“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Venez faire le plein de musique pendant presque deux jours non-stop avec le premier festival électro à Monaco

Mis à jour le 27/07/2017 à 11:38 Publié le 27/07/2017 à 11:36
Image d'illustration

Image d'illustration Photo archives Ph. A.

Venez faire le plein de musique pendant presque deux jours non-stop avec le premier festival électro à Monaco

Coup d’envoi vendredi soir du Deep Klassified, un rendez-vous inédit au Grimaldi Forum où se mêleront la musique et la détente festive pendant presque deux jours non-stop

Six mois qu’ils l’imaginent. Échafaudent les plans et réfléchissent au concept. L’heure de vérité, ce sera vendredi soir à 23 heures, pour Adrien Deverdun, Julien et Thomas de Bie, trio concepteur de Deep Klassified, le premier festival de musique électronique annoncé à Monaco les 28 et 29 juillet au Grimaldi Forum.

Hier matin, le lieu était encore un peu monacal. Il n’y a guère qu’un plan qui laissait présager du montage à venir pour muter les lieux en temple de la fête.
Top départ vendredi matin, 7 heures. Il s’agira de transformer l’espace Indigo en dancefloor géant, tendance jungle.

Les plus âgés se souviennent que jusqu’en 2010, le lieu abritait le Karé(ment) et a fait danser une génération de noctambules.

800 personnes chaque soir

Danser, c’est la volonté principale des organisateurs. Dans un décor peuplé de plantes tropicales, il n’y aura qu’une petite trentaine de tables pour laisser la place à une longue piste de danse, capable d’accueillir 800 personnes vendredi et samedi soir.

Pour l’ambiance, l’équipe est allée puiser dans ce qu’elle a vu de meilleur en sillonnant les soirées d’Europe et d’ailleurs. À l’entrée, des maquilleurs proposeront leurs services façon festivals de Tulum ou Coachella.

Un peu plus loin, à l’abri des décibels, un espace de détente va être positionné avec des hamacs et poufs marocains. Pour la déco, les garçons jouent la carte authentique, voire artisanale.

Prenant autant le pinceau pour peindre les panneaux de signalisation que leurs téléphones pour booker quelques DJs qui composent la programmation pointue de l’événement.

"Pour les lumières, Jerôme Julien, de la société Dushow, nous a prévu quelque chose d’exceptionnel", souligne Adrien. Sur la terrasse, un gazon synthétique sera déroulé pour, là encore, favoriser la convivialité.

"L’idée est de dire au public de venir comme il est." Une ambiance décontractée, différente dans la constellation d’événements des nuits estivales monégasques. Une différence qui s’accentue aussi avec la journée du samedi, entre les deux nuits de fête.

Un barnum de détente sera déroulé sur le parvis du Grimaldi Forum de 11 heures à 22 heures. Au programme: cours de yoga pour les plus vaillants ou plaisir de prendre du bon temps pour ceux qui auront tout donné la veille.

"Nous avons essayé de fédérer autour de nous, beaucoup d’intervenants de la Principauté", continue Julien. Le "village" prévu pour cette journée – et ouvert gratuitement au public – en témoigne.

Côté nourriture, Eqvita, A Roca ou encore Fifth Avenue tiendront des stands gourmands à côté de points de vente de vêtements et de vinyles notamment. "Cela reste un festival de musique, mais avec des activités détente", précise Thomas.

Tout un programme… Pour enchaîner les deux, le trio de Deep Klassified, qui passera aussi derrière les platines au cours des soirées, n’a pas prévu de dormir, ou presque, jusqu’au dimanche.

Julien de Bie, Adrien Deverdun et Thomas de Bie ont pensé le festival avec Camille Van Klaveren, qui a développé la partie détente du samedi.
Julien de Bie, Adrien Deverdun et Thomas de Bie ont pensé le festival avec Camille Van Klaveren, qui a développé la partie détente du samedi. Photo Jean-François Ottonello

La suite du direct