Rubriques




Se connecter à

Partis faire le tour de l’Asie, ces Niçois "cartonnent" sur Tiktok avec 1 million d'abonnés

Mais quelle est la recette de leur succès ? Partis faire un tour de l’Asie entre les deux confinements de 2020, Lesly et Jeremy ont réussi à fédérer une forte communauté sur TikTok. Ils nous racontent ce rêve, devenu réalité.

Alice Patalacci Publié le 02/01/2021 à 16:15, mis à jour le 02/01/2021 à 16:12
Lesly et Jeremy sont partis faire un tour de l’Asie, l’an dernier. Ils ont décidé de partager leur expérience sur TikTok et comptent, aujourd’hui, plus d’un million de followers. Photo DR / @lylylifestyle

Lesly et Jeremy avaient un rêve: faire le tour de l’Asie, pendant un an. Ils mettent alors un peu d’argent de côté, Jeremy quitte son emploi dans une usine de parfum à Grasse et ils commencent à faire leurs bagages. D’abord freinés par le premier confinement, ils décident de partir avant le deuxième, en octobre 2020. "On s’est juste dit qu’on allait partager notre expérience sur TikTok, qui était la nouvelle plateforme tendance", se souviennent-ils depuis la Thaïlande, où ils sont actuellement.

Aujourd’hui, ils sont suivis par plus d’un million de personnes (1,2 million).

Des astuces et du direct

Loin d’être les seuls Azuréens décidés à explorer le monde, comment Lesly et Jeremy ont-ils réussi à rassembler une telle communauté? "Je pense que c’est parce qu’on est parti pendant le confinement. Les gens étaient bloqués chez eux, c’était rare de voir des personnes voyager", avance Lesly.

"Quand on était à Bali, les gens hallucinaient. Ils nous demandaient où on était", ajoute Jeremy.

 

Pour rester proches de leurs abonnés, ils font régulièrement des live de leurs sorties. "Et on donne des astuces. Par exemple, peu de gens savaient que la Thaïlande était ouverte. Avec le temps, les restrictions liées à la crise sanitaire sont moins lourdes, on informe notre communauté de tout ça", complète le jeune homme.

Ils alimentent aussi une playlist de "feuilles de route de voyage", pour guider les internautes qui les suivent.

@lylylifestyle

Manger pour moins de 8€ MATIN / MIDI ET SOIR ? C'est possible ? ##voyage ##food

♬ Run Free (feat. IVIE) - Deep Chills

Un projet de locations

Les deux Azuréens ne devaient rester qu’un an en Asie. Finalement, ils y sont toujours et vivent même de cette activité. Au point que Lesly a arrêté son travail de coach sportif en ligne depuis quatre mois. "On ne s’attendait pas à un tel succès, on ne réalise toujours pas", rigolent-ils.

En plus des revenus qu’ils tirent de partenariats noués avec des marques, ils vendent des e-books de voyage et nourrissent un projet de locations de petites villas en Indonésie. "Pour le financer, on va partir travailler au moins six mois en Australie et partager cette expérience sur les réseaux sociaux. Ça fait d’une pierre deux coups", sourit Lesly.

Mais comment vit-on des réseaux sociaux?

Ça faisait dix ans que Jérémy travaillait pour une usine de parfum à Grasse. Il n’a pourtant pas hésité à quitter son emploi pour vivre de cette activité d’influenceur.
Un pari risqué, mais pour l’instant réussi, puisque Lesly a également arrêté ses cours de coach en ligne il y a quatre mois. « On nourrit des projets en parallèle [lire ci-dessus], parce qu’on sait que ça peut s’arrêter du jour au lendemain », nuance-t-elle.

Entre zéro et 1.500 euros la vidéo

Bien qu’ils cumulent un million de followers, les deux Azuréens sont encore en « début de carrière » et acceptent parfois des partenariats gratuits. « On démarche des marques, d’autres viennent vers nous… ça va dans les deux sens », explique Lesly.

Selon le partenariat, la marque et les modalités de la vidéo, cette dernière peut se monnayer entre zéro et 1 500 euros, selon elle. « Ça évolue au fil du temps, on a encore assez peu de recul, ça ne fait que quatre mois qu’on se fait rémunérer. Par exemple, on avait démarché Banana Moon et on avait accepté un partenariat gratuit, car on adore la marque. On la portait déjà avant. Eux, attendent de voir ce qu’on peut produire, avant de décider d’un tarif », détaillent-ils.

Beaucoup d’entraide

En contact régulier avec une agence, Lesly et Jérémy préfèrent cependant travailler en indépendants. Pour être libres de leurs choix. « On n’accepte pas le drop-shipping [vente du fournisseur au client directement, ndlr], que des articles qui ont un lien avec le voyage… on est honnêtes avec notre communauté », assure Jérémy. « Une fois, on nous a démarchés pour des plaids en polaire, qui se portent comme des ponchos. On était à Bali. On a refusé, ça n’avait pas de sens avec notre activité », illustre Lesly.

Et, même si la concurrence est rude, les TikTokeurs se serrent les coudes. Les deux Azuréens sont dans un groupe WhatsApp. « Il y a beaucoup d’entraide », assurent-ils.

Offre numérique MM+

...

commentaires

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.