Rubriques




Se connecter à

Alexandra Borchio Fontimp succède à David Lisnard à la tête du CRT Côte d’Azur France

La sénatrice a été élue ce jeudi par les membres du comité régional de tourisme pour remplacer David Lisnard. Le premier objectif est de faire revenir les touristes dès le mois de mars.

Propos recueillis par Maxime Rovello Publié le 13/01/2022 à 18:24, mis à jour le 14/01/2022 à 10:47
Alexandra Borchio Fontimp, nouvelle présidente du CRT. DR

Qu’est-ce qui vous a poussé à vous porter candidate à la présidence du CRT?

Cela faisait presque sept ans que j’étais vice-présidente de David Lisnard au CRT. Cette élection était presque une passation naturelle. Avec David Lisnard, nous avons vraiment travaillé en binôme. C’est pourquoi, lorsqu’il a fait savoir qu’il souhaitait se concentrer davantage sur sa mission à la présidence de l’association des maires de France, j’ai fait acte de candidature assez naturellement.

Vous avez également un mandat national, celui de sénatrice…

 

Oui, pour David Lisnard, être président de l’AMF, en plus d’être maire d’une grande ville, c’est très chronophage. En ce qui me concerne, je pense que c’est une force d’avoir une présidente qui est parlementaire. Depuis que je suis sénatrice, je défends le tourisme au palais du Luxembourg en alertant directement les ministres. Depuis des années, je suis en contact avec les socio-professionnels de l’hôtellerie-restauration. Je peux faire remonter leurs problématiques au Sénat.

Il y a eu des frictions avec la Région récemment. Votre position?

La Région n’a plus souhaité verser sa subvention annuelle de plus de 700.000 euros. Le Département a souhaité se substituer à la Région en versant ce montant qui nous permet continuer à travailler dans les mêmes conditions. Il y a eu aussi l’élection de vice-présidents. Il y a David Lisnard et Bernard Chaix mais aussi Jennifer Salles Barbosa qui est aussi conseillère régionale. Le fait qu’elle soit restée vice-présidente, j’y vois du positif. On va continuer à travailler avec la Région, on a besoin de travailler tous ensemble.

Quels sont vos principaux chantiers pour 2022?

Je veux continuer à rassembler et poursuivre le travail engagé. Nos grands axes stratégiques pour 2022 tiennent en quatre mots: analyser, animer, rayonner et stimuler. Analyser car nous avons un observatoire du tourisme pour anticiper les tendances et permettre une réactivité. Animer, pour renforcer les liens avec les offices de tourisme et les professionnels du secteur. Rayonner en faisant connaître la puissance de notre marque Côte d’Azur France sur les réseaux sociaux. Enfin, stimuler pour un avoir un déploiement d’actions vers une clientèle internationale haut de gamme. Pour 2022, on cible l’Amérique du Nord et les pays du Moyen-Orient tout en continuant à travailler avec nos partenaires des pays frontaliers.

Et au niveau local?

 

Il faut aussi stimuler la dépense et la consommation de loisirs. Quand les touristes viennent sur notre territoire, il faut leur proposer un maximum d’offres pour faire travailler les professionnels du tourisme.

Une priorité?

Le premier chantier, c’est la crise qu’on vit depuis deux ans. Le premier objectif c’est d’être flexible. On dépend des directives de chaque pays mais nous essayons d’anticiper. Le plus important est de relancer notre destination au mois de mars, pas attendre l’été. Il faut pouvoir faire revenir nos visiteurs le plus vite possible. Le mois de mars c’est un peu le lancement de la saison pour nous.

Vous serez présente auprès des professionnels?

Oui, j’ai toujours tenu à maintenir un lien. Nous discutions récemment au Sénat de l’intérêt pour les professionnels de l’hôtellerie-restauration de vérifier la carte d’identité. Je suis directement allé les consulter pour ce sujet. En tant que présidente, je me déplacerai auprès de ceux qui veulent me rencontrer. Le CRT est déjà en lien permanent à leur côté. Je tiens à leur dire que je serai une présidente de proximité, disponible et dynamique.

Offre numérique MM+

...

commentaires

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.