“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Ugo Garrido, ce jongleur de légende qui vit tranquillement sa retraite à Cannes

Mis à jour le 16/05/2021 à 12:39 Publié le 16/05/2021 à 15:45
CANNES, le 02/05/2021, portrait d'Ugo GARRIDO, célèbre jongleur, qui a accompagné les plus grandes stars des années soixantes, telles que Brel, Brassens ou Piaf, et a notemment joué devant la reine mère d'Angleterre en 1961 lors de la célèbre émission anglaise "The Royal Variety Performance". papier Alexandre CARINI

CANNES, le 02/05/2021, portrait d'Ugo GARRIDO, célèbre jongleur, qui a accompagné les plus grandes stars des années soixantes, telles que Brel, Brassens ou Piaf, et a notemment joué devant la reine mère d'Angleterre en 1961 lors de la célèbre émission anglaise "The Royal Variety Performance... Dylan Meiffret / Nice Matin

Toute l'info locale + Des reportages exclusifs

Ugo Garrido, ce jongleur de légende qui vit tranquillement sa retraite à Cannes

Jongleur star des années 1950 à 1970, invité vedette des plus grands shows en compagnie des plus grands artistes de son époque, il vit sa retraite à Cannes en toute modestie, à 85 ans.

Il n’a plus la dextérité ni la vivacité d’antan, lorsqu’il était un jongleur bondissant, scintillant et toujours souriant. Mais à 85 ans, Ugo Garrido, Italien à l’air hidalgo, porte encore beau. Les cheveux lisses tirés par un catogan, l’œil coquin et la stature encore svelte.

Dans son modeste appartement cannois, le voilà qui s’extirpe de son canapé. Sous l’œil admiratif de sa petite fille, Dana, le vieil homme ouvre le tiroir d’une commode et en extirpe une massue en bois. Cet objet qui a fait sa gloire jadis, lorsqu’il en jouait avec une aisance déconcertante.

Le succès avec ses mains... et ses pieds!

CANNES, le 02/05/2021, portrait d'Ugo GARRIDO, célèbre jongleur, qui a accompagné les plus grandes stars des années soixantes, telles que Brel, Brassens ou Piaf, et a notemment joué devant la reine mère d'Angleterre en 1961 lors de la célèbre émission anglaise "The Royal Variety Performance". papier Alexandre CARINI
CANNES, le 02/05/2021, portrait d'Ugo GARRIDO, célèbre jongleur, qui a accompagné les plus grandes stars des années soixantes, telles que Brel, Brassens ou Piaf, et a notemment joué devant la reine mère d'Angleterre en 1961 lors de la célèbre émission anglaise "The Royal Variety Performance". papier Alexandre CARINI Dylan Meiffret / Nice Matin

Ugo est pourtant l’héritier des circassiens Frediani, une lignée d’acrobates à cheval depuis trois générations. Mais son dada à lui, ce fut ces espèces de quilles qui lui donneront réputation à travers le globe, bien au-delà d’un tour de piste.

"J’étais l’exception de la famille, parce que j’étais le seul à faire du jongle. Au fil des années, j’ai créé mon propre numéro".

Enfant singulier, mais aussi particulièrement doué. Qui fait tourner ses quilles à une vitesse vertigineuse, des mains... comme des pieds!

Né à l’aube de la guerre en 1936, le petit Ugo doit suivre sa famille de saltimbanques, brinquebalée par le conflit civil en Espagne, le fascisme de Mussolini en Italie. Sa mère andalouse décède lorsqu’il n’a que six ans. Mais l’enfant s’aguerrit très vite dans le sillage d’Amerigo, son père prénommé ainsi parce qu’il a été conçu aux States. Lors d’un show donné au Casino d’Estoril, l’agent artistique d’un couple de danseurs français repère le jeune prodige. Flaire le talent unique.

L’incroyable carrière débute donc en France, où Ugo partage très vite l’affiche des théâtres et Casinos en compagnie de Zizi Jeanmaire, Jacques Brel, et autres Raymond Devos.

Une, deux, trois massues, pas plus. Mais un numéro d’environ huit minutes, digne du grand music-hall américain, qui lui demande des heures d’entraînement chaque jour .

Impressionnés lors d’un passage au Palais Méditerranée de Nice (après le Palais de Cannes), les Aiglons champions de France (1957) convient l’artiste passionné de foot à leur table.

"Comme je jonglais bien avec mes pieds, ils m’ont aussi proposé de venir taper le ballon avec eux, mais là, j’ai soudain trouvé une excuse pour m’esquiver!"

Devant la reine d’Angleterre, mais trahi par son genou

En revanche, ses jongles parcourent le monde, dont onze passages au grand Ed Sullivan Show, le must du must. En 1961, il se produit même devant la reine d’Angleterre, au théâtre The Prince Wales, parmi les artistes invités par Elisabeth II: un jongleur "anobli"!

Hélas, tout roi du cirque tombe un jour de son trône. Lors d’une répétition, Ugo se blesse grièvement au genou. Fin de carrière, à 36 ans. Fabricant de pâtes fraîches, pizzaïolo, il devra éxécuter des petits boulots pour s’assurer une maigre retraite. Depuis, il n’a plus réellement touché une massue du bout de ses doigts meurtris, Reste les riches souvenirs d’un brillant artiste, qui a jonglé avec tous les honneurs de la vie.

Son pire souvenir: une séance de jongles avec une aiguille dans le talon!

CANNES, le 02/05/2021, portrait d'Ugo GARRIDO, célèbre jongleur, qui a accompagné les plus grandes stars des années soixantes, telles que Brel, Brassens ou Piaf, et a notemment joué devant la reine mère d'Angleterre en 1961 lors de la célèbre émission anglaise "The Royal Variety Performance". papier Alexandre CARINI
CANNES, le 02/05/2021, portrait d'Ugo GARRIDO, célèbre jongleur, qui a accompagné les plus grandes stars des années soixantes, telles que Brel, Brassens ou Piaf, et a notemment joué devant la reine mère d'Angleterre en 1961 lors de la célèbre émission anglaise "The Royal Variety Performance". papier Alexandre CARINI Dylan Meiffret / Nice Matin

Zizi Jeanmaire, Raymond Devos, Jacques Brel, Dario Moreno, Rika Zaraï, Brassens, Charlie Chaplin, autant d’artistes célèbres dont Ugo a croisé le chemin ou partagé l’affiche durant sa carrière. Mais sa rencontre vedette eut lieu au cirque d’hiver alors qu’il n’avait que 20 ans. Avec une certaine... Mona Bouglione, fille acrobate de la dynastie circassienne, qui saura dompter le cœur amoureux du bel italien. Celle qui deviendra sa femme, la mère de ses trois enfants. Unis pour le meilleur...et même le pire:

"Le pire souvenir de mon grand-père, c’est le jour où il a dû exécuter son numéro avec une affreuse douleur au pied, confesse Dana, leur petite fille. Ma grand-mère lui avait réparé une chaussure, et elle avait oublié une aiguille! " (rires)

Par chance, ce ne fut pas un talon d’Achille...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.