“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

5G, e-santé, véhicules autonomes... Le Prince appelle la communauté monégasque à se fédérer dans la transition numérique

Mis à jour le 02/05/2019 à 08:37 Publié le 02/05/2019 à 08:30
Autour du souverain mardi soir, Luc Jacquet, Frédéric Genta, Cédric Biscay et Thomas Battaglione ont illustré les enjeux du numérique pour la Principauté.

Autour du souverain mardi soir, Luc Jacquet, Frédéric Genta, Cédric Biscay et Thomas Battaglione ont illustré les enjeux du numérique pour la Principauté. Photo Michaël Alési et Manuel Vitali/Dir. Com.

5G, e-santé, véhicules autonomes... Le Prince appelle la communauté monégasque à se fédérer dans la transition numérique

En levant le voile sur les ambitions de la Principauté pour amorcer son virage numérique, le prince Albert II a prôné l’obligation d’entreprendre "une nouvelle phase de notre histoire".

C’est un virage. Une déclaration d’entreprendre en force. Un manifeste lancé au cours d’une présentation événement comme seule la Principauté sait les faire. La salle de bal du Yacht-club, un parterre de hautes personnalités et de décideurs monégasques, l’animatrice Églantine Éméyé au micro. Un grand show sans fausse note. Ou presque, quand un écran a été victime d’un bug technique en pleine présentation. Un peu ironique en pleine poussée numérique… mais la cocasserie du moment a fait rire la salle.

La transition numérique du pays a désormais un étendard: "Extended Monaco". Un projet qui, comme son nom l’indique, entend pousser les capacités et les frontières de la Principauté.

"Nous avons l’obligation d’entreprendre une nouvelle phase de notre histoire, redéfinir nos repères et nos habitudes. Je souhaite que toute la communauté monégasque se retrouve autour du projet", a souligné le prince Albert II en ouvrant la présentation mardi soir. Évoquant, "un impératif majeur, une ambition qui mobilisera d’importants moyens et tous nos talents".

"Tirer tous les potentiels du numérique"

Dans son cahier des charges, le souverain souhaite pour autant "faire en sorte que ce monde numérique soit humain, attentif à chacun". Et décrit "Extended Monaco" comme le reflet "d’une Principauté forte toute en restant humaine, dynamique et fidèle à nos transitions".

Concrètement, Frédéric Genta, nommé il y a un an délégué interministériel chargé de la transition numérique, sera le premier de cordée cette manœuvre pour un virage numérique qu’il a déjà entamé. "Extended Monaco sera unique, raisonné et durable, en tirant tous les potentiels du monde numérique en développant notre propre modèle", détaille-t-il.

Le prince Albert-II
Le prince Albert-II Photo Michaël Alési et Manuel Vitali/Dir. Com.

À la rentrée ensuite, Monaco sera le premier pays à proposer aux élèves de la maternelle au collège, des cours de programmation informatique. À l’automne, la première plateforme de e-santé sera lancée avec possibilité de prendre rendez-vous chez tous les professionnels de médecine, en quatre langues.

Un inventaire à la Prévert qui fait montre de la volonté d’accélérer les choses. Tout en mettant l’accent sur la sécurité de ces données dématérialisées. Pour assurer la protection, le cloud souverain, ultrasécurisé, doit être lancé en décembre. Avec une e-ambassade basée au Luxembourg en cas de souci.

Une étape clé pour les autorités qui, pour l’heure, veulent d’abord fédérer l’ensemble de la communauté nationale derrière ce projet. Le pari est lancé!


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct