologie intégrée, un T-shirt technique de cette qualité serait déjà à 120/130 euros. Et pour trouver l’équivalent de ce que l’on fait, il faut se tourner vers des montres connectées à 1000 e…"

Les Mentonnais expliquent être en discussion avec les fédérations sportives individuelles pour tenter de commercialiser les clicshirts à grande échelle. Quid du sport collectif? Les équipes de Body Connect œuvrent actuellement sur une autre technologie pour monitorer une équipe entière. De manière à ce qu’une personne sur la touche équipée d’une tablette puisse avoir accès à toutes les données.

"Nos produits intéressent des gens pratiquant des disciplines très différentes. Certains sont simplement dans une période de remise en forme. D’autres veulent avoir une pratique du sport différente, plus surveillée. Des personnes âgées aiment le système d’alertes pour ne pas se mettre en danger permis par les clicshirts." Et de fait, alors que tous les ans, en France, 40.000 personnes décèdent subitement d’un arrêt cardiaque, la réalité ne peut qu’inciter à rester vigilants. Répondant à bon nombre d’attentes actuelles, tant en matière de sport que de santé, Body connect a toutes les raisons de prendre son envol. Mais reste une difficulté: gagner en notoriété. "Cela demande plus d’argent pour se faire connaître qui si on avait un logo avec une pomme croquée… Nous sommes une petite entreprise mentonnaise avec un super produit. Et on se bat contre des mastodontes internationaux", résume Laurent. À ses côtés, Jean-Pierre se montre confiant. "Nous avons rassemblé dans un produit tout ce que nos concurrents font…"

 

Savoir +

Body Connect, 3 avenue Boyer.

Rens. https://clicshirt.com

Offre numérique MM+

...

commentaires

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.