“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Non, les vacances n’ont pas dit leur dernier mot: ce que l’on sait des prochains week-ends sur la Côte d’Azur

Mis à jour le 24/02/2021 à 11:24 Publié le 23/02/2021 à 21:00
A Nice, l’hôtel Best Western Plus Masséna reste ouvert, même s’il a subi une "vague d’annulations" pour les prochains week-ends. (Photo Eric Ottino)

A Nice, l’hôtel Best Western Plus Masséna reste ouvert, même s’il a subi une "vague d’annulations" pour les prochains week-ends. (Photo Eric Ottino) Eric Ottino / Nice Matin

Je découvre la nouvelle offre abonnés

Non, les vacances n’ont pas dit leur dernier mot: ce que l’on sait des prochains week-ends sur la Côte d’Azur

Malgré le confinement partiel du littoral les deux prochains week-ends, on pourra maintenir une réservation à la montagne, a déclaré le préfet. En attendant un arrêté qui se fait désirer.

Le tour de vis était acquis. Restait à découvrir le manuel d’utilisation. Ce mardi soir, la préfecture des Alpes-Maritimes n’avait toujours pas publié l’arrêté qui régira les déplacements pour nos deux prochains week-ends. Le préfet Bernard Gonzalez s’est néanmoins montré rassurant envers les vacanciers qui ont réservé à la montagne. Le point sur ce qui était acquis à J-4.

Le retour de l’attestation

Rappel du principe : les Alpes-Maritimes seront partiellement confinées à compter du vendredi 26 février, à 18 h, jusqu’au lundi 1er mars à 6 h. Rebelote le week-end suivant. Une mesure localisée inédite en France métropolitaine. La faute à un taux d’incidence de l’épidémie de Covid-19 bien plus élevé que la moyenne nationale.

Ce confinement concerne la "zone urbaine du littoral", de Menton à Théoule-sur-mer. Le haut pays en est exempté, notamment les vallées frappées par la tempête Alex. Pour les autres habitants, les déplacements seront limités à 1 h par jour dans un rayon de 5 km - attestation à l’appui.

Déplacements sous conditions

Le groupe Summer Hotels a maintenu ouverts deux de ses six hôtels niçois.
Le groupe Summer Hotels a maintenu ouverts deux de ses six hôtels niçois. Photo Eric Ottino

Alors, quid des vacances? Peut-on quand même partir, samedi, savourer la neige et le redoux ? Oui, à condition d’avoir préalablement réservé en montagne. "Les personnes qui pourront justifier de leur déplacement pourront bien entendu les effectuer", a assuré le préfet Bernard Gonzalez, lundi soir chez Azur TV.

De quoi rassurer les aspirants vacanciers. Ceux, par exemple, qui font chauffer le standard téléphonique de Valberg. "On a beaucoup d’appels, confirme-t-on à l’office du tourisme. Les gens ont beaucoup d’incertitudes. Peuvent-ils arriver et partir le samedi? On se pose la question pour les séjours en gîtes communaux, avec les conséquences en chaîne pour les cours de ski. Or on attend beaucoup de monde..."

Titre de voyage faisant foi

Partir, c’est une chose. Et revenir? Même principe, en théorie. Laura Covarelli s’en est souciée. Cette Niçoise de 34 ans séjourne chez des amis dans le Sud-Ouest, près d’Agen. Son retour est prévu samedi, à 23 h passé, après une correspondance à Marseille. Elle avait "un peu peur de [s’y] retrouver bloquée avec [s]on fils de 12 ans, et de devoir aller à l’hôtel."

En attendant la vérité de l’arrêté préfectoral, la SNCF a rassuré Laura Covarelli. "Ils m’ont expliqué que mon billet de train faisait foi, ainsi que l’attestation remplie sur mon téléphone." Elle pourra y ajouter notre article.

Vague d’annulations dans les hôtels

Les Azuréens peuvent donc encore penser vacances. Les touristes en court séjour ne peuvent en dire autant. La perspective d’un week-end confiné sur la Côte d’Azur en a dissuadé plus d’un, faisant chuter un peu plus le taux d’occupation des rares hôtels ouverts. "80% sont fermés sur la Côte d’Azur", souligne Denis Cippolini, président du syndicat des hôteliers de Nice. Les taux d’occupation patinent à 20,5% à Nice et 11,9% à Cannes. Remarque amère: "Si la pandémie se propage, ce n’est pas au travers de l’activité hôtelière!"

Ingrid Farrugia, directrice de l’hôtel Beau Rivage à Nice, prévoyait 20% d’occupation pour les prochains week-ends. Des courts séjours. Une clientèle majoritairement parisienne. Patatras: "Ce week-end, je ne pense pas dépasser 5% d’occupation. Depuis lundi midi, on est déjà à 30% d’annulations. Et ça n’arrête pas! Je les comprends... Mais c’est un gros coup de frein pour nous." Son espoir: préserver ainsi le week-end de Pâques et les vacances d’avril.

Entreprises dans l’attente

Et du côté des entreprises? Certains salariés devront-ils prendre leur vendredi après-midi pour partir en vacances à temps? Un peu tôt pour le dire, selon les entreprises contactées. "C’est dans le flou. On ne sait pas ce que vont prévoir ces nouvelles attestations", tempère Léïa Duprat Selvarajan, responsable des ressources humaines chez Chullanka à Antibes. Ce spécialiste des sports extérieurs compte une centaine de salariés. Sa DRH prévient: "On est souples au niveau de l’organisation. On est très compréhensifs. Si on peut leur permettre de rejoindre leur lieu de vacances, on le fera avec grand plaisir."

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.