“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Ce qu'il faut retenir de l'interview du directeur du pôle emploi de Menton

Mis à jour le 09/02/2018 à 15:36 Publié le 09/02/2018 à 12:32
Gildas Brieau est le directeur de Pôle emploi Menton depuis novembre 2016.

Gildas Brieau est le directeur de Pôle emploi Menton depuis novembre 2016. Photo Jean-François Ottonello

Ce qu'il faut retenir de l'interview du directeur du pôle emploi de Menton

Le directeur du Pôle emploi de Menton évoque ses défis 2018. Entre montée en puissance des outils numériques, suivi accru des demandeurs d’emploi et ancrage dans les vallées… il ne chôme pas

Gildas Brieau, directeur du pôle emploi de Menton se soucie du détail. Et surtout de l’humain. Il parle de "candidats" et jamais de "chômeurs". "Mon rôle est de valoriser les personnes en recherche d’emploi. Et pour cela, même les mots ont une importance", précise-t-il d’un ton appuyé. Nommé en novembre 2016, il entend tisser des liens étroits avec les candidats. Des liens de proximité, mais aussi sur la toile.

Son bilan de 2017

"C’est l’année de la reprise économique. En 2017, nous avions 8.300 inscrits – toutes catégories confondues – au Pôle emploi de Menton. À ce jour, nous comptons 8.030 candidats. C’est un chiffre encourageant !"

Son analyse de la situation

"Déjà parce que l’année 2016 a été mauvaise en terme d’emploi à cause de l'attentat de Nice. Les entreprises ont moins recruté et l’économie locale a tourné au ralenti. En 2017, le tourisme et donc les embauches ont repris. De plus, nous avons eu une arrière-saison exceptionnelle qui s’est prolongée jusqu’en novembre."

Les secteurs qui ont le plus recruté

"Les métiers de l’hôtellerie et de la restauration ainsi que ceux liés au tourisme, loisirs, transport et à la logistique enregistrent le plus grand nombre d’offres déposées au Pôle emploi de Menton (avec respectivement 31 % et 20 % contre 16 % et 10 % en Paca)."

"Les services à la personne et à la collectivité suivent ensuite (15 % contre 18 % en Paca). Viennent après les métiers du commerce, de la vente et de la grande distribution (12 % contre 18 % en Paca)."

"Les métiers de la santé sont également très demandés. Le BTP repart également à la hausse, notamment grâce aux nombreux chantiers et projets immobiliers sur Monaco."

Ses défis 2018

"Durant des années, nous avons aidé des candidats à l’emploi et des recruteurs sans leur demander s’ils étaient satisfaits du service. Nous allons davantage évaluer leurs besoins pour mieux répondre à leurs attentes. Notre objectif sera aussi de développer l’autonomie des candidats."

"Depuis six mois seulement, nous avons un conseiller en évolution professionnelle. L’objectif, ce n’est plus de proposer simplement une analyse des offres d’emploi mais d’échanger avec le candidat pour construire un parcours professionnel. De cette façon, nous espérons qu’il soit plus investi."

Sur les outils numériques

"Nous incitons les candidats à créer leur CV en ligne ou à s’inscrire sur notre site Internet d’offres d’emploi . À ce jour, 50 % l’utilisent mais pour nous l’idéal serait 100 % des inscrits. Nous avons également développé une page Facebook "Pôle emploi Menton Est Riviera" pour donner des conseils et communiquer sur des événements importants."

"Depuis quelques semaines, nous proposons des visioconférences pour les rendez-vous. C’est très utile, notamment, pour ceux qui habitent loin de l’agence de Menton."

A propos de l’arrière-pays

"Je travaille sur la mobilité et j’aimerais que Pôle emploi soit plus présent dans la Roya et la Bévéra. L’an dernier, nous avions organisé une réunion collective dans la médiathèque de Sospel afin d’aller à la rencontre des candidats. Au premier semestre, nous allons réitérer ce rendez-vous. J’aimerais également le développer à d’autres villes de l’arrière-pays."


La suite du direct