Les 5 timbres à ne pas manquer à MonacoPhil

Jusqu’à samedi, le salon MonacoPhil expose cent timbres et documents philatéliques rares provenant, notamment, des collections du prince Albert II et de la Royal Philatelic Collection.

Yannis Dakik Publié le 25/11/2022 à 12:30, mis à jour le 25/11/2022 à 12:22
Ces timbres sont à voir jusqu’à demain au musée des Timbres et des Monnaies. Photo DR

Certains sont estimés à plusieurs centaines de milliers d’euros. Jusqu’à demain, le musée des Timbres et des Monnaies expose cent timbres et documents philatéliques dont certains font partie des plus rares au monde.

Parmi eux, on retrouve des collections du Prince et de la Royal Philatelic Collection, ainsi que de musées postaux nationaux et des membres du Club de Monte-Carlo. Deux expositions ont été conçues pour l’occasion, l’une consacrée à l’Inde et l’autre sur l’histoire postale de la grande armée de Napoléon Ier.

Voici les cinq timbres que nous avons retenus.

1. Une Marianne réalisée par Jean Cocteau

Ce timbre est un bon à tirer (comprenez que qu’il était prêt à être envoyé à l’imprimerie) réalisé par Jean Cocteau en 1960. Sauf que le poète n’était pas tout à fait content de son œuvre. "Comme il n’était pas satisfait du résultat, il a noté ‘‘hélas’’ à côté", précise Lara Terlizzi-Enza, directrice de l’Office des émissions des timbres-poste. Un petit détail à l’époque qui donne de la valeur aujourd’hui.

 
Ces timbres sont à voir jusqu’à demain au musée des Timbres et des Monnaies. DR.

2. Un tirage complet de 50 timbres du Congo belge

Cette pièce date de 1909 avec un aspect historique important. Le 15 novembre 1908, l’État Indépendant du Congo devient le Congo belge et, dans l’urgence, les timbres en cours reçoivent une surcharge "Congo belge" en janvier 1909.

"La surcharge a été faite à la main, ajoute Lara Terlizzi-Enza. C’est la rareté qui fait son importance. Elles sont très recherchées. Et puis c’est aussi grâce à la conservation et au fait que ce soit une feuille entière."

L’un des nouveaux coffrets mis en vente cette année rendant hommage au prince Albert Ier.

3. Un timbre de la reine Victoria parmi « les plus rares au monde »

Cette pièce appartient au Smithsonian Museum de Washington. "C’est la première émission canadienne qui date de 1851", explique la directrice de l’Office des émissions des timbres-poste.

Ce timbre a été imprimé à 50.000 exemplaires mais seulement 1450 ont été vendus. "Parmi ces 1450, très peu sont parvenus jusqu’à chez nous donc il est très rare. Il fait partie des timbres les plus rares au monde."

4. Un bloc de 9 timbres qui comportent deux erreurs

Celle-ci fait partie de la collection de la philatélique royale britannique. "C’est un bloc de 9, qui s’appelle ‘‘Vue de Sydney’’ émis en 1850 et qui comporte deux variétés majeures. Ce sont deux erreurs d’impression qui donnent un côté très rare à la pièce [Il manque une quenouille dans la main de l’un des personnages et l’autre est une erreur de caractères dans un des textes du timbre]. Celui-ci est une rareté majeure des états australiens, qui a été acquise par le roi George V en 1922."

 

5. Une lettre de 1858 émise de Monaco pour Aix-en-Provence

La dernière pièce est une lettre de 1858 de Monaco pour Aix-en-Provence affranchie à 50 centimes avec la quatrième émission de Sardaigne. "Il faut savoir que jusqu’au 15 juin 1860, le bureau de poste de Monaco dépendait du Royaume de Sardaigne."

Photo DR.

Des timbres commercialisés à l’Espace Léo-Ferré

Jusqu’à ce samedi, l’Espace Léo-Ferré abrite également de nombreux timbres. Mais cette fois, ils sont à vendre et ils ont du succès (dès 10h, les collectionneurs étaient nombreux à faire la queue pour s’offrir de précieuses pièces). Des administrations postales et négociants sont sur place pour faire découvrir au public des timbres classiques ainsi que les dernières nouveautés philatéliques.

Les dernières nouveautés ? Un feuillet numéroté à 2.600 exemplaires à l’effigie du prince Albert 1er (voir photo). Avec, en prime, quatre anciens timbres qui n’étaient plus à la vente. Comptez 45 euros pour vous l’approprier.

Parmi les autres nouveautés de cette année (qui sont vouées à disparaître car elles ne sont pas illimitées), un feuillet numéroté à 2 000 exemplaires qui reprend tous les timbres édités en 2021 et 2022 dans le cadre de la commémoration du centenaire de la disparition du prince Albert 1er. Le feuillet reprend des faits marquants de la vie du Prince.

D’autres pièces sont à découvrir parmi la cinquantaine de stand au sein de l’Espace Léo-Ferré.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.